Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Karim El Maghribi - publié le Jeudi 9 Mai à 10:09

Maroc : Du faux débat sur la presse électronique





Maroc : Du faux débat sur la presse électronique
J’ai éclaté de rire et j’avoue que je n’ai jamais pu m’esclaffer autant en regardant d’un œil tantôt tendre tantôt torve l’émission « Moubacharatan Maakoum »  de ce mercredi, consacrée à ce que l’on appelle communément « Presse électronique ».

Je ne m’arrête pas sur le choix dichotomique pour ne pas dite antinomique des invités issus de deux générations de journalistes si éloignés les uns des autres que le téléspectateur a parfois l’impression d’assister à un débat entre archéologues et futurologues sur le village audois de Bugarach !

Ce qui a surtout retenu mon attention et en même temps m’a affligé c’est cette  étonnante hardiesse  des intervenants qui leur permet de pérorer durant les  75 minutes de l’émission sans rien apporter de nouveau ni d’utile,  au domaine très récent au Maroc qu’est la presse électronique, expression que je récuse et à laquelle je préfère « presse sur écran ». Et ce pour trois raisons. Que voici.

1)     Parce que le blog d’information,  l’e-journal ou l’e-magazine ne diffèrent pas beaucoup de la presse de télévision sauf sur le statut juridique notamment la capacité de diffusion du petit écran qui lui vaut le qualificatif de Mass Media. Et même ! Avec la démocratisation d’Internet à haut débit et des smart-phones de plus en plus rapides et puissants,  cette maigre différence va bientôt s’estomper totalement ; c’est d’ailleurs pourquoi on parle des « nouveaux modes de consommations de la télévision » ;

2)     Vous prenez un blog d’information,  un e-journal ou un e-magazine  et vous imprimez tout le contenu ou une partie de ce contenu sur papier, en quelques exemplaires ou en des milliers d’exemplaires et vous obtenez ainsi un vrai journal sur papier, de meilleure qualité que les anciens journaux  stencil préparés à la machine à écrire ou à l'aide d'un stylet ;

3)      Vous prenez maintenant un vrai journal sur papier, imprimé sur rotative, et dont le contenu est mis en ligne sur Internet. Vous avez là en même temps une presse sur papier et une presse électronique. Si la mise en ligne est faite en même temps que la mise sous presse, la concomitance des deux types de presse n’en est que plus évidente.

Conclusion :

Parler de presse électronique comme si c’était un OVNI qui menace la quiétude du petit monde bien établi qu’est la presse écrite sur papier subventionnée et « subventionnable » c’est comme si un  pigeon voyageur décriait un facteur !

En fait le petit monde de « la presse papetière » craint celle sur écran du fait de sa gratuité, sa réactivité, sa célérité, sa praticité et surtout de son immatérialité qui en fait un positron libre, de tendance avant-gardiste, difficile à marquer, à classer.

Bien sûr, les faux jetons  et les intrus étrangers au métier il y en a dans le nouveau monde de la presse sur écran. Comme il y en a partout.

Un journal sur papier qui met en ligne sur son site l'intégralité de son contenu plusieurs heures avant même que ce journal ne soit distribué ça s'appelle comment ?

La vérité est ailleurs…

Source

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara