Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Abdelkarim Chankou - publié le Jeudi 12 Juillet à 14:26

Maroc : le jeu de la barbichette entre l’Etat et Al Adl WaI Ihssane




En votant massivement en novembre dernier pour le parti de la lampe, mourides, adeptes et autres sympathisants de la secte, fondée par Cheikh Yacine, croyaient bien faire.



PH Jeune Afrique
PH Jeune Afrique
Ils pensaient que le PJD serait leur porte-voix par procuration une fois porté au pouvoir. En effet, le parti de Benkirane a remporté les Législatives et été choisi de ce fait pour diriger le gouvernement. Mais  le retour de l’ascenseur, la confrérie de Abdesslam Yacine elle l’attend toujours, et chaque jour qui passe l’enfonce davantage dans la déception et le sentiment d’être floué pour ne pas dire trahi. Cette déception beaucoup de dirigeants d'Al Adl Wal Ihssane la  ruminent en silence et parfois la crient de haute voix. Elle cristallise et matérialise parfaitement tout le ressentiment  de la confrérie à l’égard du parti de la justice et de développement qui s’est vite pris au jeu de la normalisation  makhzénienne.

Ces  dirigeants de la confrérie et aussi ses militants de base pensent que le fait que les autorités continuent d’interdire aux membres et sympathisants de Al Adl Wal Ihssane l’organisation des camps de vacances estivaux dans certaines régions du Maroc notamment à Targha (ce type de villégiature resserre les liens dans le groupe), arrière pays de la ville de Taza, rentre dans une stratégie du makhzen qui vise à les isoler de leur allié objectif et logistique : le PJD. Pourtant ils se laissent porter par la vague en s’éloignant  inexorablement du PJD. Un isolement qui ne pourra que se retourner contre ce parti le moment venu ; à savoir lors des prochaines élections communales de 2013 ou d’éventuelles législatives anticipées en cas de renversement de l’actuelle coalition Benkirane, qui non seulement attise les critiques de l’opposition mais  celle de ses propres troupes  également ! Une chose est sûre : les troupes adlistes ne voteront plus pour le  PJD ! Eux qui faute de voir leur association légalisée se sont constitués en réservoir électoral en attendant le momentum propice, encouragés en cela par deux faits  majeurs : d’un côté,  une certaine bienveillance des Etats-Unis qui admirent la vie exemplaire des Marocains adlistes (assez nombreux) vivant sur leur territoire et de l’autre, la victoire de la confrérie musulmane en Egypte après de 90 ans après sa fondation par Hassan al Banna.

Seulement il y a un hic : le Maroc n’est pas l’Egypte et encore moins les Etats-Unis. Dans ce sens que nombre de Marocains se comportent admirablement quand ils sont  en Occident mais une fois rentrés au pays ils deviennent ou (re) très désagréables voir dangereux. Et le Maroc ne peut s’offrir le luxe de tenter une expérience-même « laborantine »- qui risque à tout moment de lui exploser à la gueule. That’s the question.



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles