Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Lundi 14 Juillet à 12:37

Maroc : Bulletin d'informations économiques africaines



Rabat - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du lundi 14 juillet 2014 :



SENEGAL-UEMOA-BANQUES

Certains services bancaires seront offerts à titre gratuit par l'ensemble des établissements de crédit exerçant leurs activités dans les pays membres de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), à compter du 1er octobre prochain, a annoncé récemment la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

La clientèle pourra notamment accéder gratuitement à des services bancaires comme l'ouverture du compte, la délivrance de livret d'épargne, la tenue de compte sur livret d'épargne et la transmission de relevés de compte.

Selon la BCEAO, cette initiative vise notamment à accélérer la bancarisation et parvenir à une réduction et une rationalisation graduelle des conditions de banque appliquées à la clientèle dans le strict respect du principe de libéralisation desdites conditions en vigueur dans l'UEMOA.

SENEGAL-USAID-ALIMENTATION

L'Agence américaine pour le développement international (USAID) a décidé d'accorder au Sénégal un montant de 4 millions de dollars pour venir en aide aux communautés les plus exposées à l'insécurité alimentaire, suite aux effets d'une mauvaise campagne agricole en 2013-2014.

Le but de cette assistance est de répondre à des besoins alimentaires et nutritionnels aigus, et améliorer la résilience des ménages les plus vulnérables au sein des communautés rurales, a indiqué l'ambassade des Etats Unis à Dakar.

COTE D'IVOIRE-AGRICULTURE-INTEMPERIES

Les pluies diluviennes, qui se sont abattues dernièrement sur la Côte d'Ivoire, vont entraîner la perte de plus de 115.000 tonnes d'exportation de banane vers l'Europe, selon le ministre ivoirien de l'Agriculture et des professionnels de la filière, Mamadou Sangafowa.

Lors d'une visite le week-end à Songon (60 km au sud-ouest d'Abidjan), M. Sangafowa Coulibaly a précisé que le gouvernement va rester fidèle à ses objectifs de modernisation des exploitations et d'amélioration de la compétitivité dans la filière banane.

Le secteur de la banane représente 5 pc du Produit intérieur brut (PIB) de la Côte d'Ivoire avec 8.350 salariées et 5.650 ha de surfaces exploitées. Le pays est le premier producteur africain en 2013 avec 240.000 tonnes de bananes exportées en Europe.

BURKINA-FMI-CREDT

Le Fonds monétaire international (FMI) a décidé d'octroyer 3,9 millions de dollars au Burkina Faso dans le cadre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) 2014-2016, selon le ministère de l'Economie et des Finances.

Ce financement fait suite à la première revue des résultats économiques enregistrés par le Burkina Faso dans le cadre du FEC.

La conclusion de cette première revue ouvre ainsi la voie au décaissement immédiat d'environ 3,9 millions de dollars, portant le montant total décaissé dans le cadre de l'accord à environ 7,3 millions de dollars.

L'accord triennal au titre de la FEC, d'un montant d'environ 41,9 millions de dollars, soit 45 pc de la quote-part du Burkina Faso au FMI, a été approuvé en décembre 2013.

MALI-AGRICULTURE

Le Premier ministre malien a présidé, la semaine dernière à Bamako, la cérémonie de lancement du programme de productivité agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO/WAAPP-2A), initié par la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest avec le concours de la Banque Mondiale et du Conseil Ouest et Centre africain pour la recherche et le développement agricole (CORAF/WECARTD).

Le Mali, le Ghana et le Sénégal sont les trois pays qui se sont engagés dans le programme dont l'objectif est de contribuer à l'augmentation de la productivité agricole pour la filière prioritaire de la région.

Pour le cas du Mali, les filières concernées sont les céréales, le bétail-viande, le riz, les fruits et les légumes.

MALI-OR

Le ministère malien des mines prépare un projet de loi destiné à encadrer l'exploitation artisanale de l'or, en vue de doter le secteur d'un cadre institutionnel, renforcer les organisations professionnelles et de mettre en place des services financiers d'accompagnement.

Il s'agit d'inscrire l'activité dans un projet global et de définir très clairement les responsabilités de tous les acteurs intervenant dans le secteur.

GABON-ENTREPRISES-DETTE

Le ministre gabonais du budget, Christian Magnanga, a annoncé vendredi dernier que l'Etat va précéder incessamment au paiement, à hauteur de 500 milliards de FGCA, de sa dette intérieure aux entreprises opérant dans le pays, officiellement suspendue depuis février dernier pour permettre d'effectuer un audit sur toutes les instances de paiement du Trésor public.

Cet audit a permis de réaliser des économies de l'ordre de 654 milliards de FCFA, suite à l'annulation des fausses factures et autres créances douteuses datant de 2006 à 2013, selon le ministre.

GABON-PECHE-SUBVENTION

L'Etat gabonais a accordé, la semaine dernière à la Coopérative (gabonaise) des pêcheurs artisanaux et connexes (Coogapac), une subvention de 150 millions de FCFA, au titre du capital social, visant essentiellement à aider les membres de la coopérative à faire face aux difficultés rencontrées sur le marché halieutique.

Cette aide s'inscrit dans le cadre du programme "Gabon bleu", un des piliers de la stratégie nationale "Gabon émergent" visant la réorganisation et la structuration du secteur de la pêche et l'amélioration des conditions des pêcheurs qui opèrent le long des 858 km de côtes dont dispose le pays sur la façade atlantique.

KENYA-ENTREPRISES

Cinq entreprises kenyanes les plus compétitives dans le domaine des technologies de l'information et de la communication représenteront le Kenya au concours Afrique-Démo, prévu du 22 au 26 septembre prochain à Lagos, au Nigéria, a déclaré lundi le directeur de ce concours africain, Mbugua Njihia.

Les cinq entreprises ont été choisies parmi une liste de 240 candidats concurrentiels africains, dans laquelle le Kenya a émergé à la deuxième place après le Nigeria, le Ghana, l'Egypte, la Tanzanie et l'Ouganda, a-t-il précisé.

Elles vont présenter leurs produits devant un panel d'investisseurs, de spécialistes en technologie et en informatique et des médias du monde entier, a dit Njihia.

KENYA-BANQUES

La majorité des Kenyans, surtout dans les zones rurales, n'ont pas accès à un crédit abordable et doivent compter sur des sociétés étatiques qui se spécialisent dans les prêts à court terme comme la Société de financement agricole, ou sur les institutions de micro-finance qui sont encore plus chères, a indiqué le Comité de budget et des finances au Sénat.

En dépit de l'augmentation du montant des prêts nets émis par le secteur bancaire durant les dernières années, les banques sont toujours considérées comme élitistes avec des taux d'intérêt élevés empêchant la majorité des Kenyans d'accéder à un crédit bancaire abordable.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara