Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Lundi 14 Juillet à 12:48

Maroc : Revue de la presse quotidienne internationale européenne



Bruxelles - Les bombardements meurtriers opérés, depuis une semaine, par l'armée israélienne sur Gaza constituent le principal sujet commenté ce lundi par la presse européenne.



En Belgique, Le Soir souligne dans un éditorial intitulé 'crise absurde et souffrances à Gaza'', qu'il y a quelque chose d'extraordinairement absurde dans le dernier épisode du conflit israélo-palestinien car, d'évidence ni Israël ni le Hamas, n'ont eu la volonté de s'engager dans un affrontement d'une telle ampleur, estimant que l'enchaînement des séquences a une nouvelle fois précipité la région dans une violence extrême dont les civils sont les victimes expiatoires.

Le journal fait observer à ce propos que les dirigeants israéliens, mus par un besoin irrépressible de faire échouer l'expérience du nouveau gouvernement palestinien d'unité nationale qui inclut le Hamas, n'ont eu de cesse de faire la chasse aux activistes palestiniens après le meurtre des trois jeunes Israéliens sans même qu'il fut établi que le Hamas était bien responsable de cet attentat, notant que cette traque, étendue à Gaza, a accéléré ce énième engrenage sanglant.

'La Libre Belgique'', qui titre 'Israël va intensifier ses tirs'', souligne que des milliers de Gazaouis ont fui le nord de l'enclave après une nuit épouvante en raison de l'ampleur des bombardements, relevant que ce cycle de violence est le plus meurtrier depuis l'offensive de novembre 2012 avec 177 morts parmi les Palestiniens et six du côté israélien en une semaine.

Sous le titre 'Israël reste sourd'', 'La Dernière Heure'' constate que malgré les appels incessant au cessez-le feu de la communauté internationale, Israël veut intensifier les frappes contre Gaza et a demandé aux habitants du nord de l'enclave d'évacuer immédiatement.

Les quotidiens helvétiques se demandent, pour leur part, si Israël s'apprête à mener une offensive terrestre après une première incursion au sol dimanche dans le nord de la bande de Gaza.

"Des milliers de Gazaouis fuient les bombes", titre "Le Temps", estimant que l'injonction faite par l'armée israélienne aux habitants de Beit Lahya de quitter leur maison pourrait être un prélude à une offensive terrestre.

"En tout cas, les bombardements s'intensifient, au rythme d'un toutes les trois minutes", souligne l'auteur de l'article, affirmant qu'Israël continue à faire la sourde oreille aux appels internationaux à un cessez-le-feu en dépit des lourdes pertes civiles.

Même analyse sur les colonnes de la Tribune de Genève qui note 70.000 Palestiniens vivent dans les quartiers où ont été largués des tracts de l'armée de l'occupation pour leur demander d'évacuer leurs habitations.

"Des milliers de Gazaouis ont fui le nord de l'enclave palestinienne, emportant ce qu'ils pouvaient avec eux et beaucoup d'entre eux n'avaient même pas vu les tracts mais choisi de partir après une nuit d'épouvante", écrit le journal.

De son côté, 24Heures se fait l'écho de l'appel lancé à l'ONU par le président palestinien Mahmoud Abbas pour placer l'Etat de Palestine sous la protection internationale de l'organisation.

"Après une semaine d'hostilités, c'est au tour des Européens de tenter d'arracher une trêve dans le conflit", relève pour sa part Le Matin qui se demande si le chef de la diplomatie de l'Italie, qui préside actuellement l'Union européenne (UE), pourrait réussir là où d'autres ont échoué.

La situation à Gaza continue d'alimenter les commentaires de la presse suédoise. Citant le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, "Dagens Nyheter" indique que l'UE ne prévoit aucune action concrète dans le conflit entre Israël et le Hamas si ce n'est des appels à un cessez-le-feu, ajoutant que de plus en plus de pays appellent à une trêve.

Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, se rendra ce lundi au Moyen-Orient pour des entretiens avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas, indique le quotidien, ajoutant que la Suède a appelé à un cessez-le-feu, alors que se profile une invasion terrestre israélienne de la bande de Gaza.

La même publication indique que la position du leader du parti des Sociaux-démocrates, Stefan Lofven, au sujet du conflit israélo-palestinien exprimée sur les réseaux sociaux a suscité l'indignation des internautes.

Le quotidien rappelle que Lofven a estimé qu'Israël "a le droit de se défendre", ce qui a déclenché une tempête de critiques de la part de plusieurs Suédois qui l'ont accusé de prendre parti avec Israël lui reprochant aussi de ne pas condamner les bombardements israéliens de Gaza.

De son côté, "Svenska Dagbladet" indique que des milliers de Palestiniens ont fui leurs maisons après les bombardements massifs de l'armée israélienne, ajoutant que le Tsahal se prépare à une invasion terrestre de la bande de Gaza.

C'est ainsi qu'au moins 4.000 Palestiniens ont cherché refuge dans des écoles gérées par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), indique le quotidien, qui souligne qu'au total c'est près de 17.000 personnes qui ont cherché refuge dans les installations de l'ONU.

Depuis le début des bombardements israéliens mardi dernier, au moins 166 Palestiniens ont été tués, dont 77 pc étaient des civils, ajoute le quotidien, qui cite l'ONU.

Pour sa part, "Aftonbladet" écrit que le conflit entre Israël et la Palestine n'est pas une bataille entre deux parties de force égale, ajoutant que dans ce conflit c'est la population pauvre de Gaza qui paie le prix de cette violence.

Une offensive terrestre israélienne entraînerait une catastrophe humanitaire pour les civils, prévient la publication, ajoutant que la vraie raison de cette situation tendue c'est l'occupation par Israël des territoires palestiniens.

Rappelant que ce conflit est l'un des plus anciens au monde, la publication revient sur la position exprimée par le leader social-démocrate et estime qu'elle n'est pas digne d'un éventuel futur Premier ministre.

En France, ce même intérêt aux développements de la situation à Gaza est également partagé par les quelques quotidiens parus en ce jour férié.

Les habitants de la bande de Gaza se sentent une nouvelle fois abandonnés et appellent au secours, souligne l'éditorialiste de Libération, faisant observer que "le monde a laissé Israël refuser tout compromis et accroître sa présence en Palestine en toute impunité".

La publication relève que "la valse diplomatique française à trois temps résume bien l'embarras des pays occidentaux mais aussi de la région face à l'escalade de la violence à Gaza et en Israël. Après avoir affirmé mercredi le droit de l'Etat hébreu à se défendre, le président Hollande s'est souvenu jeudi des victimes palestiniennes avant que son ministre des Affaires étrangères n'appelle, dimanche, à un cessez-le-feu aussi vain qu'incantatoire", ajoutant que "les autres parrains ou partenaires de cette crise n'ont pas fait mieux" .

"En attendant, 166 Palestiniens ont été tués : des responsables militaires du Hamas ou des autres groupes islamistes, mais aussi des civils et des enfants, victimes des bavures et dommages collatéraux, conséquence de ces bombardements dans une zone aussi densément peuplée", poursuit l'éditorialiste.

Pour sa part, Le Figaro écrit que l'épreuve de force s'intensifie dans la bande de Gaza, notant qu'"Israël a promis dimanche d'intensifier ses raids, après avoir appelé le nord de l'enclave palestinienne à évacuer".

"Depuis le lancement de son offensive, l'aviation israélienne effectue en moyenne un raid toutes les quatre minutes et demie" , indique le journal, précisant que "ce pilonnage aérien systématique a un prix humain élevé".

En Grande-Bretagne, la presse continue à s'intéresser aux derniers développements de la situation dans la bande de Gaza qui subit depuis plusieurs jours une campagne aérienne israélienne, la plus meurtrière depuis novembre 2012.

Le Guardian rapporte que des milliers de Palestiniens fuyaient dimanche le nord de la bande de Gaza après une nuit de raids israéliens intenses et l'appel à évacuer les lieux lancé par Israël en prévision de bombardements massifs.

Le journal fait également état de l'opération terrestre menée par un commando de la marine israélienne dans le nord de l'enclave palestinienne, la première du genre depuis le lancement de l'offensive israélienne, alors que Tel-Aviv menace d'intensifier les frappes aériennes malgré les nombreux appels à la trêve.

Pour sa part, le Daily Telegraph revient sur l'incursion terrestre menée par un commando israélien à Gaza où les forces spéciales de la marine israélienne ont échangé des tirs avec des combattants du mouvement islamiste palestinien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu que l'opération militaire lancée contre le Hamas, ayant fait jusqu'à présent au moins 166 morts palestiniens, en majorité des civils, pourrait durer encore longtemps, souligne la publication, indiquant que 22 membres d'une même famille palestinienne ont été tués par des bombardements de l'aviation israélienne.

Independent se fait, quant à lui, l'écho des propos du Premier ministre israélien qui justifie l'offensive militaire lancée contre l'enclave palestinienne, évoquant le droit d'Israël à se défendre contre les tirs de roquettes de Hamas.

Aux Pays-Bas, cette offensive sanglante de l'armée israélienne continue de focaliser l'attention des quotidiens locaux.

De Volkskrant écrit que des milliers de Palestiniens issus de la bande de Gaza ont fui leurs maisons à cause de l'offensive israélienne pour s'installer dans des camps de l'Organisation des Nations unies.

"Les déplacés ont répondu à l'appel de l'armée israélienne qui a menacé d'intensifier ses raids contre Gaza, lesquels ont tué jusqu'à présent 160 personnes dont un grand nombre d'enfants", indique la publication.

NRC estime, pour sa part, que malgré les appels de la communauté internationale et du Secrétaire général des Nations Unies à un cessez-le-feu, l'offensive se poursuit toujours d'autant que le Premier ministre israélien a déclaré qu'il ne cédera pas aux critiques de l'étranger. L'offensive prendra fin lorsque ses objectifs seront atteints à savoir la paix et la sécurité, a affirmé Netanyahou, cité par le journal.

De son côté, le quotidien AD se fait l'écho d'une grande manifestation qui a eu lieu à Paris en protestation contre l'offensive israélienne à Gaza qui s'est soldée par des émeutes où plusieurs personnes ont été blessées et autres arrêtées.

La colère contre la politique israélienne s'est fait entendre dans plusieurs autres capitales européennes notamment à La Haye où des milliers de personnes se sont élevées contre l'Etat hébreu, sa politique de colonisation et son mur de séparation, écrit le journal.

Telegraaf, qui indique que les manifestants à La Haye ont critiqué la couverture des médias néerlandais du conflit israélo-palestinien caractérisée par un parti-pris flagrant pour l'Etat juif, a souligné que 70 pc des victimes étaient des civils dont le tiers sont des enfants, d'après les estimations de l'ONU.

En Italie, Il Messaggero écrit que l'armée israélienne a déclenché dans la nuit de dimanche l'attaque terrestre tout en poursuivant ses raids aériens sur la Bande de Gaza où au moins 20.000 habitants ont été contraints à prendre le chemin de l'exode abandonnant leurs maisons sous une pluie de bombes.

Entre-temps, les sirènes continuent à retentir dans les villes israéliennes, alors qu'''à Vienne, au Moyen-Orient et dans plusieurs capitales européennes avec une lenteur exaspérante pour qui souffre, la diplomatie bouge préoccupée par le bilan des pertes humaines, qui continue à croître surtout parmi les civils palestiniens''.

Sous le titre 'civils en fuite et tentatives de médiation'', Corriere della Sera rapporte que la ministre italienne des Affaires étrangères, Federica Mogherini, compte se rendre au Moyen-Orient pour rencontrer le Président palestinien, Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien afin tenter de trouver une solution permettant d'instaurer une trêve.

Le journal indique que le Président palestinien a appelé 'à placer la Palestine sous protection de l'Onu'', alors que le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a eu 'un long entretien téléphonique avec Netanyahu, se déclarant prêt à contribuer en vue d'aboutir à un cessez-le-feu''.

En Espagne, les principaux quotidiens focalisent leur intérêt sur l'élection de Pedro Sanchez comme nouveau secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Pedro Sanchez obtient le leadership du PSOE avec une grande majorité, titre " El Pais ", ajoutant que le député madrilène a remporté presque la moitié des votes des militants du parti.

Après l'annonce des résultats, qui doivent être ratifiés lors du congrès extraordinaire du parti les 26 et 27 juillet, Sanchez, professeur universitaire de 42 ans, a promis d'œuvrer à "l'unité et au changement du PSOE", indique le journal.

Pedro Sanchez, "leader pour le changement" au PSOE, souligne pour sa part " El Mundo ", précisant que le candidat madrilène a gagné dans onze communautés autonomes et a obtenu une victoire écrasante en Andalousie où il a eu le soutien de la présidente de cette région, Susana Diaz.

Sanchez a recueilli 49 pc des voix contre 36 pc pour son rival Eduardo Madina.

L'élection de Pedro Sanchez est la première étape pour rénover un parti épuisé qui n'a fait que récolter un échec après autre, indique, pour sa part, "ABC ", notant que le vainqueur des élections des socialistes est appelé à récupérer la base pour mener à bien son projet.

Le quotidien relève également qu'après son élection, Sanchez a annoncé la tenue en novembre prochain des primaires pour élire le chef de file des socialistes lors des prochaines élections générales de 2015.

Au Portugal, la presse s'intéresse à la tourmente qui secoue la banque portugaise Espirito Santo et la cooptation de sa nouvelle équipe dirigeante afin d'apaiser les inquiétudes des marchés.

'Diario Economico'', écrit que Vitor Bento, un économiste réputé choisi pour prendre les rênes de l'établissement, devra prendre ses fonctions dès ce lundi afin de calmer les marchés. La nouvelle équipe de la BES a été contrainte en raison de circonstances imprévues de prendre ses fonctions deux semaines plus tôt que prévu, ajoute la publication.

Après la chute la semaine dernière des actions de la BES qui a également secoué plusieurs places boursières mondiales et mis le Portugal à nouveau dans le viseur des marchés, la banque centrale et le gouvernement ont mis la pression pour que Vitor Bento prenne ses fonctions le plus tôt possible en remplacement de Ricardo Salgado, patron emblématique de la Banque depuis 23 ans.

"La Banque du Portugal a exigé l'entrée en fonction immédiate de la nouvelle direction de la BES", souligne de son côté 'Jornal de Negocios'', ajoutant que cette décision vise à éviter un dérapage de la situation.

Traitant du même sujet, 'Diario de Noticias'' s'est fait l'écho de la décision du président de la Banque d'investissement du groupe Espirito Santo, José Maria Ricciardi, un membre influent de la famille Espirito Santo qui a présenté la veille sa démission pour faciliter la transition au sein de la banque.

Au titre de la Coupe du Monde de football remportée la veille par l'Allemagne, 'Jornal de Noticias'', note que le jeune Mario G?tze a offert à l'Allemagne le 4 ème titre de champion du monde. Diario de Noticias'' relève que la Nationalmannschaft'' en s'imposant devant l'Argentine devient la première équipe européenne à être sacrée en Amérique du Sud.

Pour la presse espagnole, la victoire de l'équipe allemande sacrée championne du monde pour la quatrième fois de son histoire après avoir battu l'Argentine par 1-0 est une victoire méritée et Messi a été la grande déception de cette finale.

En Italie, La Repubblica écrit que l'Allemagne a remporté la Coupe du monde parce qu'elle a présenté 'une équipe merveilleuse, nouvelle, multiethnique, spectaculaire, solide et correcte''.

'C'est le modèle d'équipe pour tout pays qui cherche à réorganiser son football. Les écoles de football en Allemagne sont l'exemple à suivre en matière d'éducation, qui va au-delà du sport'', estime le journal, qualifiant le capitaine d'équipe argentine, Léon Messi, de 'Grand perdant'' de cette finale.

'La solitude de Messi est évidente. Buts manqués et malaise. Le Mythe Diego (Maradona) est lointain'', estime l'auteur de l'article.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara