Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Adam Sfali - Lemag - publié le Lundi 7 Octobre à 09:57

Les tribus sahraouies se révoltent contre l’Algérie et le chef du Polisario prend la fuite de sa maison




Lemag : Une révolte de la tribu la plus nombreuse dans les camps du Polisario et qui donne des fièvres au régime algérien, les Rguibat Al Bihat et Swaed, a terrorisé le chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, au point qu’il a prit la fuite de sa maison et a passé la nuit dans un véhicule banalisé qui n’arrêtait pas de rouler.



Mohamed Abdelaziz
Mohamed Abdelaziz
Selon le forum de soutien aux autonomistes de Tindouf (FORSATIN), cette gronde tribale a été causée par le régime algérien lui-même.

En effet, des jours auparavant, à un checkpoint de l’armée algérienne, deux commerçants de ces deux tribus, arrivant à bord d’un camion, chargé de marchandises leurs appartenant, avaient violement été molestés par des soldats algériens.

Ils les ont humiliés et arrêtés et leurs marchandises saisies, les deux commerçants ont été détenus dans un bagne algérien à Tindouf, où ils ont subi des exactions de tous genres.

La nouvelle s’est rapidement répandue dans les camps du Polisario, les deux tribus, s’insurgèrent alors contre cette maltraitance algérienne, et se sont dirigées vers le siège où réside le chef du Polisario Mohamed Abdelaziz et son épouse algérienne Khadija.

Selon le FORSATIN, Les tribus Rguibat Al Bihat et Swaed ont dénoncé à fortes voix, la passivité et la lâcheté du Polisario et de son chef, qui ne réagissent jamais face aux tortures et mauvais traitements que font subir, au quotidien, les autorités algériennes, aux sahraouis des camps.

Face à cette gronde tribale, Mohamed Abdelaziz prit peur et s’enfuit de sa maison.

Il a dormi, selon FORSATIN, dans une voiture banalisée qui a roulé toute la nuit entre les camps d’Aouserd et de Laayoune, de peur qu’il ne soit détecté et attrapé par les révoltés.

Les manifestants des deux tribus font Sit-In devant le siège du chef du Polisario et ce jusqu’à la libération des leurs, retenus par l’armée algérienne.

               Partager Partager


Commentaires