Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Samedi 12 Septembre à 08:47

Maroc : Revue de presse hebdomadaire du 12 septembre 2015



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire.:



*Maroc Hebdo.:

- Mohamed El Ghali, professeur des sciences politiques à l'Université Cadi Ayad de Marrakech commente la victoire du PJD au scrutin du 4 septembre: "Il n'y a pas eu de raz de marée", a-t-il affirmé dans un entretien. "C'est une victoire certes nette du PJD, mais nous restons loin d'être un pays bien encadré par des partis politiques", a-t-il précisé, soulignant que le parti de la lampe a profité des erreurs des autres partis.

- Les chèques en bois continuent de faire des ravages dans l'économie marocaine. Les montants qu'ils représentent totalisent la somme colossale de 66 milliards de dirhams. Des pertes considérables principalement pour les PME. Les chèques en bois représentent aujourd'hui 7 pc du PIB. Les banques sont invitées à plus de réactivité dans la communication des informations.

*Le Reporter.:

- L'association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) a indiqué que les femmes ont été sous-représentées lors de cette campagne électorale des élections communales et régionales. Les femmes n'ont représenté que moins de 56 pc dans la presse écrite arabophone partisane, à en juger par la place consacrée à la femme par rapport au volume global de ces journaux et le volume dédié à la campagne électorale elle-même.

* Challenge.:

- Le secteur de l'immobilier traverse depuis quatre ans une période de vaches maigres qui semble s'éterniser. Les promoteurs immobiliers commencent à perdre patience et appellent au secours les pouvoirs publics. Les séries de réunions de la FNPI avec les ministres de l'Habitat, de l'Urbanisme, de l'Intérieur et des Finances, entamées depuis le 20 février 2015, n'ont pas donné lieu à aucun résultat concret. Le secteur semble s'enfoncer durablement dans la crise.

- Le Maroc est en train de vivre des mutations institutionnelles majeures. Avec la régionalisation avancée, on assiste à un élargissement du débat politique et du champ de la compétition vers l'échelon régional. Tous les partis politiques ont compris l'enjeu de cette nouvelle donne dans la vie politique et institutionnelle du pays. Celui qui présidera le plus de régions pèsera lourdement sur le fonctionnement des institutions, sur l'allocation des ressources et sur la conduite des politiques publiques. La loi organique sur les régions a conféré au président du conseil régional des pouvoirs très étendus.

*La Vie éco.:

- La masse salariale dans la fonction publique a franchi le seuil de 100 milliards de DH depuis 2014. Elle représentent 11 pc du PIB du budget de fonctionnement et 57 pc des recettes fiscales. Ces ratios sont proches de ceux que l'on peut observer ailleurs. Toutefois, le Maroc ne compte que 27 fonctionnaires pour 1000 habitants contre 44 en Tunisie et quelque 80 en France. Le salaire net moyen dans la fonction publique est de 7.300 DH en 2014. Il représente aujourd'hui trois fois le salaire minimum contre "seulement" le double en France.

- Les leçons des élections du 4 septembre. Le pluralisme politique n'est pas le pluripartisme. Les électeurs l'ont démontré. Huit partis sortent du lot en remportant plus de 95 pc des sièges. Le bipolarisme politique est en train de s'installer progressivement. D'un côté, il y a le PAM et de l'autre, le PJD. A eux deux, les urnes ont conféré une légitimité populaire. En même temps le citoyen reprend confiance dans le jeu politique, le taux de participation en atteste. Mais le jeu des alliances et les intérêts partisans risquent de le décevoir.

*Finances News Hebdo.:

- Les banques sont exposées à plus de 8 milliards de DH au risque Samir, mais restent, malgré tout, résilientes face au risque de défaut du raffineur. Côté compagnies d'assurances, l'exposition est sans communes mesure avec celle des banques. Elle reste maîtrisée. Les entreprises de BTP font face à une pénurie de bitume, mais le ministère de l'Equipements et des transports a organisé avec les professionnels l'approvisionnement pour ne pas perturber les chantiers routiers. La douane s'est mobilisée tardivement pour recouvrer ses 13 milliards de DH de droits d'importation. Cette somme correspond à près de 15 pc de recettes totales de la douane en 2014 et les salariés appellent à la reprise urgente de la production et à l'entrée de l'Etat dans le capital du raffineur.

- Estimées à près de 5 mois et 28 jours d'importations de biens et services, les réserves internationales ont enregistré une progression par rapport à juin 2014. Cette performance a, en partie, été possible grâce à l'allègement notable du déficit de la balance commerciale. On note, depuis l'année dernière, une amélioration substantielle de celles-ci. D'ailleurs, les derniers chiffres officiels font état d'une hausse des réserves internationales nettes en juin 2015. Celles-ci ont progressé en glissement mensuel de 0,7 pc (1,3 milliard de DH).

* Le Temps.:

- Le transporteur national Royal Air Maroc (RAM) ambitionne de renforcer la fréquence aérienne entre le Brésil et l'Afrique à travers la mise en place d'un partenariat avec l'Institut brésilien du tourisme (Embratur). Une rencontre a ainsi été organisée à Brasilia entre le directeur de RAM au Brésil, Mehdi El Yaalaoui, et le président d'Embratur, Vinicius Lummertz, axée sur les moyens de promouvoir le flux touristes circulant entre le Brésil et l'Afrique. - La réforme de l'impôt sur le revenu (IR) revient sur les devants de la scène, et c'est Mohamed Boussaid, ministre de l'Economie et des finances, qui sera potentiellement chargé de ce dossier. Bien qu'aucune déclaration d'intention officielle n'ait encore été faite par l'Exécutif, deux événements majeurs sont à mettre au crédit d'une éventuelle mise en chantier de cette réforme dès début 2016. Le premier est l'arrivée à échéance, fin 2015, de la Contribution sociale de solidarité. Le deuxième est contenu dans la lettre de cadrage relative aux orientations du projet de loi de Finances 2016, adressée en août 2015 par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane aux différents départements gouvernementaux.

* L'Observateur du Maroc et d'Afrique.:

- L'expérience marocaine est unique dans la sphère MENA, puisque c'est le seul pays qui a sauvegardé sa stabilité. C'est la première fois que les exécutifs des régions sont élus au suffrage universel. Auparavant, les élus communaux constituaient le collège électoral, avec des phénomènes de corruption, qui aboutissaient à la dénaturation du vote initial des citoyens. Cette évolution s'inscrit dans un changement institutionnel qui est la régionalisation avancée.

- L'économiste principal de la Banque mondiale pour le Maroc et la région MENA, Jean-Pierre Chauffour, a indiqué au journal que la région n'est pas immédiatement touchée par les effets de la crise en Chine. L'impact sur le Maroc comme sur les autres pays du Maghreb risque d'être, dans un premier temps, assez atténué. Et le fait que le Maroc ne soit pas directement touché par les turbulences en Asie reflète aussi le fait que la région est peu connectée financièrement avec le reste du monde.

* Le Canard Libéré.:

- La nouvelle procédure d'octroi des autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments dont le décret relatif vient d'être publié au Bulletin officiel entrera en vigueur au mois de février 2016. Ce texte très attendu par les opérateurs, après 9 ans de "réflexion" au ministère de la Santé, est censé clarifier les procédures et fixer les délais des différentes étapes avant l'octroi de l'AMM en réduisant notamment le délai d'attente du visa de commercialisation de 24 mois à 10 mois.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus