Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Abdelatif Guelmim - publié le Mercredi 18 Juin à 18:26

Lions de l'Atlas: comment poser les conditions de la victoire?






Alors que le Maroc est l’une des plus grandes nations africaines de football, que le pays dispose de l’une des réserves de talents le plus important au monde,  que des moyens financiers et infra-structurels colossaux ont été investi,  les résultats de l’équipe nationale marocaine sont décevant.  Cependant les raisons qui ont abouti à cette situation ne sont pas nombreuses et peuvent être résolut à travers la mise en place "d'une doctrine et d’un projet footballistique" qui réponde aux ambitions actuel du Maroc : « la victoire de la CAN 2015, la participation au monde Russe 2018, ainsi qu’à termes à la victoire final du Maroc au tournoi mondial».

Parmi les raisons qui ont abouti au bilan actuel :
- L’absence d’une doctrine et d’un projet footballistique.
Longtemps les équipes marocaines ce sont complu à des ambitions limités à de simples participations à des évènements mondiaux (CAN, Coupe du monde), laissant de côté l’essentiel :
La production d’un projet footballistique, d’une doctrine du football Marocain.
Le projet footballistique correspond à la mise en place d’une doctrine qui impose l’identité du football marocain. Cette doctrine avait peut-être existé durant 3 décennies (1976-1998, elle reposait sur un choix éthique (modestie, courage et détermination) et tactique précis (de bons techniciens devaient assumer les défis les plus importants) qui feront les beaux jours du football Marocain. Cette école Marocaine « des pionniers » va disparaitre avec l’apparition du vedettariat, du football spectacle, et des forts salaires dans le football.

- L’ambition collective laminée par l’existence du vedettariat.
Le Vederriat est né en Europe, il est lié à l’existence du marché du transfert, des salaires du football professionnel, la spéculation sur "la valeur réelle ou estimés" des joueurs. Ce système a montré ses limites à travers l’incapacité de certains joueurs à s’intégrer aux projets de l’équipe nationale lorsque celle-ci n’avait pas non plus de grandes ambitions.
Ainsi, l’objectif de "la mise en place d’une doctrine et d’un projet footballistique", et d’inverser les choses : l’E.N ne doit pas s’adapter aux profils des joueurs existants, mais au contraire d’intégrer les profils apte à répondre à ses ambitions mondiales.

- L’absence d’ambitions mondiales.
Ces dernières années la motivation des décideurs du football Marocain, ne se résumait qu’autour de quelques participations à des tournois mondiaux (CAN, coupe de monde), à des victoires succinctes contre des équipes importantes, à l'identité de l'entraineur-sauveur, etc. Cela a abouti à un bilan actuel décevant.
"Les marocains ne peuvent être motivé que par de grandes ambitions et de grands défis".
Ainsi, le Maroc doit-il mettre en place sa propre doctrine du football, tourné autour d’un projet footballistique destiné "à vaincre" à travers "des victoires totales".
Les marocains doivent poser les conditions de « la victoire à la CAN 2015, à la participation du mondial en Russie, ainsi qu’à termes à la victoire final du Maroc au tournoi Mondial », à travers une doctrine et un projet footballistique qui ne laisse plus de place au succinct et à l'approximation. Tout est à la portée du Maroc.



               Partager Partager