Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Samedi 25 Juillet à 09:13

Maroc : Revue de presse hebdomadaire du 25 juillet 2015



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire.:



*La Vie éco.:

- La proposition du chef du gouvernement d'augmenter les allocations familiales à 300 DH pour chaque enfant et la pension minimale à 1500 DH n'a pas suffi à convaincre les syndicats d'adhérer à son projet de réforme de la retraite CMR. L'UMT, la CDT et la FDT, qui agissent de concert depuis quelque temps déjà, se disent déterminés à tout faire, y compris à recourir à une grève nationale pour empêcher cette réforme de voir le jour. La difficulté maintenant est que les caisses de retraite concernées par la proposition de Benkirane paraissent elles aussi contrariées à l'idée de devoir augmenter leurs charges dans un contexte où la tendance serait plutôt de les alléger. Certains à la CNSS craignent même que l'augmentation de la pension minimum à 1500 par mois soit l'occasion d'accentuer le phénomène de la sous-déclaration.

- Les promoteurs immobiliers ont-ils raison de reprocher aux banques de restreindre le crédit aux acquéreurs de logements? Des données apportées par le dernier rapport de la direction de la supervision bancaire de Bank Al-Maghrib conduisent à nuancer la réponse. Au cours de 2014, la production du crédit habitat a totalisé un montant de plus de 27 milliards de dirhams, en hausse de 12% par rapport à l'année précédente. Plus que cela, le crédit logement profite à une plus grande population. Le nombre de bénéficiaires progresse de 19% sur la période, à plus de 81.000 clients. Au total, les acquéreurs qui contractent des prêts encouragés par l'Etat (notamment le Fogarim) que les promoteurs disent d'autant plus serrés, sont même en hausse de 27%.

*Maroc Hebdo.:

- Sur la base des estimations techniques fournies par les différentes sociétés, le Maroc produira du pétrole et du gaz d'ici 2 à 3 ans, a affirmé le ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement Abdelkader Amara. "Nous avons 900.000 km carrés de bassins sédimentaires qui se répartissent entre les zones onshore et les zones offshore. Sur ce chiffre, nous n'avons exploré que moins de 400.000 km carrés", a-t-il déclaré dans un entretien, soulignant que depuis l'indépendance, le Maroc a foré 300 puits pétroliers.

- Etude prospective des besoins du marché de l'emploi en 2016: 124.359 postes à pourvoir. C'est le total des besoins exprimés par les entreprises pour l'année prochaine. Comparé aux résultats de l'enquête 2014, la hausse est de 20%. Sans grande surprise, 44% des besoins sont prévus dans les métiers mondiaux du Maroc, le tourisme 11%, tandis que les besoins des industries manufacturières, du commerce, de la construction... oscillent entre 4% et 6%, en recul net, ce qui explique que ces secteurs plongent dans une crise.

*Le Reporter.:

- Le conseil national du PJD se réunit aujourd'hui samedi en session extraordinaire sous la présidence de Abdelilah Benkirane pour établir la liste de ses candidats aux prochaines élections. Les travaux se tiendront à huis clos. La procédure de sélection intéresse en particulier les candidats pour le renouvellement du tiers des sièges de la Chambre des conseillers, ainsi que les prétendants pour l'élection des conseils des préfectures et des provinces. Les travaux de cette rencontre se tiendront au complexe sportif de Maamoura.

- Driss Lachgar, député de Rabat, quitte le processus électoral de la capitale pour celui du sud du Maroc. Le premier secrétaire de l'USFP a décidé de se présenter aux élections communales du 4 septembre dans sa ville natale Tarjjiste, une des communs de la province de Guelmim. La délégation régionale du parti a approuvé sa candidature à Tarjjiste, une commune à densité moyenne, dont le mode de scrutin est nominatif à un tour et non pas celui des listes à la proportionnelle. *Le Canard Libéré.:

- Les dirigeants du groupe français Five ne sont pas encore au bout de leurs mauvaises surprises dans l'affaires de vente aux enchères d'Aswak Assalam. Le tribunal de commerce de Casablanca n'a pas validé la vente aux enchères des 35.000 actions adjugées lors des deux séances précédentes au motif que le volume racheté est insuffisant en regard du total des actions mises en vente qui est de 3,5 millions ... Un échec sanglant pour la stratégie du cabinet Bassamat, défenseur de la partie française.

- Sale temps pour les notaires. Cette profession secouée depuis quelque temps de scandales mettant en cause des membres indélicats de la corporation, n'en finit pas de prendre des coups qui mettent à mal son seul vrai capital: la confiance. Sentant que leur métier est menacé de toutes parts, un conseil d'urgence, rassemblant une partie de la jeune garde, devait se réunir samedi à Casablanca pour débattre de l'avenir de la profession alors que le conseil national de l'ordre, lui, a proposé une réunion pour septembre comme s'il n'y avait pas péril en la demeure! Ce qui a surtout mis en colère les partisans de l'assemblée de crise c'est cette campagne de communication lancée sous forme d'"avis d'information" par le conseil national dans certains journaux. La teneur de cette annonce confirme que les notaires ne sont pas dignes de confiance et que les clients doivent désormais se protéger.

*La Nouvelle Tribune.:

- Une convention de partenariat et de coopération vient d'être signée entre la Cour de cassation et l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Selon un communiqué de la cour de cassation, cette convention s'inscrit dans le cadre de l'échange d'expertise et d'expériences entre les deux institutions, et intervient en concrétisation du "Plan Maroc Numeric 2020" visant à mettre en place des administrations publiques qui soient interactives et proches des citoyens.

- Royal Air Maroc, la plus connue des entreprises africaines! La Royal Air Maroc figure en tête du classement des entreprises africaines les plus connues des journalistes de la presse économique mondiale, selon une étude sur le rayonnement des entreprises africaines, rendue publique lundi à Paris. L'étude réalisée par le pôle Middle-East Africa de l'agence de communication "Rumeur publique" de mai à juin 2015, précise que si l'on se base sur la notoriété spontanée des entreprises africaines auprès des journalistes économiques, à la question pouvez-vous nous citer 5 entreprises africaines que vous connaissez, tout secteur confondu, la RAM se classe en tête des entreprises les plus mentionnées.

*Finances News Hebdo.:

- Opération nationale de soutien alimentaire "Ramadan 1436", inauguration de plusieurs projets socio-économiques à travers différentes régions du Royaume, création de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains...sont autant d'actes forts posés par SM le Roi durant le mois de Ramadan. Des actes symboles d'un Souverain proche de son peuple, mais également d'un Maroc ouvert sur l'extérieur et résolument tourné vers la modernité.

- Supervision bancaire: Les banques conformes aux règles prudentielles. La Banque centrale assure que les règles prudentielles sont bel et bien respectées par les banques marocaines. Malgré les risques conjoncturels qui pèsent sur leur activité, les banques affichent des ratios de solvabilité et de liquidité assez solides, dépassant même les niveaux minima exigés par la réglementation.

*Le Temps.:

- Auto-entrepreneurs: Traitement de faveur. L'accord de partenariat signé le 16 juillet entre Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, et Mamoun Bouhdoud, ministre délégué chargé des petites entreprises et de l'intégration du secteur informel d'une part, et Othman Benjelloun, président du Groupement des professionnels des banques du Maroc et Abdellah Benhamida, président de l'Association professionnelle des sociétés de financement d'autre part constitue une opportunité pour bien des professionnels. En vertu de cet accord, les auto-entrepreneurs auront accès au financement bancaire sans apporter de garanties ou hypothéquer leurs biens. L'accord constitue un cadre commun d'échanges entre les différents partenaires pour accompagner le déploiement du statut d'auto-entrepreneur.

- Dette publique: Le Maroc a décidé de favoriser l'endettement pour financer le fonctionnement de son modèle économique. Cette dette s'apprécie d'année en année, et le gouvernement assure que son évolution reste gérable. Une affirmation corroborée par un rapport du FMI, publié en avril 2015, traitant de la situation macroéconomique du Maroc et de l'état des comptes publics. L'on y lit que l'objectif pour 2014 d'un déficit budgétaire de 4,9 pc du PIB avait été atteint, et qu'il est très probable qu'il atteigne les 4,3 pc en 2015, conformément aux hypothèses jugées "prudentes et réalistes" décrites dans la loi de finances 2015.Chose qui a été, plus tard, démontrée et confirmée, chiffres à l'appui par Bank Al-Maghrib dans son rapport annuel.

*L'Observateur du Maroc et d'Afrique.:

- Confronté à une conjonction d'événements défavorables, le tourisme marocain est en mauvaise passe. Les opérateurs ne cachent pas leur inquiétude. Les événements tragiques survenus cette année ont créé un effet d'amalgame très préjudiciable à la destination Maroc qui espérait pouvoir compenser les pertes enregistrées par le recul des marchés français et italien et renouer avec la croissance. Le ministre du Tourisme rassure "qu'aucune annulation massive n'a été enregistrée pour l'instant. Et il est encore tôt pour savoir si oui ou non l'industrie touristique marocaine sera impactée".

- En 2014, le taux de chômage a enregistré sa 3ème hausse consécutive pour s'établir à 9,9 pc au lieu de 9,3 pc un an auparavant, avec la création nette de 21.000 postes seulement, la plus faible durant ces quatorze dernières années après celle de 1.000 postes en 2012, constatent les économistes de Bank Al-Maghrib. La population au chômage a enregistré une hausse record de 8 pc par rapport à 2013, et cette tendance se pérennise puisque 59 pc des individus à la recherche d'un emploi sont en situation de chômage de longue durée (plus d'un an).

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara