Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


MAP - publié le Vendredi 15 Avril à 11:07

Maroc : Revue quotidienne des éditos du 15 avril 2016



Rabat - Les éditorialistes des quotidiens publiés vendredi ont centré leurs commentaires sur la situation du système éducatif, la coprésidence par le Maroc du Forum global de lutte contre le terrorisme, le dossier des professeurs stagiaires et les violences commises dans la voie publique au nom de la morale.



L'Economiste aborde l'état des lieux du système éducatif national. L'éditorialiste estime qu'avec la situation actuelle du secteur de l'enseignement, "il est difficile de se mettre en ligne pour courir vers l'émergence", notant que "la charge financière du secteur pèse très lourd, plus que dans les pays équivalents, alors que le rendement ne suit toujours pas".

"Cette situation pèse aussi du point de vue managérial et politique et aussi du point de vue des fractures sociales, que les campagnes électorales exacerbent sciemment, produisant sans doute la plus dangereuse des conséquences de la non-éducation", estime-t-il, déplorant l'absence d'un système pour évaluer l'acquisition des connaissances ou des compétences par les élèves.

Al Ittihad Al Ichtiraki s'attarde sur l'accès du Maroc à la coprésidence du Forum global de lutte contre le terrorisme. Selon l'éditorialiste, ce choix traduit un soutien fondamental au Maroc en tant que partenaire international, continental et régional dans la lutte contre ce phénomène en expansion.

Le choix a été porté sur le Royaume car le Forum le considère comme un interlocuteur international, un appui et un partenaire efficace en matière de gestion des affaires liées au terrorisme, ajoute-t-il, soulignant qu'il s'agit d'une "immense responsabilité" confiée au Royaume.

Al Mounaataf revient sur le dossier des professeurs stagiaires qui ont suspendu toutes les modalités d'action suite à la réunion que leur coordination nationale a tenue récemment avec le wali de la région Rabat-Salé-Kénitra, en tant que représentant du gouvernement. 

La réunion a débouché sur la reprise du dialogue avec à la clé la constitution d'une commission conjointe composée de représentants des ministères de l'Education nationale, des Finances et de la Fonction publique dans le but de parvenir à une solution définitive de cette crise qui a duré environ 6 mois, souligne l'éditorialiste.

Et de noter que l'opinion publique a apprécié cette démarche en espérant qu'elle permettra au pays d'éviter davantage de gaspillage du temps, de l'énergie et des acquis.

Bayane Al Yaoum met en garde contre les agissements violents de certains individus qui s'en prennent, en pleine rue, à des personnes ayant commis des actes qu'ils jugent contraires à la religion ou à la pudeur.

Le journal appelle les spécialistes, notamment psychologues, sociologues, juristes et historiens, à mener une étude approfondie sur ce genre de comportement pour livrer des visions claires aux pouvoirs publics leur permettant d'élaborer des mesures, des programmes et des plans efficaces et performants.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara