Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Samedi 6 Décembre à 11:29

Maroc : Revue de presse hebdomadaire du 6 décembre 2014



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire.:



*Le Canard Libéré.:

- Les énergies renouvelables comme alternative d'avenir. Le Maroc cherche une place au soleil. Comme beaucoup de pays qui, faute d'être producteurs d'hydrocarbures, supportent une facture énergétique de plus en plus coûteuse qui grève leur compétitivité, le Maroc s'est mis à l'heure des énergies renouvelables, l'unique alternative pour s'offrir son indépendance énergétique à moindre coût. Les atouts naturels indéniables dont il jouit, un fort taux d'ensoleillement et des vents qui le brassent, le qualifient à priori pour être non seulement un producteur d'énergie pour satisfaire ses propres besoins mais aussi un gros fournisseur de ses partenaires européens.

*Maroc Hebdo.:

- Les produits industriels totalement décompensés. Le tissu industriel en état de catastrophe économique. La décision de décompenser totalement les produits pétroliers, y compris le fioul industriel, va avoir un impact considérable sur les entreprises. Certains parlent même d'une menace de faillite qui guette tout le secteur. 

*Challenge.:

- Catastrophe naturelle : la stratégie des concepts...pas de l'action. 47 morts, des récoltes perdues, des biens et des logements rasés sont le bilan des inondations qui ont frappé pendant la dernière semaine de novembre. Après coup, les ministères dévoilent leurs plans et tentent, tant bien que mal, de démontrer leur degré d'implication pour que ce drame ne se répète pas. Le Maroc a gouté au désastre et en principe, cela devra inciter à accélérer la mise en place d'une politique globale pour que les Marocains ne vivent jamais cela, ou du moins soient rassurés en cas de catastrophes naturelles.

- La fiscalité des associations, entre le brouillard juridique et la fausse tolérance. Le secteur associatif et notamment, dans le domaine des droits de l'Homme reçoit, pour certaines de ses activités, des financements extérieurs. Certaines associations oublient souvent qu'elles sont redevables à l'égard de l'administration fiscale. L'administration fiscale, à défaut de pouvoir régulariser systématiquement et de manière exhaustive presque 100.000 associations, procède aux relances, selon une démarche sélective, dominée par le pouvoir discrétionnaire, avec donc un risque d'arbitraire, voire d'instrumentalisation à des fins politiques.

*L'Observateur.:

- Droits de l'Homme : Le défi de Marrakech. Marrakech a remporté le pari. Plus de 6.000 participants venus de 94 pays ont défié la pluie et le froid de novembre pour prendre part à la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'Homme, un évènement d'envergure et d'exception. Liberté de parole et opulence des échanges. La présence des "droits de l'hommiste" maghrébins, européens et sud-américains de renom, a permis aux participants nationaux de comparer le modèle et l'expérience marocaine à ceux de pays étrangers, en essayant de tirer le meilleur enseignement de ces derniers.

- "Par le Forum mondial des droits humains, le Maroc montre qu'il aspire à écouter les douleurs et les maux de l'Humanité dans son ensemble, d'autant plus que les expériences des autres pays en matière de droits de l'Homme peuvent servir de modèles au nôtre", a affirmé le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Driss El Yazami, dans un entretien à la publication. Le Forum mondial des droits de l'Homme est aussi l'expression de la volonté d'évolution du Royaume en matière de droits humains, a-t-il ajouté. 

*Le Temps.:

- Les gosses de riches affichent leur fric. La jeunesse dorée marocaine a son blog sur Instagram. Elle suit la tendance et exhibe avec arrogance sa fortune. Une exhibition de richesses qui ne laisse pas indifférent. Entre haine et jalousie, fascination et envie, la vie de ces "filles et fils" s'apparente à celle des stars où tous les excès sont permis.

- Sahara marocain. Le "polisario" roule des mécaniques. Alger a une dent contre le Maroc. Ce n'est ni faute de l'avoir aidée à décrocher son indépendance, à refuser le tracé frontalier proposé par le colonisateur, ni même d'avoir essayé d'écrire une nouvelle page avec elle. Depuis quelques semaines, suite à l'échec cuisant essuyé sur la scène diplomatique, nos voisins essaient par polisario interposé de faire monter la tension. Un aveu d'échec retentissant pour un pays qui a dépensé des milliards de dollars pour attenter à l'intégrité territoriale du Royaume.

*La VieEco.:

- C'est la principale source de financement de l'Etat. Alerte! Les recettes de la TVA plongent. De 2009 à 2013, les recettes de la TVA étaient en décélération. Cette année, elles ont carrément baissé : -2,2 pc à fin octobre, suite à une forte baisse de la TVA à l'intérieur et une hausse modérée de celle à l'importation. Cet essoufflement survient malgré la réforme en cours censée élargir l'assiette de cette taxe. Ceci semble traduire, outre l'effet conjoncturel, une inflexion dans le modèle de croissance du Maroc, désormais fondé sur la demande extérieure. Le problème est que les autres impôts ne paraissent pas pouvoir combler cette perte de recettes fiscales. Comment y remédier ? *La Vérité.:

- La Cour des comptes et la gestion déléguée du secteur du transport : Le préalable à respecter. L'établissement d'un plan de déplacements urbains est un préalable à tout recours à la gestion déléguée, en matière de transport. Ce plan doit permettre, selon une approche intermodale, "l'articulation et l'optimisation de tous les modes de transports", explique la Cour des comptes dans son rapport, publié récemment, sur la gestion déléguée des services publics locaux. 

- Effondrement du prix du baril du pétrole: L'Algérie dans la tourmente. Les nouvelles ne sont pas réjouissantes pour l'Algérie des militaires. Ce qui s'est passé à Vienne vendredi 28 novembre n'est pas de nature à faire réveiller les dirigeants du pays au milieu de la nuit pour entonner un "T deum" rendant grâces au dieu des hydrocarbures qui leur permet jusqu'ici de redistribuer ces richesses nationales entre copains et coquins.

*La Nouvelle Tribune.:

- FMDH Marrakech: Le bilan. En dépit du boycott de certaines ONG locales, des fortes intempéries et des quelques problèmes organisationnels, la deuxième édition du FMDH, tenue du 27 au 30 novembre dernier à Marrakech, a clôturé ses travaux sur une note positive. Les différents contenus produits sur les différentes plateformes utilisées lors de ce forum ont totalisé 30 millions de vues, selon les organisateurs. Pour Driss Yazami, président du CNDH, il s'agit là d'un succès qui vient illustrer, de nouveau, l'engagement irréversible du Maroc dans la promotion des droits de l'Homme aux niveaux aussi bien national que mondial.

- Enquête BAM/Banque Mondiale: Seulement 43% des Marocains satisfaits des services bancaires. Si l'on se fie aux résultats de la première enquête portant sur la perception des services financiers, menée par Bank Al-Maghrib et la Banque Mondiale, et réalisée auprès des ménages marocains, on peut dire que les banques ont du pain sur la planche pour conquérir le cœur de leurs clients. Conformément aux résultats de cette enquête, 43% des clients des banques sont satisfaits des services offerts par celles-ci, contre 51% pour les compagnies d'assurance et 67% pour les associations de microcrédit.

*Le Reporter.:

- Maroc-Chine: Vers un partenariat win-win. Booster la coopération avec la Chine est sans doute l'objectif premier du coup d'accélérateur fraîchement donné à la coopération maroco-chinoise, à l'occasion de la tenue du Forum d'affaires maroco-chinois. Organisé sous le thème "Perspectives prometteuses pour un excellent partenariat stratégique", le Forum a traduit la volonté du Maroc de diversifier ses partenaires économiques en prospectant de nouveaux marchés prometteurs.

- Maroc-CCG: définir les perspectives du partenariat. Le Maroc est un partenaire de choix pour les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et une porte ouverte sur l'Afrique et l'Europe. C'est dans ce sens que s'est tenue, à Casablanca, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 4ème édition du Forum d'investissement Golfe-Maroc. Les participants ont débattu de plusieurs thèmes portant sur les perspectives de partenariat Maroc-CCG en Afrique et la coopération bilatérale dans les domaines de l'énergie, des mines, des télécommunications, du transport et des chemins de fer. 

*Finances News Hebdo.:

- Industrie pharmaceutique: Le Maroc débarque en force en Azerbaïdjan. Jouissant d'un grand savoir-faire forgé depuis les années 30, l'industrie pharmaceutique nationale, représentée par les sept plus grands laboratoires marocains, est allée récemment à la conquête du marché azerbaïdjanais en plein essor. La mission de prospection, qui a bénéficié du soutien de Maroc Export, était une excellente occasion pour les opérateurs nationaux de promouvoir leurs produits auprès des entités publiques azerbaïdjanaises et d'approcher de plus près les acteurs privés (importateurs et distributeurs). Ce déplacement a aussi permis d'apprécier les principaux écueils qui existent sur le marché azerbaïdjanais des produits médicaux.

- Gestion déléguée: la Cour des comptes tire la sonnette d'alarme. Après les régimes de retraite, puis le système de compensation ainsi que la stratégie "Maroc Numéric", c'est au tour du dossier de la "gestion déléguée des services publics locaux" de passer sous la loupe de la Cour des comptes. Le rapport, rendu public cette semaine, dresse un constat sans appel, notamment en ce qui concerne le secteur de la distribution d'eau, d'électricité et d'assainissement liquide. Il reproche aux sociétés délégataires de "ne pas avoir réalisé totalement les objectifs fixés en matière d'investissement et d'utiliser, parfois, le Fonds de travaux à des fins non conformes à son objet". Pire encore, constate la Cour des comptes, les contrats de distribution liant les communes aux délégataires, censés être réajustés tous les 5 ans, ne sont révisés qu'après des délais dépassant souvent les 10 ans, compromettant l'équilibre financier et économique desdits contrats.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara