Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Samedi 9 Avril à 10:05

Maroc : Revue quotidienne des éditos du 9 avril 2016



Rabat - Les éditorialistes des quotidiens publiés samedi ont centré leurs commentaires sur le débat au sujet du seuil électoral, la dégradation de l'activité économiques de certaines régions et les enjeux que représente le marché russe pour le tourisme marocain.



Assabah commente la polémique créée par les revendications portant sur l'abaissement du seuil électoral. L'éditorialiste estime que la question de la révision à la baisse du quorum électoral "ne doit pas être forcément perçue selon une logique de pour ou de contre".

Les expériences électorales avec le mode de scrutin actuel ont démontré l'existence d'une immense lacune dans la représentation des électeurs, relève-t-il, expliquant que des électeurs se retrouvent non représentés au Parlement à cause du seuil électoral de 6 pc que les candidats pour lesquels ils ont voté n'ont pas pu atteindre.

Selon lui, la logique encadrant le débat sur les lois électorales "ne doit pas être électoraliste, mais plutôt politique, et doit prendre en compte l'enjeu de la représentation de toutes les forces partisanes sérieuses".

Al Ittihad Al Ichtiraki aborde les conséquences de la dégradation de l'activité économiques dans certaines régions marocaines. L'éditorialiste indique qu'"il y a de nombreuses régions au Maroc qui sont devenues un désert urbanistique et économique à cause de la politique économique adoptée qui n'a pas soutenu le processus de transformation économique". 

"La situation de ces zones ne s'est pas détériorée à cause d'une catastrophe naturelle ou climatique. Elles ont, au contraire, a préservé tous leurs éléments, sauf leur activité économique vitale pour leur survie", explique-t-il, notant que ces régions "ont été foncièrement oubliées et leurs populations se sont trouvées seules face à un destin tellement dur qu'elles ont opté pour l'exode".

Al Bayane s'intéresse aux enjeux du marché russe pour le tourisme marocain. L'auteur de l'article estime que les décideurs marocains "ont mis beaucoup de retard à mettre le cap sur ce marché porteur", au moment où ses destinations de prédilection "perdent de leur vitesse de croisière" depuis déjà quelque temps.

Il note que l'Office national marocain du tourisme prend les initiatives "pour combler cette défaillance", et que le ministère de tutelle "est en passe de faire les bouchées doubles pour s'adjuger ce marché émergent".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara