Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Samedi 5 Septembre à 08:46

Maroc : Revue de presse hebdomadaire du 5 septembre 2015



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire.



* Le Temps.:

- Avec 2 milliards de dirhams de déficit et 6 milliards de dirhams d'endettement, Maghreb Steel est dos au mur. Les multiples boucliers antidumping que la société a exigés et obtenus n'ont servi qu'à stabiliser son activité et l'empêcher ainsi de sombrer davantage. Pour la nouvelle équipe dirigeante, en place depuis moins d'un an, l'heure est à la restructuration. Et par restructuration, l'on signifie souvent le gèle et le sabrage dans les dépenses les plus flexibles, en l'occurrence la masse salariale.

- A fin juillet 2015, les échanges extérieurs du Maroc ont été marqués par une amélioration du solde commercial de 23,9 milliards de dirhams, selon l'Office des changes, qui publie ses indicateurs préliminaires des échanges extérieurs pour juillet 2015. Ainsi le déficit commercial s'allège de -20,5 % par rapport à la même période de 2014 et recule à 92,4 milliards de dirhams contre 116,2 milliards en 2014.

*Le Canard Libéré.:

- Depuis le début de l'année, l'action de la Société nationale d'électrolyse et de pétrochimie (SNEP) a perdu quelque 43% de sa valeur. La situation est telle que les dirigeants de la boite, filiale du groupe Chaabi, sont intervenus via l'émission d'ordre d'achat de 18.000 actions pour soutenir le cours qui court depuis longtemps à sa perte. La situation de l'entreprise, déjà critique, a pâti en partie du conflit à rebondissements avec le groupe français FCB. Les actionnaires, eux, notamment les petits porteurs, sont en colère. Et pour cause, ils n'ont pas touché le moindre dividende depuis 2010.

*Maroc hebdo.:

- Les réserves internationales nettes se sont établies à 207,8 milliards de dirhams au 21 août 2015, en hausse de 19% en glissement annuel, a annoncé Bank Al Maghrib. D'une semaine à l'autre, ces réserves se sont inscrites en hausse de 2,1%, a précisé la même source. Durant la période allant du 20 au 26 août 2015, la Banque centrale a injecté un montant de 33,7 milliards de dirhams, dont 17,7 milliards sous forme d'avances à 7 jours sur appel d'offres et 16 milliards au titre des opérations de prêtes garantis, accordés dans le cadre du programme de soutien au financement du TPME.

*Finances news hebdo.:

- Cette année, les revenus extérieurs du Maroc tirés des exportations de phosphates seront peut-être épargnés par la baisse généralisée des prix des matières premières. Une baisse qui met à mal beaucoup de pays émergents exportateurs de matières premières. Mais si on arrive jusqu'à présent à passer entre les mailles du filet de la crise chinoise, il ne faut pas écarter la possibilité du déclenchement d'une vague baissière sur cette denrée.

- Les compagnies pétrolières et les opérateurs du secteur de distribution des hydrocarbures se préparent à la libéralisation du secteur. Le Groupement des pétroliers du Maroc "s'est engagé à donner une nouvelle impulsion au circuit de distribution, à travers le lancement de produits de grande qualité, répondant aux meilleures normes internationales. C'est une bonne nouvelle pour les opérateurs et les automobilistes", a souligné Adil Zaidi, président du GPM.

* Challenge.:

- Cette année, les gros nuages de poussière des élections locales détourneront certainement l'attention du citoyen du processus budgétaire en cours. En principe, ce processus devrait s'inscrire dans la nouvelle logique consacrée par la loi organique des Finances récemment adoptée, logique des résultats, basée principalement sur la programmation pluriannuelle, la transparence et la reddition des comptes.

- Chaque début septembre est synonyme d'annonces, parfois de projets et souvent d'étalement des contraintes qui pèsent sur l'avenir de notre pays politiquement et, bien sûr, économiquement. Les élections, dont la préparation a duré plus d'une année, sont enfin là et leurs résultats vont peut-être introduire plus de doute chez les acteurs politiques. Le doute sur les alliances qui doivent encore durer une année supplémentaire avant l'arrivée des élections parlementaires, mais aussi le doute qui sera induit par les ententes qui feront des majorités au niveau des territoires loin des "logiques" nationales.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara