Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


MAP - publié le Vendredi 29 Avril à 10:22

Maroc : Revue de la presse quotidienne internationale Europe Occidentale du 29 avril 2016



Bruxelles - La réforme de l'enseignement en Belgique, les flux des migrants en Europe et les derniers développements de la situation en Libye et en Syrie, sont les principaux sujets abordés par la presse européenne paraissant ce vendredi.



En Belgique, les journaux s’intéressent au débat sur la réforme de l’enseignement, dite '’Pacte d’excellence’’.

Les chantiers sont nombreux pour la nouvelle ministre de l’enseignement, à commencer par l’adoption du Pacte d’excellence qu’il faudra mener à bien, en écoutant tous les acteurs de terrain, écrit Le Soir.

La ministre croit pleinement à la dynamique du projet, dont le processus, selon elle, est ‘’original, différent de ce qui a été fait jusqu’ici’’, ajoute le quotidien, qui note que l’exercice de conviction s’annonce périlleux car la ministre devra aussi jouer avec les arbitrages politiques.

De son côté, L’Avenir, qui titre ‘’Pacte d'excellence: journée plus longue et vacances réorganisées’’, indique que la question ultrasensible des rythmes scolaires a été inscrite cent fois au tableau noir sans que jamais les ministres en charge de l’enseignement n’osent s’y attaquer. 

Mais, cette fois, la réforme semble bel et bien amorcée, relève le journal.

Pour +La Libre Belgique+, les nouvelles pistes semblent opportunes car elles ont été définies au départ d’une préoccupation essentielle : le bien-être et l’intérêt de l’enfant.

Toutefois, deux problèmes se posent, estime la publication, qui cite, d’abord, le coût de cette réforme qui nécessiterait du personnel supplémentaire et, ensuite, les réactions des syndicats, toujours réticents au changement.

Les quotidiens helvétiques évoquent les répercussions de la décision de Vienne d’ériger une barrière sur la frontière avec l’Italie afin d'arrêter les flux de réfugiés.

Sous le titre "colère italienne après le vote anti-réfugiés de l’Autriche", la Tribune de Genève écrit que c’est la première fois qu’un pays envisage de décréter un "état d’urgence migratoire". 

"Vienne cherche donc à bloquer les migrants aux frontières sans même leur accorder la possibilité de déposer une demande d’asile comme il est d’usage", relève l’éditorialiste.

Le +24Heures+ souligne que le texte adopté reste très controversé dans un pays qui s’est construit après-guerre sur sa capacité à intégrer les réfugiés des régimes communistes, des valeurs longtemps défendues par les forces en présence.

Le concept de l’urgence migratoire relève du fantasme, qui répond à des considérations politiques, mais qui ne se base sur aucune réalité, note le journal, estimant que "cette innovation, une première mondiale, n’a aucune chance de tenir la route". 

+Le Temps+ revient de son côté sur la mise en garde lancée par le président américain Barack Obama contre l'isolement de la Grande-Bretagne en cas de succès du "oui" lors du référendum sur son maintien dans l'UE. "Le vote britannique a de quoi remettre en question le projet européen, d’autant plus qu’il n’y a pas une seule voix européenne, forte et crédible, pour mettre en garde les Britanniques contre les conséquences du Brexit", conclut la publication.

En France, la presse quotidienne s’intéresse à plusieurs sujets d’actualité dont les derniers développements de la situation en Syrie et en Libye.

"Efforts de façade pour sauver la paix en Syrie", titre +Le Monde+, qui écrit que les pourparlers de Genève n'ont débouché sur aucun résultat, alors que les combats s'intensifient à Alep.

"Jusqu'ici, le seul résultat tangible des négociations intersyriennes de Genève est leur survie. Mais elles sont à bout de souffle", fait remarquer la publication, expliquant que la troisième session de ces pourparlers indirects sous l'égide des Nations unies entre le régime de Bachar Al-Assad et l'opposition s'est achevée mercredi 27 avril sans aucune réelle avancée alors que l'intensification des offensives des forces du régime aidées par les Russes, notamment autour d'Alep, risque de leur donner le coup de grâce.

Pour sa part, +Libération+ souligne que malgré la trêve, l’aviation syrienne a frappé l’établissement de santé de la ville d’Alep dont l’Objectif de signifier aux rebelles qu’ils ne pourront plus être soignés. 

Il s’agit d’une tactique classique avant un assaut d’envergure sur la ville, estime le journal, notant que le cessez-le-feu est en réalité abandonné. 

+Le Figaro+ évoque sur un autre registre la situation en Libye, relevant qu’à l’heure où le pays joue son avenir politique et sécuritaire, la situation est si incertaine que tous les scénarios sont possibles, les plus catastrophiques comme les plus rassurants.

L’auteur de l’article indique aussi que politiquement, le gouvernement d’union nationale, soutenu par la communauté internationale et dirigé par Fayez al-Sarraj, a toujours des difficultés à s’imposer, faisant observer que s’il a reçu le soutien des principales institutions économiques du pays - la banque centrale, la compagnie nationale de pétrole et le fonds d’investissement libyen -, il n’a, depuis son arrivée dans la capitale libyenne le 30 mars, qu’une dizaine de bâtiments ministériels en sa possession.

En Espagne, les principaux quotidiens se font l’écho de la réunion tenue jeudi entre les vice-présidents des gouvernements central et catalan, Soraya Saenz de Santamaria et Uriol Junqueras. 

Ainsi, +El Mundo+ écrit que les deux responsables ont constaté un climat de détente entre les deux gouvernements après plusieurs mois de tensions à cause de la question catalane, ajoutant que les positions des deux parties concernant les revendications indépendantistes en Catalogne n’ont connu pourtant aucun changement.

+ABC+ indique de son côté que les deux gouvernements ont convenu d’œuvrer de concert pour résoudre les problèmes quotidiens des Catalans, faisant observer que les deux responsables ont fait état d’un esprit d’ouverture en acceptant de tenir une réunion bilatérale sans évoquer le sujet du référendum d’autodétermination.

Quant à La Razon, il rapporte les déclarations d’Oriol Junqueras qui a affirmé qu’entamer un dialogue avec le gouvernement de Madrid est aujourd’hui plus facile, mettant estimant que le renforcement des relations de collaboration entre les deux exécutifs contribuera à l’amélioration des services publics offerts aux Catalans.

Même son de cloche chez +El Pais+, qui souligne que les deux responsables ont décidé de laisser de côté leurs profondes divergences, relevant que cette réunion inédite a été tenue avant le lancement officiel de la campagne électorale pour les élections générales prévues le 28 juin. 

Le bombardement jeudi d’un hôpital à Alep focalise l’attention des quotidiens portugais.

L'hôpital Al-Quds était une structure fondamentale dans la ville massacrée d'Alep dans le nord de la Syrie, écrit le +Publico+.

L'armée de Bachar al-Assad nie le fait d’avoir pris l’hôpital pour cible, mais les Etats-Unis et l'ONU disent qu'ils ne croient pas qu'il a été frappé par erreur, tuant au moins 27 personnes, parmi lesquelles figurent du personnel médical, rapporte le quotidien.

Selon le journal, tous les appels à la prolongation du cessez-le feu entré en vigueur le 27 février, et les négociations de paix sous les auspices de l'Organisation des Nations unies à Genève s’avèrent infructueux, ajoutant que le plus grand obstacle à toute entente est justement l'avenir du président Assad. 

Les forces du régime de Bachar al-Assad ont bombardé dans la nuit de mercredi à jeudi l'hôpital d’Alep tuant le dernier pédiatre de la deuxième ville de Syrie, note de son côté le +Diario de Noticias+, ajoutant que Damas veut reprendre le contrôle de la ville qu’elle a perdue en 2012.

L’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a déclaré que l’escalade des violences à Alep, meta trêve du 27 février en «grave danger», notant que dans les dernières 48 heures, un Syrien est mort toutes les 25 minutes et un autre est blessé toutes les 13 minutes, rapporte la publication.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara