Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Samedi 19 Juillet à 12:07

Maroc : Revue de presse hebdomadaire



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire.:



*Le Temps:.
 
- ALECA: pourquoi les patrons tremblent? La tenue de la cinquième session des négociations entre le Maroc et l'Union européenne visant la conclusion d'un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), initialement prévue pour septembre 2014, a été reportée. L'ALECA peine à faire l'unanimité des professionnels. La majorité des entrepreneurs marocains y voient un danger face auquel ils ne peuvent que capituler si les termes de l'accord s'appliquent sans prendre en considération leurs capacités à riposter. 
 
- Le TGV marocain a réalisé 60%. Le projet de ligne à grande vitesse devant relier Tanger à Casablanca a enregistré une progression de plus de 60% dans les travaux de génie civil, a relevé le ministre de l'Equipement, du transport et de la logistique Aziz Rabbah. Le ministre a demandé un suivi rigoureux des différentes entreprises qui travaillent sur le chantier notamment en cette période où les travaux du projet LGV atteignent leur vitesse de croisière.
 
*L'Observateur du Maroc:.
 
- Un vent favorable souffle sur le Royaume. Dans sa note de juillet, le HCP estime qu'au troisième trimestre de 2014, l'économie nationale devrait croitre à un rythme relativement plus soutenu pour se situer aux environs de 2,6%, en glissement annuel au lieu de 2,3% au deuxième trimestre. La demande mondiale adressée au Maroc y est pour beaucoup.
 
- Maroc-Espagne: la constance. La visite du roi Felipe d'Espagne au Maroc n'a pas été une simple visite de prise de contact. Le caractère symbolique a été relevé par tous les observateurs. Les deux pays sont liés par une interdépendance très importante au-delà de soubresauts de plus en plus éloignés dans le temps. L'histoire commune est très riche en évènements.
 
*Challenge.:
 
- Dans un entretien, le ministre de l'Equipement et des finances, Mohamed Boussaid a affirmé que le projet de loi organique relatif à la loi de finances, adopté récemment par la Chambre des représentants, introduit de nouveaux mécanismes qui vont permettre de forger une nouvelle culture financière citoyenne. Le nouveau texte devrait en principe lever le voile entre le citoyen et son argent public.
 
- Immaturité politique. Le débat sur les prochaines élections a un aspect malsain. Déjà la polémique entre le chef du gouvernement et son ministre de l'Intérieur Mohamed Hassad avait quelque chose de surréaliste. Benkirane n'avait aucune raison de rappeler que le contrôle politique lui appartient, parce qu'en démocratie cela va de soi. Tout ce qu'il a gagné, c'est qu'il a jeté de la suspicion sur un processus dont il est politiquement de toutes les façons responsable.
 
*La Nouvelle Tribune.:
 
- Drame de Bourgogne, un deuil mêlé d'interrogations. L'effondrement de trois immeubles du quartier Bourgogne a soulevé un grand problème que connaît le Maroc, le problème de l'intervention en cas de désastre. Les recherches ont pris beaucoup de temps, et peut-être quelques victimes dont les corps ont été retrouvés, jeudi, étaient encore en vie après l'écroulement. Pourquoi les recherches ont-elles pris tant de temps alors qu'il ne s'agissait que de 3 immeubles et non pas d'un tremblement de terre ?
 
- Finances islamiques: Quand Biadillah tacle Benkirane ! Après être passé à la majorité des voix en première Chambre, le projet de loi portant sur les banques participatives pourrait camper pour plusieurs mois chez Biadillah. La décision de la présidence de la deuxième Chambre de saisir le Conseil économique, social et environnemental pour consultation, alimente le doute sur l'existence de lobby en parfaite position pour retarder les réformes touchant certains secteurs d'activités très sensibles. Benkirane qui s'impatiente pour l adoption de ce texte aux enjeux divers, a accusé le PAM de vouloir enterrer la réforme. 
 
*La Vie Eco.:
 
- La consommation croît plus vite que le PIB: 40 milliards de DH à emprunter à l'étranger en 2015. L'épargne, dans sa composante interne et externe, suit une trajectoire descendante depuis quelques années. Elle se situe aujourd'hui autour de 25% du PIB. Dans le même temps, l'investissement reste très largement au-dessus de 30% du PIB depuis 2007. Ce déséquilibre macroéconomique induit des besoins de financement qui sont allés crescendo. Le déficit est appelé à augmenter en 2015 où il atteindra plus de 70 milliards de DH, dont 40 milliards devront être mobilisés sur le marché international.
 
- Loi sur l'exploitation des carrières: la tutelle se joue des professionnels. Les exploitants de carrières sont préoccupés. Le projet de la nouvelle loi réglementant leur secteur a été modifié en leur défaveur au cours de son adoption. Parmi les changements critiqués, il y a la durée maximale d'exploitation qui a été ramenée à 15 ans au lieu de 20 ans initialement. De même, les opérateurs n'auront plus que deux ans pour se conformer à la nouvelle loi après son adoption, au lieu de 5 ans. 
 
*Finances News Hebdo.:
 
- Hausse des prix des carburants: mesures d'accompagnement, les industriels s'impatientent. Le système d'indexation a causé une hausse mécanique du prix du litre de gasoil. Outre les multiples hausses de ces derniers temps, le prix du litre de gasoil a encore grimpé de 0,49 DH mercredi dernier pour atteindre 10 DH en ce mois de juillet 2014. Ce qui ne sera pas de nature à rassurer les transporteurs, surtout que certains supports de presse de la place arguent que le gouvernement serait tenté de ne plus soutenir le prix du gasoil à l'instar de celui de l'essence et du fioul industriel. 
 
- Formation professionnelle: l'OFPPT actualise sa vision. L'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) passe à la vitesse supérieure pour entamer son plan de développement à l'horizon 2016. Plus d'un million de stagiaires sont formés aux 278 métiers. Ils sont répartis sur 175 filières en formation initiale et 103 en formations qualifiantes dans 327 établissements. D'autres formations professionnelles devraient être lancées dans les années à venir surtout pour accompagner les nouveaux métiers du Maroc comme l'automobile, l'aéronautique ou l'électronique.
 
*Le Reporter.:
 
- Sahara: diplomaties officielle et parallèle se mobilisent. Désormais, les diplomaties officielle et parallèle se mobilisent pour déjouer les manœuvres des adversaires de la cause nationale. A cet effet, une commission mixte œuvre à l'élaboration d'un plan d'action. Le chef de la diplomatie, Salaheddine Mezouar, a appelé, dans ce sens, à peaufiner les contours d'une véritable stratégie nationale offensive et proactive à laquelle seraient associés l'ensemble des acteurs.
 
- Retraite: RCAR dans toutes les Caisses. Fort de son expérience de transfert et d'intégration des Caisses internes de retraite (CIR) des établissements publics, entamée depuis 2002, le Régime collectif d'allocation de retraite (RCAR) vient de finaliser l'intégration des CIR de l'ensemble des Régies de distribution d'eau et d'électricité relevant de l'ex-ONE.
 
*Maroc Hebdo.:
 
- L'urbanisation sauvage dévoilée par la catastrophe de Bourgogne. Une démonstration flagrante, s'il en fallait. L'un des immeubles effondrés n'a jamais eu de permis d'habiter. Et pourtant, il fait 5 étages et il est bel et bien habité par plusieurs familles. Le bâtiment et son propriétaire sont hors la loi et ils ne s'en cachent pas.
 
- Le tissu industriel sous la menace de la faillite: 2.500 entreprises dans le rouge. Alors que la tendance est au recul à l'international (moins de 8% en 2014), Euler Hermès, le leader mondial dans les solutions d'assurance des échanges commerciaux, table sur une croissance de 10% des défaillances d'entreprises au Maroc cette année et les années suivantes. Les entreprises qui sont en défaillances, au nombre de 2.500 et dont le nombre a augmenté de 15% sur un an selon "Inforisk", se trouvent notamment dans l'industrie et le BTP.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus