Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 13 Novembre à 23:15

Maroc : Revue éditoriale quotidienne de la presse digitale



Rabat - La presse digitale de ce jeudi s'intéresse à plusieurs sujets d'actualité économique et politique, notamment le projet de loi de finances (PLF 2015), la dégradation écologique et la CAN 2015.



"Medias24.com" revient sur le débat suscité par l'article 8 du projet de loi de Finances qui va donner lieu à de "belles joutes oratoires, juridiques et politiques".

Si cet article stipule l'interdiction de la saisie des biens de l'Etat, même s'il y a un jugement en ce sens, la jurisprudence administrative est bien en faveur de la saisie, explique le site, faisant remarquer que la responsabilité de l'Etat ainsi que le caractère anticonstitutionnel de l'article 8 sont mis en cause.

Pour "Medias24.com", cette polémique ne désenflera pas de sitôt, l'article, qui déclare insaisissable les biens de l'Etat, n'ayant pas reçu tous les suffrages, comme en témoignent les nombreuses réactions, peu ou prou virulents, qui ont succédé à sa présentation par le gouvernement.

Alors que pour la majorité, l'Etat est justiciable comme les autres, le journal électronique écrit que les pro-exécutif ont, quant à eux, invoqué l'exception de l'intérêt général qui fonde l'activité de l'administration et sur lequel les intérêts privés ne peuvent en aucun cas prévaloir.

En matière administrative, il est de jurisprudence constante de procéder à la saisie des biens de l'Etat, avance le portail qui cite Mohamed El Haini, membre fondateur du Club des magistrats. Pour ce juriste, "ce genre de procédé sert à forcer l'administration, dont le manque d'obtempération n'est plus à démontrer, à exécuter les jugements prononcés à son encontre".

Les difficultés que trouve l'administration à exécuter les jugements prononcés à son encontre lui sont exclusivement imputables, écrit le site pour qui "cela n'engage que l'Etat et les demandeurs ne doivent pas en pâtir".

Le PLF 2015 retient également l'attention du site bilingue "Le360.ma" qui écrit que c'est la course contre la montre pour valider les budgets sectoriels par les différentes commissions, les députés devant d'ailleurs renoncer à leur week-end pour voter le Projet de Loi de Finances dans les délais.

Ainsi, fait remarquer le site, les députés n'iront pas en week-end puisqu'ils seront mobilisés samedi et dimanche pour voter en plénière le PLF 2015 et ce, après l'adoption des amendements en commissions sectorielles. 

Le vote en Chambre des représentants ne doit pas dépasser la date butoir du 21 novembre, pour laisser le temps à la Chambre des conseillers pour une deuxième lecture pour son approbation finale avant le 31 décembre, relève l'article.

L'écologie n'est pas en reste dans les sujets traités, le site francophone d'actualités et analyses "Quid.ma" publie un article d'Ahmed Herzenni dans lequel il s'est livré à une analyse sur les mesures nécessaires des politiques face à la dégradation écologique, estimant que la planète bleue n'a jamais été aussi malade.

Le lauréat du dernier "Prix Thomas R. Ford" (Université US de Kentucky) relève que d'après le dernier rapport du "World Wildlife Fund", la moitié des populations d'espèces animales sauvages a disparu en quarante ans et que la pression exercée par l'homme sur la nature dépasse désormais de 50 pc la bio-capacité de la planète.

La faculté de la planète de régénérer les ressources naturelles et d'absorber le dioxyde de carbone ainsi que les pénuries d'eau s'aggravent et concernent de plus en plus de personnes, s'alarme-t-il.

Expliquant son intérêt pour l'écologie et la diversité culturelle, Herzenni confie qu'une réflexion libre, menée dans des conditions très difficiles, l'a conduit vers d'autres options, qu'il estime non moins émancipatrices notamment l'écologie et la diversité culturelle.

C'est dans ce sens, que l'auteur de l'article déplore que les gouvernements tardent à réagir et à prendre les mesures qui s'imposent pour sauver ce qui peut être sauvé, s'il en est encore temps. De même, poursuit-t-il, les citoyens, principalement ceux des pays les plus riches, ne veulent pas changer de modes de production, de consommation et, plus généralement, de vie.

Quant à "Hespress.com", il se fait l'écho des statistiques de vente de voitures au Maroc qui ont atteint, à fin octobre dernier, 100.000 véhicules neufs, en régression de 0,45 pc par rapport à la même période de l'année écoulée.

Se référant aux chiffres de l'Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), le site arabophone indique que la vente des voitures de luxe a augmenté de 10 à 30 pc au courant de cette année.

"Al Huffington Post Maroc", s'intéresse, quant à lui, au programme européen "Erasmus" qui sera proposé à toutes les universités marocaines et établissements d'enseignement supérieur, qu'ils soient publics ou privés, ainsi que les instituts de formation et instituts techniques.

Sous le titre "Echanges universitaires: Le Maroc va bénéficier du programme Erasmus", le journal électronique écrit que cette initiative vise à encourager les universités et enseignants marocains à s'impliquer dans ce nouveau programme, faisant remarquer que les procédures de partenariats et de candidatures seront simplifiées.

Et le site francophone de se réjouir qu'après des partenariats entre des universités marocaines et européennes, existants déjà et ayant permis à quelques centaines d'étudiants marocains de bénéficier de bourses pour poursuivre leurs études à l'étranger, le nouveau programme ratissera large, avec un budget global alloué par l'Union européenne pour les six ans à venir de 14,7 milliards d'euros, soit une augmentation de 40 pc par rapport aux précédents programmes.

Au volet sportif, le sujet de la CAN 2015 intéresse toujours le site arabophone "Goud.ma" qui écrit que l'opposition à la Chambre des Conseillers a demandé au ministère de la Jeunesse et des Sports de présenter des explications, par écrit, sur le dossier de la CAN ainsi que les raisons qui ont poussé la CAF à prendre sa décision de retirer au Maroc l'organisation de cette prestigieuse coupe.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara