Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


MAP - publié le Mercredi 22 Octobre à 12:11

Maroc : Revue de la presse quotidienne du 22 octobre 2014





*L'Economiste.:

- PLF 2015: La charge de la dette pèsera sur la relance économique. Les remboursements de la dette vont coûter 68 milliards de DH au budget de l'Etat en 2015. La charge absorbera 86 pc des rentrées d'impôts sur le revenu et sur les sociétés attendues l'année prochaine.

- PLF 2015: Boussaid veut doper les investissements privés. Le projet de budget prévoit de réduire les investissements bénéficiant d'avantages fiscaux à l'importation. Il s'agit de passer aux projets d'une valeur de 150 millions de DH au lieu de 200 millions comme en vigueur depuis plusieurs années. En plus, le texte prévoit l'extension de 24 à 36 mois de la durée d'exonération de la TVA à l'intérieur et à l'exportation.

- L'Etat veut renforcer son dispositif de contrôle financier sur les établissements publics. Le contrôle sera désormais étendu à d'autres entités publiques, notamment aux SA dont le taux de participation publique est supérieur à 33 pc et inférieur ou égal à 50 pc.

*Al Bayane.:

- PLF 2015: Maîtrise du déficit public et promotion de l'investissement public en pole position. La diminution du déficit public, la relance de la croissance et la promotion de l'investissement public retracent, en partie, les objectifs majeurs du projet. Le PLF 2015 table aussi sur la baisse de l'endettement public, le soutien de l'emploi et la poursuite de la réforme fiscale.

- La salinité de l'eau préoccupe dans le Souss: Les agriculteurs crient leur détresse. La situation devient de plus en plus alarmante dans cette région connue pour son leadership en matière d'agrumes et de primeurs, et où la nappe phréatique se raréfie atrocement. "Le dessalement de l'eau de mer soulagerait la nappe phréatique, donnerait un nouvel élan et insufflerait une nouvelle dynamique au secteur, solution tant attendue à laquelle s'accrochent tous les espoirs avec impatience", souligne le bureau national de la Fédération interprofessionnelle des fruits et légumes (FIFEL).

*L'Opinion.:

- PLF 2015: Sans nouveauté. Sans grande nouveauté pour répondre de manière efficace aux attentes des citoyens et de l'économie, et sans âme pour attester des prédispositions du gouvernement d'aller de l'avant pour surmonter les crises et résorber les déficits, le projet de loi de finances 2015 ne promet rien, comme l'atteste d'ailleurs son maigre contenu. Quatre axes et leurs orientations retracent des objectifs vagues et encadrent des dispositions disparates et sans cohésion pour traduire la politique de développement du gouvernement face à des situations qui appellent à davantage de compétence.

- Tirs à la frontière maroco-algérienne: L'Algérie doit faire toute la lumière sur cette affaire, selon un expert français. L'Algérie doit faire toute la lumière sur l'incident frontalier qui s'est produit dans la région d'Oujda du fait d'un tir d'un militaire algérien contre des civils marocains, a souligné le directeur de l'Observatoire d'études géopolitiques (OEG) de Paris, Charles Saint-Prot. "L'Algérie doit, le cas échéant, présenter des excuses au Maroc comme l'exigent les règles de bon voisinage et le droit international", a poursuivi l'expert français, notant que le régime algérien doit également mettre un terme à son harcèlement anti-marocain qui est d'autant plus déplorable que la situation internationale et la géopolitique locale exigent que les Etats coopèrent en toute franchise pour lutter contre les extrémismes et garantir la stabilité régionale.

*Libération.:

- Les déclarations irresponsables visant les syndicats, formulées par le porte-parole du gouvernement, vont à l'encontre de toutes les pratiques démocratiques. Le bureau politique de l'USFP, qui a tenu lundi sa réunion hebdomadaire, a souligné que les déclarations irresponsables du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement et les menaces qu'il a proférées à l'encontre des syndicats, auxquels il impute la responsabilité de la situation sociale, révèlent une arrière-pensée autoritaire et une opposition claire à toutes pratiques démocratiques.

- ?L'endettement extérieur prend une ampleur démesurée: Le gouvernement Benkirane promet d'alourdir davantage l'endettement extérieur du Maroc. Il a besoin de 24 milliards de DH en 2015 pour faire face au déficit budgétaire estimé à 4,3 pc du PIB. Mohamed Boussaid, ministre de l'Economie et des finances, a déclaré à la presse, lundi, que le Royaume pourra faire appel au marché international pour lever des fonds.

*Akhbar Al Yaoum Al Maghribia.:

- Benkirane se réconcilie avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Devant les représentants des 500 entreprises les plus importantes au Maroc, le chef du gouvernement a envoyé, hier à Casablanca, plusieurs messages et a promis aux entrepreneurs de meilleures perspectives.

- Un rapport gouvernemental met l'accent sur les grandes disparités entre les salaires des fonctionnaires. Le rapport, qui a été présenté par le ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration, Mohamed Moubdii, a dévoilé les disparités exorbitantes entre les salaires des fonctionnaires étant donné que le plus grand salaire dans la fonction publique est 20 fois supérieur au salaire minimal.

*Al Massae.:

- Le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid, qualifie d'"amère" la réforme des régimes de retraite. Le ministre, qui présentait hier le projet de loi de finances 2015 devant les deux Chambres des parlement, a souligné qu'il s'agit d'une réforme "urgente" et "décisive" visant à faire bénéficier de larges couches de fonctionnaires des pensions de retraite .

- Allègement du déficit commercial et les exportations du secteur automobile atteignent leur plus haut niveau. L'Office des changes, qui vient de publier les indicateurs préliminaires des échanges extérieurs à fin septembre, a indiqué que le déficit commercial s'est établi à 143,5 MMDH à fin septembre 2014, contre 151,1 MMDH un an auparavant. Cette évolution, souligne l'Office, est imputable à la stabilité des importations (290,7 MMDH contre 289,09 MMDH), ainsi qu'une hausse de 6,7 pc des exportations, soit 147,25 MMDH contre 137,99 MMDH.

*Al Ittihad Al Ichtiraki.:

- Le quart du budget serait destiné au financement de la dette publique. Plus de 68 milliards de dirhams seront consacrés au financement de la dette publique en 2015, alors que le montant réservé aux investissements ne va pas dépasser les 54 milliards de dirhams.

- L'opposition à la Chambre des représentants proteste contre la fuite à la presse du projet de loi de finances 2015 avant sa transmission au parlement. L'opposition a souligné que le gouvernement a failli à ses obligations constitutionnelles en laissant filtrer à certains médias le texte du PLF.

*Al Alam.:

- Le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid, a indiqué que les besoins de financement extérieurs du pays s'élèveraient en 2015 à 2,7 milliards de dollars (24 milliards de dirhams). Il n'a pas exclu de lever des fonds sur les marchés financiers internationaux.

*Al Haraka.:

- L'Alliance des associations maroco-espagnoles en Catalogne pour la solidarité avec la jeune sahraouie Mahjouba Mohamed Hamdidaf organise, jeudi prochain, un sit-in à Tarragone (100 km au sud de Barcelone) en protestation contre la séquestration, depuis l'été dernier, de Mahjouba dans les camps de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie).

*Assabah.:

- Benkirane se dit déterminé à poursuivre les réformes. Le PJD "est prêt à payer le prix électoral de la réforme", a affirmé le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane lors d'une réunion tenue mardi au siège de son parti à Rabat. "Certaines réformes seraient douloureuses", a-t-il ajouté. Benkirane a, d'autre part, menacé ses parlementaires de "mesures répressives" au cas où ils ne régulariseraient pas leur situation financière.

- Boussaid dévoile les visées du PLF 2015. "Le projet de loi de finances vise à réduire le déficit budgétaire et renforcer l'investissement public", a expliqué le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid, dans un exposé qu'il a présenté devant les parlementaires lundi. Le ministre a par ailleurs souligné la détermination du gouvernement à redoubler d'efforts afin de rattraper les pays émergents.

*Assahra Al Maghribia.:

- PLF 2015: Les crédits autorisés à l'investissement augmentés. Le projet de loi de finances pour 2015 s'articule autour de cinq principaux axes: la réforme du système des retraites, le renforcement des programmes sociaux, la réforme du système de la compensation, la promotion des investissements et le parachèvement de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution. Dans son exposé présenté devant les parlementaires, le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid, a affirmé que ce projet accompagne la dynamique de l'investissement de même qu'il prévoit des mesures susceptibles d'accélérer la mise en œuvre de la Constitution et d'accroître le rythme des grandes réformes structurelles, dont la régionalisation.

- Le budget de compensation prévu au titre de 2015 s'élève à 31,19 MMDH. Il comprend d'abord un soutien des prix de 20,9 MMDH (dont 4,79 MMDH au titre du transfert direct alloué à l'ONEE) et un financement des arriérés au titre des années précédentes (7,49 MMDH). Les mesures d'accompagnement mobiliseront, quant à elles, 2 MMDH.

*Bayane Al Yaoum.:

- La maîtrise de la langue anglaise, obligatoire pour enseigner certaines filières à l'université. Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, a affirmé que les enseignants chercheurs qui seront affectés dans les universités marocaines, notamment dans les filières scientifiques, devront maîtriser la langue anglaise. "La décision concerne le recrutement des enseignants chercheurs à partir de janvier 2015 et non pas les étudiants", a-t-il précisé. - La première centrale thermo-solaire attendue en 2015. Le patron de l'Agence nationale de l'énergie solaire (Masen), Mustapha Bakkoury, a fait savoir que la centrale thermo-solaire "Noor 1" du parc de Ouarzazate sera opérationnelle en 2015. La capacité de cette centrale est estimée à 160 MW.

*Al Mounaataf.:

- "Le PLF 2015 sert les intérêts d'une minorité". Driss Sedraoui, président de la Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l'Homme, estime que dans le projet de loi de finances 2015, le gouvernement "consacre des politiques qui servent une minorité au détriment des intérêts de larges couches du peuple". Pour lui, l'élimination de la pauvreté au Maroc "n'est pas une action caritative, mais une question pressante des droits de l'Homme".

- Les professionnels de la route agitent la menace de la grève. Désenchantés par le projet de loi de finances pour 2015, les professionnels du transport routier s'apprêtent à renforcer leur contestation et observer leur grève ajournée depuis mai dernier.

*Attajdid.:

- Flambée des prix. Plusieurs citoyens en milieux urbain et rural protestent contre la hausse des factures d'eau et d'électricité. Les opérateurs du secteur justifient cette hausse des factures des mois de juillet et d'août par la montée des températures qui a occasionné une consommation plus importante de l'eau et de l'électricité.

- Plus de 184 milliards d'impôts devraient être perçus en 2015. Ces ressources proviendront des impôts directs et indirects, des taxes douanières, d'enregistrement, des droits de timbre, des recettes non fiscales et celles de certains comptes spéciaux.

- Benkirane appelle l'entreprise à s'ériger en force de proposition au service de l'économie nationale. S'exprimant lors d'une conférence-débat sur "l'entreprise au cœur de la stratégie du gouvernement", le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a souligné que le soutien aux catégories les plus vulnérables, le rétablissement de l'équilibre des finances publiques, la réforme de la justice et des régimes de retraite, la généralisation de la couverture médicale, la réforme de la compensation et tant d'autres chantiers ont pour finalité de renforcer la résilience de l'économie nationale et de préserver la confiance dont jouit le Maroc auprès des partenaires internationaux.

*Al Assima Post.:

- PLF 2015: L'opposition mécontente de la publication dans la presse du projet de budget 2015. La publication en exclusivité par le journal "Akhbar Al Youm Al Maghribia" des détails du projet de la loi de finances 2015 avant sa transmission au Parlement a suscité le mécontentement des députés de l'opposition qui ont qualifié cette démarche "de grave dérive" de nature à biaiser les rapports entre les pouvoirs législatif et exécutif.

- L'Union socialiste des forces populaires (USFP) accuse la Cour des comptes de le cibler. Dans un communiqué, l'USFP soutient que des parties au sein du gouvernement mettent à profit des rapports de la Cour des comptes -qui reprochent aux membres du parti de la rose de mener des campagnes électorales prématurées-, pour dissimuler l'échec de l'exécutif dans la gestion de la chose publique.

*Al Ahdath Al Maghribia.:

- Grève générale: L'Union nationale du travail au Maroc (UNTM), proche du Parti de la justice et du développement (PJD), affirme ne pas être concernée par la grève prévue mercredi prochain. Lors d'une récente réunion de son bureau national, l'UNTM s'est contentée de demander au gouvernement de remettre le dossier de la réforme des retraites sur la table du dialogue social. Idem pour l'ensemble des réformes structurantes à caractère social.

- Les mesures les plus compliquées de la loi de finances 2015: Le PLF 2015 promeut la vision unilatérale du gouvernement en matière de réforme des régimes des retraites. S'agissant de la compensation, l'exécutif continue de réduire les dépenses de la Caisse de compensation dans la perspective de la suppression de la subvention des produits pétroliers. Mauvaise nouvelle aussi en ce qui concerne les impôts indirects qui vont cibler les citoyens.

- Le ministre de l'Emploi et des affaires sociales, Abdeslam Seddiki, affirme que le gouvernement a honoré les engagements contractés dans le cadre de l'accord du 26 avril 2011. Le ministre a évoqué notamment l'augmentation du SMIG dans les secteurs de l'industrie, du commerce, des services et de l'agriculture, la hausse des salaires des fonctionnaires des administrations publiques, des collectivités locales et des établissements publics et la revalorisation de la pension minimale dans les secteurs public et privé.

*Al Khabar.:

- Baisse des exportations des phosphates à fin septembre 2014. Les exportations marocaines des phosphates et dérivés ont totalisé 28,35 milliards de dirhams (MMDH) à fin septembre 2014 contre 29,71 milliards un an auparavant, soit un recul de 4,6 pc.

*Rissalat Al Oumma.:

- Parité: Le gouvernement reconnaît la faiblesse du taux de représentation des femmes aux postes de responsabilité. Un rapport sur le genre social annexé au projet de loi de finances 2015 note que 88 pc des femmes responsables sont des chefs de services et chefs de division, tandis que seulement 6 pc d'entre elles exercent en tant que secrétaires générales et 1 pc en tant que directrices.

- Le gouvernement enfonce le Maroc dans le gouffre de la dette. Un rapport de la direction du Trésor et des finances extérieures révèle que la dette du Trésor s'établit à 587 milliards de DH à fin juin, en hausse de 33,1 milliards de DH par rapport à la même période de 2013. Sur ce montant, 139,6 milliards de DH constituent le stock de la dette extérieure et 447,4 milliards la dette intérieure.

- Collectivités territoriales: L'Union constitutionnelle (UC) rejette la loi organique relative aux collectivités territoriales. Le parti préconise l'élaboration d'un texte de loi concrétisant les dispositions constitutionnelles, l'édifice démocratique, institutionnel et la démocratie locale à même de promouvoir les mécanismes de la pratique démocratique aux niveaux régional et local.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus