Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



M.S. - publié le Lundi 22 Octobre à 12:18

Maroc: Rafale de vent propice




En fait, Paris qui est un peu en froid avec Rabat au sujet de l’histoire du Rafale, ne veut pas compromettre la chance de Renault qui espère toujours exporter quelques dizaines de milliers de véhicules économiques Logan-Dacia en pays des pharaons, véhicules montées à Casablanca et prochainement à Tanger où une gigantesque usine de la marque au losange est encours de réalisation et dont la capacité de croisière est de 400.000 unités par an.



Le président français Nicolas Sarkozy, l'homme de toutes les ruptures, même matrimoniales, se rendra à Tanger dans le cadre de sa première visite d'Etat au Maroc, programmé du 22 au 24 octobre prochain Après une visite au chantier pharaonique du port Tanger Med qu'une grande entreprise hexagonale proche de Sarkozy construit, en l'occurrence Bouygues BTP, le chef d'Etat français prononcera un discours depuis la ville du détroit pour donner le coup d'envoi officiel à son idée d'une « Union méditerranéenne » lancée quelques semaines avant les élections présidentielles qui l'ont consacré Premier magistrat de France en juin dernier.

Ce discours est vu à Rabat comme un soutien de facto à la candidature de la ville chérie de Eugène Delacroix, de Henri Matisse et de Paul Bowles à l'organisation de l'exposition internationale de 2012. Une candidature marocaine affrontée par deux villes concurrentes de la Corée du Sud et de Pologne.

Mais Paris ne fait pas preuve de la même bienveillance à l'égard de Rabat sur un autre dossier non important : celui de l'élection du futur directeur général de l'Unesco.

Si Madrid et Washington soutiennent le candidat du Maroc, en la personne de Mme Aziza Bennani, une parfaite francophone, ex-secrétaire d'Etat à la Culture et actuelle ambassadrice-déléguée du Maroc auprès de cette instance onusienne, Paris (où se loge le siège de cette dernière) appuie le candidat du Caire : Farouk Hosni. Et ce malgré que ce ministre de la Culture appartienne à un pays anglophone !

En fait, Paris qui est un peu en froid avec Rabat au sujet de l'histoire du Rafale, ne veut pas compromettre la chance de Renault qui espère toujours exporter quelques dizaines de milliers de véhicules économiques Logan-Dacia en pays des pharaons, véhicules montées à Casablanca et prochainement à Tanger où une gigantesque usine de la marque au losange est encours de réalisation et dont la capacité de croisière est de 400.000 unités par an.

Rappelons que c'est le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn himself, qui a signé le protocole d'accord avec le premier ministre marocain Driss Jettou à Tanger le 29 août dernier.


Tagué : maroc, propice, rafale, vent

               Partager Partager