Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh


MAP - publié le Mercredi 17 Juin à 10:35

Maroc : Revue de presse quotidienne du 17 mai 2015



Rabat - Voici les principaux titres développés par les quotidiens nationaux publiés mercredi 17 juin 2015.:



*Le Matin.:

- Le Centre national de transfusion sanguine (CNSTH) et la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés vont lancer, à partir du 1er Ramadan, une campagne de don du sang. Cette opération se déroulera dans des mosquées de Rabat, Casablanca, Kenitra, Meknès, Fès, El Jadida, Béni Mellal, Marrakech, Laâyoune, Oujda, Larache, El Ksar El Kébir et Agadir. Le CNSTH, qui s'est assigné comme objectif de collecter 13.000 poches de sang lors de la période allant du 14 au 30 juin courant, ambitionne cette année d'assurer la qualité du sang donné, de promouvoir la culture de don du sang au sein de la société marocaine et d'augmenter le nombre des unités mobiles pour rapprocher l'opération de don du sang aux citoyens.

- L'ambassadeur du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, a été élu lundi, à l'unanimité des 193 Etats membres des Nations unies, président de la troisième Commission pour la 70e session de l'Assemblée générale des Nations unies. Cette élection constitue une reconnaissance internationale des réformes audacieuses entreprises par SM le Roi Mohammed VI dans le domaine des droits de l'Homme et Son engagement en faveur des causes africaines, soulignent des observateurs au sein des Nations unies. Elle conforte également la dynamique nationale en faveur de la démocratie, l'état de droit et les droits de l'Homme et consacre l'ancrage profond du Maroc dans les valeurs universelles de l'égalité entre hommes et femmes, le pluralisme, la modération, la tolérance, la coexistence pacifique et le dialogue des civilisations et cultures.

*Aujourd'hui le Maroc.:

- Le secrétaire général de l'UGTM, Mohamed Kafi Cherrat, a fustigé la réforme paramétrique prévue pour le système des retraites, la jugeant "dure à appliquer pour les fonctionnaires". Dans un entretien accordé au journal, Cherrat a indiqué que le gouvernement "veut agir sur l'annuité de sorte à rendre impossible pour un fonctionnaire la possibilité d'obtenir une pension de 100 pc équivalente à son salaire". Il a par ailleurs noté que l'administration enregistre jusqu'à 20.000 départs à la retraite, sans que ces postes ne soient totalement remplacés.

- L'économie des régions dépend de l'Etat. C'est le constat fait par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), qui vient de rendre son avis sur la répartition spatiale de l'investissement public en perspective de la régionalisation avancée. En dépit de la politique de décentralisation, l'Etat et les entreprises publiques demeurent très présents dans les économies régionales. La participation de l'Etat dans le PIB des provinces du Sud dépasse les 54 pc, expliquent les responsables du CESE. Le Conseil a également relevé la non diversification des économies régionales, des inégalités entre les provinces d'une même région, la faiblesse des fonds publics destinés à désenclaver les zones montagneuses et l'inexistence des réseaux ferroviaires régionaux.

* L'Economiste.:

- Bonnes nouvelles pour l'économie: Une croissance de 5 pc, le déficit du compte courant à 3 pc du PIB et un taux d'inflation de 1,5 pc. Ce sont là les dernières prévisions de la Banque centrale pour l'année 2015. Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM), réuni mardi, a analysé les évolutions récentes de la conjoncture économique, monétaire et financière. La Banque centrale table pour 2015 sur une croissance qui se situerait autour de 5 pc, tirée par une hausse de près de 15 pc de la valeur ajoutée agricole, alors que le rythme des activités non agricoles devrait s'accélérer légèrement pour avoisiner 3,5 pc.

- Dialogue social: les salaires d'abord, la retraite attendra. Les syndicats, invités mercredi 17 juin à une réunion du dialogue social, contestent l'ordre du jour fixé par le gouvernement. Ce dernier veut établir un bilan des travaux des deux commissions (public et privé) et aborder le dossier de la réforme des retraites. Mais ce "menu" ne fait pas l'unanimité auprès des organisations syndicales qui privilégient le traitement de leurs requêtes. Les centrales veulent notamment négocier sur une augmentation générale des salaires.

* Al Bayane.:

- Examen régional unifié : Les procédures en vigueur en cas de fraude ou d'absence n'ont subi aucune modification. En réaction à de fausses informations véhiculées sur les procédures de traitement des cas de fraude et d'absence lors des examens du baccalauréat session 2015, le ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle a affirmé, lundi, que les procédures en vigueur en cas de fraude ou d'absence durant l'examen régional unifié n'ont subi aucune modification. De ce fait, tout candidat pris en flagrant délit de triche sera interdit de passer le reste des examens et son cas sera soumis aux commissions compétentes, a indiqué le ministère dans un communiqué.

- Suite à la fermeture de Bouya Omar, Louardi s'engage à assurer l'hospitalisation des malades, avec sortie conditionnée à l'aval des familles. Le ministre de la Santé, El Houcine Louardi, a affirmé, lundi à Kelaat Sraghna, que son département s'engage à assurer la prise en charge et l'hospitalisation des malades évacués de Bouya Omar avec la garantie de conditionner toute sortie à l'aval des familles des patients. Dans une déclaration à la presse à l'occasion du coup d'envoi officiel de l'opération "Al-Karama en santé mentale" au profit des pensionnaires de Bouya Omar, M. El Ouardi a assuré que le ministère veillera à assurer la prise en charge des malades au niveau de l'ensemble des hôpitaux du Royaume dans l'esprit de cette opération qui vise à rétablir la dignité des malades et garantir leurs droits légitimes.

*L'Opinion.:

- Terrorisme: Une nouvelle loi qui complète et modifie les dispositions du Code pénal relatif à la lutte contre le terrorisme vient d'être publiée au Bulletin officiel, portant sanction juridique pour les faits de terrorisme à une peine allant de 5 à 10 ans de prison et d'une amende de 5.000 à 10.000 dirhams, un montant qui peut aller d'un million à 10 millions de dirhams, si l'auteur est une personne morale.

- Chabat: Le Parti de l'Istiqlal est à même de remporter les élections et de corriger les "déviances" de l'actuel gouvernement. Le secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, Hamid Chabat, qui a été l'invité de la chaîne canadienne "M" en marge de sa participation au Sommet des grandes villes internationales les 10 et 11 courant à Montréal, a indiqué qu'il n'y a pas lieu de comparer l'action et les réalisations du précédent gouvernement conduit par l'Istiqlal et l'actuel Exécutif en termes d'augmentation des salaires et d'amélioration du niveau de vie des larges couches populaires, de création d'emplois, de réduction des impôts, d'encouragement de l'activité économique et de promotion de l'attractivité et de la compétitivité du tissu productif.

*Libération.:

- Le dialogue social version Benkirane: Un monologue antisocial. Un dialogue qui s'annonce d'ores et déjà difficile, voire boiteux. Abdelilah Benkirane tient obstinément à son ordre du jour avec pour point unique : la réforme de la Caisse marocaine des retraites (CMR), chargée de la gestion des pensions civiles. Les centrales syndicales les plus représentatives qui ont décidé d'y prendre part voient tout autrement les choses. Pour mieux se préparer à ce round, le Bureau central de la FDT s'est réuni lundi à Casablanca pour débattre de plusieurs questions dont les pourparlers du dialogue social. A l'issue de cette réunion, un communiqué a été rendu public dans lequel il souligne que la FDT est prête à discuter de la réforme de la CMR, mais sans pour autant occulter les autres régimes de retraite. La FDT tient absolument à l'amélioration de la situation des salariés et des fonctionnaires, au respect des libertés syndicales et la mise en œuvre du reliquat de l'Accord du 26 avril 2011.

- Le SDJ monte au créneau pour exiger l'ouverture d'un dialogue sérieux et productif avec le ministre de la Justice. Après son écrasante victoire lors des récentes élections des commissions paritaires où il a raflé 150 sur 200 sièges, soit un taux de 75 pc, le Syndicat démocratique de la justice (SDJ affilié à la FDT) entamera, au cours de la semaine prochaine, un nouveau mouvement de protestation contre le ministre de la Justice et des Libertés. Selon Charifi Alaoui, membre du bureau national du SDJ, les fonctionnaires de la justice observeront des sit-in le mardi 23 juin courant pour protester contre le fait que Mustapha Ramid bloque tout dialogue avec ce syndicat, le plus représentatif, depuis son arrivée au ministère en 2012. Les fonctionnaires s'insurgent également contre la nouvelle démarche du ministère en matière de redéploiement des fonctionnaires.

*Bayane Al Yaoum.:

- Le programme "Rabat, ville lumière...capitale culturelle du Maroc" permettra à cette ville de se classer parmi les grandes cités mondiales, a affirmé lundi le ministre de l'Habitat et de la Politique de la ville, Mohammed Nabil Benabdallah. Une enveloppe de plus de 9,42 milliards de dirhams (MMDH) a été allouée à ce programme élaboré en exécution des hautes orientations royales visant à développer le tissu urbain du Royaume, et ce, conformément à une vision cohérente et équilibrée, a indiqué Benabdallah qui intervenait lors d'une journée d'études sur "la ville comme espace de vie: Rabat comme modèle". - Le ministre de l'Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a plaidé, lundi à Béni Mellal, pour la promotion de l'investissement et la lutte contre la précarité au sein de l'entreprise. Le modèle économique marocain est fondé sur l'équilibre et la solidarité, sachant que 90 pc de la population active au Maroc exercent dans le secteur privé, a-t-il ajouté lors d'une rencontre sur le thème : "conjoncture, perspectives de l'amélioration des prestations sociales et défis de la réforme".

*Assabah.:

- Le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Boussaid a indiqué que les mesures prises par le gouvernement ont permis de réduire l'aggravation du déficit budgétaire et de rétablir les équilibres macro-économiques. La Cour des comptes avait auparavant indiqué que des "circonstances exceptionnelles" avaient joué un rôle majeur dans la réduction du déficit budgétaire.

- La ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, Bassima Hakkaoui, a indiqué que le gouvernement a pris trois ans pour opérationnaliser les crédits du Fonds d'appui à la cohésion sociale, créé en 2012. Intervenant mardi lors d'une rencontre de concertation, Mme Hakkaoui a indiqué que 50 millions de dirhams ont été affectés au soutien des personnes en situation de handicap, le but étant d'encourager la scolarité de ces personnes et assurer les appareils techniques qui limitent leur incapacité.

*Al Mounaataf.:

- Education: Vaste enquête lancée sur les marchés du programme d'urgence. Le ministère de l'Education nationale et de la formation professionnelle a envoyé aux académies régionales de l'éducation et de la formation une correspondance leur demandant de lui fournir sans délai les détails relatifs aux marchés qu'elles ont conclus avec deux sociétés lors du programme d'urgence.

- Mustapha Benali, secrétaire général par intérim du Front des forces démocratiques, souligne que le parti du Rameau d'olivier veut actuellement un large front démocratique pour pouvoir défendre l'interprétation démocratique de la Constitution. Benali a par ailleurs affirmé au cours d'une émission radiophonique que le débat engagé actuellement sur la réforme du Code pénal est un débat profond sur un projet de société auquel chacun aspire.

* Al Massae.:

- Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a relevé le plafond de son optimisme concernant la performance de l'économie nationale. Le chef du gouvernement a indiqué lundi à Paris que l'ambition du Maroc est d'atteindre des taux de croissance de 6 à 7 pc, car il dispose du potentiel pour le faire. "Nous restons convaincus, à cet égard, que c'est le secteur privé qui doit constituer la locomotive de la croissance et que le rôle de l'Etat est de lui assurer un environnement économique, juridique et institutionnel adéquat", a-t-il dit dans une allocution devant les ambassadeurs accrédités auprès de l'OCDE.

- Près de 73 pc des entreprises féminines marocaines sont concentrées sur l'axe Rabat-Casablanca, révèle une étude réalisée par l'Association des femmes chefs d'entreprises du Maroc (AFEM). Selon cette étude, présentée lors d'une conférence de presse lundi à Casablanca, 59 pc de ces entreprises ne dépassent pas un chiffre d'affaires de 20 millions de dirhams et n'emploient pas plus de 10 agents, ajoutant que 56 pc des entreprises féminines opèrent dans le secteur des services, 23 pc dans le secteur de l'industrie et 21 pc dans le secteur du commerce.

* Attajdid.:

- Bank Al-Maghrib met la lumière sur l'amélioration de l'économie nationale en 2015: la croissance se situerait autour de 5 pc, une hausse de 22,8 pc des flux nets au titre des Investissement directs étrangers (IDE) à fin mai et un repli de 49,6 pc du déficit budgétaire sur les quatre premiers mois de l'année.

- Le projet de loi relatif au droit d'accès à l'information déposé au Parlement. Le gouvernement a soumis ce projet de loi à la commission de la justice, de la législation et des droits de l'Homme à la Chambre des représentants pour l'examiner.

* Rissalat Al Oumma.:

- Les associations professionnelles et les syndicats des commerçants grossistes et de détail se réuniront au cours de la dernière semaine du Ramadan avec les responsables du secteur de la pêche pour mettre la lumière sur les difficultés de commercialisation et de préservation des ressources halieutiques en vue de répondre aux revendications des professionnels, indiquent des sources de la profession.

- Les centrales syndicales embarrassent le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et campent sur leur position. En réponse à l'invitation de M. Benkirane pour la reprise, mercredi 17 juin, du dialogue social, les dirigeants des centrales syndicales UMT, FDT et CDT veulent discuter de plusieurs revendications, alors que le chef du gouvernement n'a retenu que deux points à l'ordre du jour, en l'occurrence la réforme du système des retraites et les conclusions des séances précédentes du dialogue.

* Al Ahdath Al Maghribia.:

- Le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, indique que "80 pc des conventions signées avec les pays africains ont été mises en oeuvre", ajoutant dans un entretien accordé au journal que "le plan émergence industrielle a créé plus de postes d'emploi que prévu".

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara