Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



M.S. - publié le Jeudi 3 Janvier à 09:10

Maroc : 700 M $, émoi, émoi…




Depuis quelques jours, on assiste à d’étranges manœuvres, une sorte de danse du scalp, autour d’un don de 697,5 millions de dollars fait par une agence américaine à l’Etat marocain. Le principe du jeux : quelle est la région marocaine qui aura la plus grosse part du gâteau ?



La somme a été débloquée dans le cadre du Millenium Challenge Corporation (MCC). Dont la convention avec l’Etat marocain a été signée à Tanger le 1er septembre dernier en présence du Premier ministre d’alors M. Driss Jettou et le PDG du MCC, l'ambassadeur John J. Danilovich. Cette aide a été promise à Rabat par la Maison Blanche lors de la visite du Roi Mohammed VI à Washington en 2004, année de la création du programme MCC. Le Maroc étant donc le premier pays parmi les autres élus par le programme à en bénéficier. Cf. MCC : Jettou touche son chèque.

Seulement il semble que tout ne marche pas sur des roulettes quant à la loi qui encadrera le tirage de cet argent sur une période de 5 ans comme c’était convenu.

En effet le projet de loi portant création de l’Agence de Partenariat pour le Développement peine à avoir le jour. Les députés, du moins ceux de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense nationale et des Affaires islamiques que préside depuis octobre l’ex-ministre délégué à l’Intérieur M. Fouad Ali El Himma, refusent de l’adopter*. Nœud du problème tel qu’il est affiché : l’article 5 dudit projet de loi est jugé flou par les représentants du peuple. En effet cet article stipule qu’outre le fait que le Conseil d'orientation stratégique qui régit ladite Agence jouit de toutes les prérogatives et autorité nécessaires au bon déroulement du programme MCC Maroc, le budget de l’Agence n’est pas soumis à la supervision de l’Etat marocain. Et c’est là où le bât blesse. Autrement dit, ni les députés ni les autorités exécutives marocaines ne pourront participer à la gestion de cette manne de 700 millions de dollars. Or comme d’aucuns en conviennent, chaque région surtout les plus pauvres attend à recevoir la plus grande part du gâteau. D’ailleurs la région des Rhamna dont M. El Himma est le député et originaire est presque une zone sinistrée par la misère. Mieux : durant le mois du Ramadan dernier ce dernier avait laissé entendre, dans le cadre d’une émission télévisée, que sa région est promise à un avenir meilleur surtout que de l’argent arrive, allusion faite aux 700 millions de dollars ! Seulement, il n’y a pas que les Rhamna qui sont pauvres. Il y a pire. D’autres régions de Tata, de Figuig, d’Oujda ou d’Agadir… pataugent également dans la mouise.

Alors qui aura le dernier mot dans ce jeu de « qui veut gagner des millions ? » Réponse dans les prochains jours. En attendant les députés concernés font grève prétextant qu’ils n’ont pris connaissance des documents relatifs à la création de l’Agence qu’au moment du vote…

(*) Certains députés de gauche voient carrément dans ce programme une sorte de néo-colonialisme libéral


               Partager Partager