Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14


MAP - publié le Jeudi 12 Mars à 15:31

Maroc : Revue de presse quotidienne du 12 mars 2015



Rabat - Voici les principaux titres développés par les quotidiens parus jeudi 12 mars.:



*Le Matin.:

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le prince héritier Moulay El Hassan, de SAR le prince Moulay Rachid, de SAR la princesse Lalla Salma, de SAR la princesse Lalla Meryem, de SAR la princesse Lalla Hasna et de Lalla Oum Keltoum, épouse de SAR le prince Moulay Rachid, a offert, mercredi au Palais Royal de Casablanca, un dîner officiel en l'honneur du souverain du Royaume hachémite de Jordanie, SM le Roi Abdallah II Ibn Al Hussein et de SM la Reine Rania Al Abdallah.

- Gestion intégrée de l'eau dans les villes. Une première au Maroc et dans la région Mena. La Banque mondiale envisage d'accorder à l'ONEE un prêt de 100 millions de dollars. Celui-ci est destiné à financer l'introduction de la gestion intégrée des ressources en eau dans trois régions: Al Hoceima, Sidi Ifni et Tarfaya, qui font face à un important écart entre offre et demande. Le conseil d'administration du groupe de la Banque mondiale devrait approuver ce prêt en décembre prochain.

*Aujourd'hui le Maroc.:

- La loi qui régit l'avortement au Maroc et qui pousse chaque année un grand nombre de jeunes marocaines vers l'avortement clandestin, devrait bientôt être amendée. Un débat autour de cette question, rassemblant tous les acteurs concernés vient enfin d'être lancé. "Cette loi se trouve aujourd'hui dépassée et ne répond plus aux défis actuels de protection de la santé de la mère et de ses droits reproductifs", a déclaré le ministre de la Santé El Houssaine Louardi, lors de la rencontre nationale organisée mercredi à Rabat.

- Le Maroc a décidé le rappel immédiat en consultation de l'ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Abuja, annonce mardi le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (MAEC) dans un communiqué. Contrairement à ce que les autorités nigérianes ont avancé à l'ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Abuja et aux médias locaux, le Royaume du Maroc confirme, de la manière la plus claire et la plus ferme, qu'il n'y a jamais eu d'entretien téléphonique entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le président de ce pays, explique le ministère. "Sa Majesté le Roi a effectivement décliné la demande des autorités nigérianes du fait qu'elle s'inscrit dans le cadre de manœuvres électorales internes et des positions foncièrement hostiles de ce pays à l'égard de l'intégrité territoriale du Royaume", rappelle le communiqué.

*L'Opinion.:

- L'Agence de développement des investissements évaluée par la Cour des comptes. Privilégiant d'intervenir au moyen des outils dont elle dispose auprès des investisseurs étrangers plutôt que d'investisseurs nationaux, l'Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) est peu efficace chez les premiers et absente chez les seconds en terme d'investissements réalisés et d'entreprises converties. Auprès de plusieurs marchés cibles, ses outils d'interventions sont de surcroît inadaptés. La Cour des comptes qui vient de rendre public un rapport concernant cette Agence lui reconnaît pourtant des compétences et des qualités. Les insuffisances marquant sa gestion et son intervention relevées par la Cour trouvent leur origine, en partie, dans les anomalies et informations incomplètes figurant sur son certificat de naissance et autres documents juridiques la concernant, c'est-à-dire les textes qui la régissent en liaison avec la vieille charte de l'investissement.

- Hamid Chabat: "L'amazigh, une question d'identité prioritaire". Hamid Chabat, secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, a reçu, lundi dernier au siège central du parti, les représentants de l'Organisation nationale amazighe pour l'amitié et la coopération avec les peuples de la Méditerranée avec lesquels il a discuté des moyens de promouvoir la culture amazighe et de mise en œuvre des dispositions de la Constitution la concernant.

*Libération.:

- Réunion du Bureau politique de l'USFP: Le retrait des partis de l'opposition, un premier pas pour appeler à un dialogue sérieux. Le Bureau politique de l'USFP a réitéré sa condamnation de la mainmise du gouvernement sur les préparatifs de ces échéances, et ce, en l'absence totale de la méthodologie participative stipulée par la Constitution de 2011. Dans ce cadre, il confirme que le retrait des partis de l'opposition de la réunion de la Commission de l'Intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et la politique de la ville à la Chambre des représentants n'est qu'un premier pas pour appeler à un dialogue sérieux à même de permettre à l'opposition de retrouver sa position constitutionnelle. 

- La mise à niveau urbaine d'Essaouira a besoin d'une remise à niveau. Le projet de mise à niveau urbaine d'Essaouira a réussi à relooker une grande partie de la ville qui était, trois ans auparavant, dans un état de dégradation insoutenable au niveau des chaussées, des pavés, de l'éclairage public et des espaces verts. Comparée au précédent constat problématique, la situation s'est nettement améliorée. Mais qu'en est-il de l'état escompté et du calendrier d'exécution prévu ? Les services compétents devraient-ils se considérer satisfaits au niveau du respect des normes de qualité ? Malheureusement, plusieurs anomalies depuis le démarrage des travaux persistent encore. Violant ainsi le cahier des charges et défiant l'opinion publique qui, désormais, réclame plus de rigueur au niveau du suivi de la part des services compétents.

*L'Economiste.: 

- Les trois quarts des salaires fiscales vont dans les salaires ! Les charges salariales des fonctionnaires atteignent 140 milliards de dirhams. Un montant qui inclut les cotisations sociales et l'impôt sur le revenu. Ce montant représente trois quarts des recettes fiscales en 2014. Rapprochée au PIB, cette masse salariale frôle 15 pc alors que jusqu'à présent elle tournait autour de 11 pc. Sur ces dernières années, la part de la masse salariale par rapport au PIB s'est inscrite sur une tendance haussière : 10,51 pc en 2010 et 11,30 pc quatre ans plus tard. Cet emballement est attribué en grande partie aux "avantages" accordés dans le cadre du dialogue social. A titre d'exemple, l'augmentation du salaire de 2.800 dirhams à 3.000 dirhams mensuels au profit de 53.000 fonctionnaires a créé une dépense récurrente de 160 millions de dirhams.

- Coup de gueule du patronat. La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a été surprise d'être écartée du récent round du dialogue social. Et elle l'a fait savoir en exprimant sa déception au Chef du gouvernement, le tout assorti de mises en garde. Dans le même temps, le patronat a transmis au gouvernement un mémorandum retraçant les réformes sociales qu'il voudrait voir accélérées : législation du travail, droit de grève, formation, révision du barème de l'IR...

*Al Bayane.:

- L'insuffisance des dispositifs mis en place pour remédier à la problématique des grossesses non désirées et éviter les avortements clandestins requiert la mise en place d'un plan d'action, élaboré selon une vision globale et une approche participative, pour faire face à ce problème de santé, a affirmé le ministre de la Santé El Houssaine Louardi à l'ouverture d'une rencontre ayant pour thème "l'avortement : encadrement législatif et exigences de sécurité sanitaire". Après avoir rappelé que le Code pénal marocain ne permet l'avortement médical qu'en cas de nécessité de préserver la vie ou la santé de la mère, le ministre a indiqué que cette loi se trouve aujourd'hui dépassée et ne répond plus aux défis actuels de protection de la santé de la mère et ses droits reproductifs au Maroc.

- 26 monuments historiques sont pris en charge et leurs travaux ont commencé, dont 5 vont être livrés en ce mois et autres le seront en juin, a annoncé le ministre de l'Habitat et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdellah au cours de la troisième réunion du Comité central de suivi et d'évaluation (CCSE), qui s'est tenue le 10 mars à Fès. Le ministre a présenté un topo sur l'état d'avancement des projets et passé en revue les réalisations, notamment des deux programmes concernant les monuments historiques (27), dont 26 sont en cours de restauration ainsi que l'habitat menaçant ruine. Le budget global réservé aux deux programmes est de 615.5 MDH.

*Assahra Al Maghribia.:

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a présidé, mercredi après-midi à la Place du Mechouar au Palais Royal de Casablanca, la cérémonie d'accueil officiel de SM le Roi Abdallah II et de la Reine Rania de Jordanie. A leur arrivée à la Place du Mechouar, SM le Roi Abdallah II et la Reine Rania, accompagnés de SAR le Prince Ali Bin Al Hussein Ibn Talal, de SAR le Prince Rached Bin Al Hassan Ibn Talal et de SAR la Princesse Zeina Rached, ont été accueillis par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, qui était accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid, de SAR la Princesse Lalla Salma, de SAR la Princesse Lalla Meryem et de SAR la Princesse Lalla Hasna, ainsi que de Lalla Oum Kaltoum, épouse de SAR le Prince Moulay Rachid.

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le prince héritier Moulay El Hassan, de SAR le prince Moulay Rachid, de SAR la princesse Lalla Salma, de SAR la princesse Lalla Meryem, de SAR la princesse Lalla Hasna et de Lalla Oum Keltoum, épouse de SAR le prince Moulay Rachid, a offert, mercredi au Palais Royal de Casablanca, un dîner officiel en l'honneur du souverain du Royaume hachémite de Jordanie, SM le Roi Abdallah II Ibn Al Hussein et de SM la Reine Rania Al Abdallah.

*Al Mounaataf.:

- Le gouvernement Benkirane évite de se pencher sur les deux projets de lois organiques relatives au processus de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et du Conseil national des langues et de la culture marocaine à cause des divergences des vues des membres du gouvernement. Ahmed Boukous, directeur de l'Institut royal de la culture amazighe, juge que le retard qu'a pris l'adoption de ces lois est dû à un "blocage politique".

- Le gouvernement économiserait plus de 10 milliards de dirhams cette année après sa décision de lever les subventions destinées aux carburants, selon des rapports économiques. Les dépenses de la Caisse de compensation ont reculé, ses charges ayant atteint 1,137 milliard de dirhams au mois de janvier dernier. De même, le soutien destiné au gaz butane a baissé à environ 47 pc par rapport à la même période de l'année précédente.

*Bayane Al Yaoum.:

- Le ministère de la santé lance un débat national sur l'avortement. Intervenant lors d'une rencontre nationale sur l'avortement, mercredi, le ministre de la Santé El Houssaine Louardi a souligné la nécessité d'amender les articles du Code pénal relatifs à l'avortement afin de répondre aux défis actuels liés à la protection de la santé de la mère et de ses droits reproductifs.

- L'ambassadeur de l'Union Européenne (UE) au Maroc, Rupert Joy, a salué, mardi à Rabat, la Stratégie nationale de l'immigration et de l'asile, la qualifiant d'"excellente". "Je tiens à féliciter le Maroc pour cette excellente stratégie migratoire qui constituera une bonne base pour engager une réflexion commune sur la problématique de la migration en vue d'y apporter des réponses concrètes", a souligné Joy lors d'une réunion tenue par le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger (MRE) et des Affaires de la migration avec ses différents partenaires internationaux œuvrant dans le champ migratoire.

*Assabah.:

- La police judiciaire de Mers Sultan-El Fida à Casablanca vient de déférer à la cour d'appel une femme et quatre hommes accusés de former une bande spécialisée dans le vol du blé subventionné et du fourrage. L'enquête est encore en cours pour arrêter le chef de cette bande et neuf conducteurs exerçant dans une société de transport.

- Le premier secrétaire de l'USFP Driss Lachgar met en garde le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane contre la persistance de ce dernier à "faire la victime", se disant étonné des "doléances" que contenaient ses récentes déclarations. Lachgar, qui présidait une réunion du bureau politique de son parti, a indiqué que le sujet doit être éclairci et pris au sérieux afin de faire percer la vérité car il s'agit d'allégations très graves, telles que des menaces de mort.

*Rissalat Al Oumma.:

- Le Royaume du Maroc s'étonne de la tournure rocambolesque donnée par le Nigéria à un pseudo entretien téléphonique qui n'a jamais eu lieu entre SM le Roi Mohammed VI, et le président nigérian, a indiqué un communiqué du Cabinet Royal. Le Cabinet Royal a démenti catégoriquement les allégations mensongères des autorités nigérianes faisant état d'un prétendu entretien téléphonique entre le Souverain et le président de la république du Nigéria, a ajouté le communiqué. 

- Le Maroc a décidé le rappel immédiat en consultation de l'ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Abuja, a indiqué le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. "Contrairement à ce que les autorités nigérianes ont avancé à l'ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Abuja et aux médias locaux, le Royaume du Maroc confirme, de la manière la plus claire et la plus ferme, qu'il n'y a jamais eu d'entretien téléphonique entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président de ce pays", ajouté le ministère dans un communiqué. SM le Roi Mohammed VI avait effectivement décliné la demande des autorités nigérianes du fait qu'elle s'inscrit dans le cadre de manœuvres électorales internes et des positions foncièrement hostiles de ce pays à l'égard de l'intégrité territoriale du royaume, a souligné la même source. 

*Al Assima Post.:

- Le Maroc enregistre quotidiennement 153 naissances hors mariage, 24 abandons de nouveau-nés et 200.000 mères célibataires, selon des statistiques révélées lors de la journée nationale organisée, mercredi, par le ministère de la Santé. Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi a indiqué que son département est en train d'élaborer un plan d'action s'articulant autour de trois axes notamment le renforcement des moyens de prévention des grossesses indésirables à travers le développement du programme relatif à l'éducation sexuelle et la simplification de l'accès aux prestations des femmes victimes de l'avortement clandestin. 

- Dix-sept jeunes marocains ont bénéficié du programme de formation sur les politiques publiques, présenté par le Réseau international des jeunes analystes arabes. Ce programme a porté sur l'initiation des jeunes aux politiques publique, l'encouragement des jeunes à la participation politique.

*Attajdid.:

- Les groupes de l'opposition bloquent les travaux de la Commission de l'Intérieur, des collectivités locales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, après avoir décidé de ne programmer aucune qu'après la satisfaction de ses revendications au sujet des élections, principalement le report à 2016 des élections. Les groupes de la majorité à la première chambre, qui considère la décision de l'opposition comme un obstacle aux activités de ladite commission, a adressé au président de la Chambre des représentants une demande revendiquant la mise en œuvre de l'article 65 du règlement de la Chambre qui accorde au tiers des parlementaires le droit de convoquer des réunions des commissions permanentes de la première Chambre, et ce, dans le but d'examiner la loi organique relative aux régions.

- Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, a présenté mardi à Davos l'expérience marocaine en matière de réforme médiatique, d'autorégulation de la profession et de promotion de la liberté de presse. Il a rappelé que "le Maroc s'est engagé dès 2001 dans une dynamique de réformes dans ce domaine et a interagi positivement avec la révolution technologique et la mutation numérique qui s'opère à l'échelle mondiale .

*Al Aydat Al Maghribia.:

- Un "blocage politique" suspend les débats sur les lois électorales. Le ministre de l'Intérieur, Mohammed Hassad tente de désamorcer la crise. Des sources proches de ce dossier ont révélé que le ministre de l'Intérieur a entrepris des contacts pour que l'opposition reprenne les débats au sein de la Commission de l'Intérieur, des collectivités locales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants. A cet effet, Mohammed Hassad compte sur des rencontres qu'il tiendra avec Driss Lachgar, Hamid Chabat, Mustapha Bakkoury et Mohamed Labied. 

- Le Secrétaire général de la jeunesse de l'Union constitutionnelle (UC), Anouar Ezzine a affirmé qu'il fera montre d'une opposition féroce au cas où le gouvernement dépasserait ses limites. Il est difficile d'évaluer le rendement de l'opposition qui ne dispose pas d'un cadre juridique lequel se trouve entre les mains du gouvernement, a-t-il ajouté.

*Al Massae.:

- Le ministre de l'Equipement, du Transport et de la Logistique et président du Conseil de la ville de Kenitra, Aziz Rabbah, a adressé des messages forts et directs à ses rivaux politiques, fustigeant leur méthode consistant à diffuser des mensonges à l'encontre du PJD qui dirige le conseil de la capitale du Gharb avec ses alliés, l'UC et le RNI. Rabbah a défendu, suite à l'approbation à l'unanimité du compte administratif, le bilan du Conseil qu'il préside le qualifiant de "positif".

- Le premier président de la Cour des comptes, Driss Jettou, met à nu les dysfonctionnements de l'Agence marocaine de développement des investissements. Le nouveau rapport de la Cour des comptes a dévoilé une déficience au niveau du rendement de l'Agence et des difficultés pour promouvoir le Maroc en tant que destination pour les investisseurs étrangers. La Cour a émis plusieurs remarques concernant les zones géographiques couvertes par l'Agence, soulignant que la France et l'Espagne, qui font face à une crise, continuent de figurer à la tête des pays visés par l'Agence.

*Akhbar Al Yaoum Al Maghribia.:

- La discordance des convictions menace de torpiller la demande de légaliser l'avortement. Les points de vue des principaux intervenants lors de la première rencontre autour de l'avortement concernant la manière d'aborder cette question sensible sont nettement opposés. Le secrétaire général du Conseil national des droits de l'Homme, Mohamed Sebbar, soutient l'amendement de la loi de façon à accorder à la femme le libre choix concernant l'interruption de la grossesse, plaidant pour l'adoption d'une loi similaire à celle en vigueur en Autriche. Le leader du PJD, Saad Eddine El Othmani, a indiqué, quant à lui, que "la société marocaine est une société musulmane et qu'elle n'acceptera pas des lois importées".

- Benkirane: " Le poste de chef de gouvernement n'a pas contribué à l'augmentation de ma fortune". Répliquant au défis lancé par le secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, Hamid Chabat, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a souligné que sa fortune n'a pas augmenté et que la déclaration de patrimoine qu'il a présentée à la Cour des comptes ne comprenait pas plus qu'"un atelier modeste pour la production de l'eau de javel en plus de son salaire".

*Al Ittihad Al Ichtiraki.:

- Mohamed Amine Semlali, membre du bureau central de la Fédération démocratique du travail, a indiqué que "lors de notre rencontre avec le ministre de l'Emploi dans le cadre du dialogue social au sein de la commission du secteur privé, nous avons demandé de réviser le régime fiscal, d'améliorer le revenu et la législation du travail". "Nous avons présenté les revendications de la FDT et les demandes des travailleurs marocains en faisant rappeler au gouvernement les dossiers en suspens dans le secteur privé, tel que l'accord 131 sur le seuil minimum des salaires, l'accord 141 sur les travailleurs agricoles et l'accord 87 sur les libertés syndicales", a-t-il ajouté.

- Le gouvernement courtise le patronat au détriment des pauvres. Le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, a annoncé, dans une sortie médiatique pour attirer le patronat et les hauts fonctionnaires, que le gouvernement supprimera en fin de cette année la contribution de solidarité instaurée en 2013.

*Al Alam.:

- Ouverture aujourd'hui du Forum Crans Montana à Dakhla: Une reconnaissance internationale de la souveraineté marocaine sur les provinces du sud. Les dirigeants du Forum Crans Montana, dont la crédibilité est reconnue par les grandes ONG internationales, ont choisi la ville marocaine de Dakhla en tant que modèle de développement régional et continental pour la tenue de la session 2015 de ce Forum. Cette session se tiendra sous le thème "La Coopération sud-sud et sa dimension africaine". Le parlementaire de la ville de Dakhla, Hormat Allah Mohamed Lamine, a souligné que ce Forum est "un message fort à tous les pays qui se sont opposés à l'idée de son organisation à Dakhla".

- Le bâtonnier El Habib Talabi a indiqué que "la profession d'avocat au Maroc est confrontée à des attentes législatives décisives et des dossiers en suspens", ajoutant que "la situation professionnelle et les changements accélérés imposent de renouer avec la relation historique avec le ministère de la Justice en tant que partenaire essentiel dans la gestion de ce secteur".

*Al Haraka.:

- Le Royaume du Maroc s'étonne de la tournure rocambolesque donnée par le Nigéria à un pseudo entretien téléphonique qui n'a jamais eu lieu entre SM le Roi Mohammed VI et le président nigérian, a indiqué mardi un communiqué du Cabinet Royal. Le Cabinet Royal dément catégoriquement les allégations mensongères des autorités nigérianes faisant état d'un prétendu entretien téléphonique entre le Souverain et le président de la république du Nigéria, a ajouté le communiqué. 

- Depuis son lancement en 2005 au niveau de la préfecture de Marrakech, l'Initiative nationale de développement humain (INDH) a totalisé quelques 592 projets pour un investissement global de 1,087 milliard dh, financés à hauteur de 467 millions dh par le fonds de l'INDH.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara