Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Karim El Maghribi - publié le Jeudi 31 Mai à 10:52

Maroc : de la Pub sur l’alcool ou de la gestion des fonds de bouteilles !




Voilà un sujet de circonstance pour se faire un peu de consistance en terre tunisienne, conquise ces derniers temps par des barbus de tout poil qui incendient dépôts d’alcool et bars.



Maroc : de la Pub sur l’alcool ou de la gestion des fonds de bouteilles !
Abdelilah Benkirane a en effet abordé le sujet, ô combien prioritaire et brûlant, de l’interdiction de la publicité de l’alcool dans les médias. Mais cette fois, pas seulement dans les médias publics, comme ce fut récemment pour la loterie ; maintenant la réclame sur l’alcool sera aussi zappée, par la force de la loi, des hôtels, des bars, des clubs ou des événements sportifs…

Un coup de sabre dans un verre bière pour ne pas dire un tsunami dans une carafe de vin. Et pour cause ! La pub sur l’alcool est déjà- et depuis des lustres- bannie des médias marocains et ce par consensus national ! Exception faite, toutefois, de quelques magazines locaux ou étrangers.  Quant aux évènements sportifs, il faut être abonné à Al Jazeera-sports pour en déguster…

 De quoi parlait donc Benkirane en Tunisie, sa première visqite officielle en terre arabe depuis son investiture ? Des quelques enseignes de bière (souvent assez discrètes) accrochées sur les devantures de quelques débits de boissons alcoolisées ou épiceries en vendant ? Où de celles plus insidieuses, ornant certains t-shirt de friperie, enfilés par certains va-nu-pieds, illettrés et sans le sou, arborées si insouciamment, qu’ils en font la prière avec !

Peu importe. En reprenant à son compte, une ancienne proposition de loi, sortie des vieilles caves humides depuis qu’elle a été mise sans succès sur la table du parlement lors de la dernière « législature istiqlalienne », le PJD de Benkirane espèrerait faire beaucoup de foin ou de boucan à partir de rien. C'est cela le PJD !

« Nous sommes opposés à la publicité nocive pour la santé», se défend Mohamed  Benabdessadek, député PJD du quartier populaire de Moulay Rachid (Zone de Casablanca), chargé de la rédaction de la nouvelle proposition de loi. Laquelle prévoit des peines pouvant aller jusqu'à trois ans de prison ferme et des amendes jusqu'à 25000  dirhams, sans oublier la possibilité de fermeture des bars et épiceries contravenantes pour des périodes pouvant atteindre trois mois ! Aïe !

Une chose au moins est moins sûre :  L’on ne sait pas si les peines de fermetures incluront ou non les périodes d’ « auto sevrage » pendant  des fêtes religieuses et ramadan.

Le Marocains aiment la Costa del Sol

On savait les Marocains friands des plages dorées de la Costa del Sol. L’office du tourisme de cette région touristique andalouse le confirme. Il a constaté ces dernières années une croissance annuelle de 5% du nombre de touristes marocains visitant les sables dorés de la Costa del Sol. Les données de l’office, publiés dimanche 20 Mai dernier et  recoupés par l’Ambassade d’Espagne au Maroc, montrent que près de 300.000 voyageurs marocains viennent à la Costa del Sol chaque année par bateau ou par avion ; et la plupart d’entre eux, environ 200.000 personnes, débarquent en haute saison, de Mai à Octobre. Et encore tous les visiteurs marocains ne passent-ils pas forcément par les services consulaires ibériques pour obtenir un visa : Plusieurs autres férus de la Costa del Sol y viennent avec des visas délivrés par des ambassades d’autres Etas Schengen, sans perdre de vue les binationaux qui n’ont besoin d’aucun visa ni formalités administratives et dont la majorité habite le Nord du Maroc.

Il s'agit là, en fait, d'un marché important pour une Espagne frappée de plein fouet par la crise économique. Surtout que le profil dominant des visiteurs est celui de la classe moyenne supérieure.

Les principaux aéroports d’où partent les visiteurs marocains sont Casablanca, Nador, Marrakech et Tanger. Cependant, le principal moyen de locomotion utilisé par les Marocains pour se dorer la pilule et se gratter les orteils en Costa del Sol demeure le bateau dont le taux de capacité totale atteint les 40% en saison estivale.

Conscient de cette manne du ciel et de la mer, le Conseil régional de promotion touristique de la Costa del Sol a organisé, du 21 jusqu’au 24 Mai dernier, un événement promotionnel à Casablanca, Rabat et Tanger en association avec 17 représentants d’agences de voyage et d'hôtels à Malaga, Torremolinos, Estepona, Marbella et Benalmadena. L'objectif en est de faire de cette destination, une Mecque préférée du segment culture et commerce nord-africain.

Avec la politique de taxation du tourisme marocain, décidé par le gouvernement Benkirane, cet objectif ne sera pas difficile à atteindre. 



               Partager Partager


Commentaires