Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



el mostafa Rahali * - publié le Vendredi 6 Janvier à 14:05

Les vrais fondements idéologiques des insurrections arabes.






Généralement les approches adoptées par les analystes occidentaux sur les questions relatives à la sphère civilisationnelle arabo-musulmane manquent d'originalité et pêchent très fréquemment par une sorte de propension "naturelle" à un orientalisme exotique.

Toutefois,une tentative d'explication des origines sociologiques des"révolutions arabes" est à relever.Elle soutient que le dépérissement progressif des canons traditionnels d'autorité politico-culturels au sein des sociétés musulmanes-favorisé et accéléré par le contact de la modernité occidentale-aurait largement préparé le terrain, dans ces sociétés, à une sorte de révolution culturelle (similaire au mai 68 français) caractérisée,notamment,par une transformation des mœurs et une remise en question de l’autorité paternelle et conjugale;celle-ci ,de son coté, après avoir fait tomber ces tabous démobilisateurs et brisé les écrans de réticence psychologique et morale aurait finalement ouvert la voie à la contestation des structures politiques et enfin de compte débouché sur la révolte arabe générale contre l’ordre traditionnel (islamique) établi à laquelle nous assistons de nos jours.

Si l'idée avancée n'est pas en elle même inexacte, sa déclinaison explicative l'est par contre.
Car la remise en question des carcans d'autorité de tous genres (qu’ils soient de nature traditionnelle ou résultant de la récente période de colonisation européenne) actuellement en cours en terre d'islam, ne se fait pas contre l'islam mais au nom même de l'idéal de l'islam.

En effet,tout l'échafaudage socio-politico-idéologique dans la cité musulmane, quelle que soit l'époque historique à considérer et contrairement à ce qui a été soutenu jusqu'à présent, est œuvre des hommes et ne revêt aucun caractère de sacralité.Ibn Khaldoun a d’ailleurs, dès le quatorzième siècle, cerné cette donnée fondamentale.

Néanmoins, même si l'institution étatique (et l'ordre juridique qui en dérive) n'est pas d'essence religieuse, elle demeure, par contre, nécessaire au maintien, au sein de la société musulmane, de l'ordre moral et social issu des principes énoncés par le message coranique .
L' ordre moral et social est lui même une construction permanente des hommes (au moyen de l’Ijtihad ou effort d’interprétation des principes du Coran) aussi bien selon les nécessités des époques que les particularités des environnements concernés par l'effort interprétatif.
L'état en islam (même au sens de khilafat/succession du prophète ou de commanderie des croyants qui sont censés remplir la fonction religieuse de Imamat ou guidance dans la voie de Dieu ) n'est donc pas une structure sacrée qui échappe à la critique ou à toute contestation mais il demeure une institution de type conventionnel troquant l'allégeance/paix civile du peuple en contrepartie de l’observance de la règle/norme coranique par les dirigeants ; l'abandon par ces derniers du contenu du contrat convenu libère les fidèles de l'obligation de leur allégeance conditionnelle.
Par voie de conséquence,combattre un état ou, à travers lui,un ordre social qui ne réalisent pas, par exemple, l'idéal islamique (par injonction coranique) de liberté (car il n'y a de soumission qu'à Dieu seul), d'équité (les hommes sont tous égaux pour ALLAH car leur création à eux tous émane de sa volonté) ,de justice et de solidarité sociales (ALLAH distingue les hommes par leurs actes et agissements les uns envers les autres ) devient pour chaque croyant une obligation religieuse au même titre que la prière ou le ramadan .

De ce fait, on peut tranquillement affirmer que l’islam est par nature même un système «révolutionnaire» permanent au sens culturel,social et politique.

Cette caractéristique explique d’ailleurs la revendication d’islamité de tous les mouvements insurrectionnels de libération (sociale,politique ou de caractère national) qui ont vu le jour partout dans le monde musulman que ceux-ci soient dirigés contre une domination interne pratiquée par une classe sociale ou qu’il s’agisse de soulèvements dressés contre une occupation-oppression de type colonial.

Par ailleurs,les sociétés musulmanes,dans leurs formes présentes, ne sont pas l’aboutissement d’une évolution historique normale, qui leur est spécifiquement interne ou exclusivement autonome.
Elles sont certes d'abord le résultat des siècles d'un déclin civilisationnel en passe de progressivement s'estomper par ailleurs mais elles proviennent surtout d’apports extérieurs et de greffes externes introduites par les interventions occidentales (ou résultant de celles -ci) dans les champs social, politique et culturel en période coloniale et post- coloniale(éléments perturbateurs de l’ordre traditionnel des choses s'il en est).

Les effet conjugués de ces deux facteurs (déclin+colonisation) ont fini par donner lieu à des configurations sociales et des structures politiques insolites et inadaptées ne correspondant nullement au fonds culturel commun, notamment en matière de justice et de solidarité sociales en partage à tous les peuples relevant de la confession et de la culture islamiques.

Cette contradiction fondamentale entre société musulmane de "base" (historiquement légitime puisque dépositaire dans la mémoire collective d'un héritage socio-politico-culturel vécu dans le cadre de la Cité Islamique ) et son actuelle "superstructure" (au sens large) "implantée" (par suite de la survenue de circonstances étrangères exceptionnelles ) a inéluctablement généré le phénomène de rejet auquel le monde,interloqué, assiste à l’heure présente.

Quel a été le cheminement de cette remise en cause et quels en seront les développements probables?

D’autres analyses pourront en faire le point.

* Juriste.
Formation Supérieure
Université de Perpignan.


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles