Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Cherif Chebihi Hassani - publié le Jeudi 5 Décembre à 15:37

Les puissances derrière Al-Assad






Cherif Chebihi Hassani
Cherif Chebihi Hassani
Depuis la révolution, presque toute la population a été exterminée. Certains journaux ont décrit cela comme un massacre de sunnites. A leurs yeux, il s’agissait d’un exemple de génocide du régime syrien Alaouite contre les sunnites. Est-ce vraiment le cas ?

Pendant longtemps, personne n’était en mesure de dire ce qui se passe réellement en Syrie. Le conflit entre Sunnites et Chiites était très répandu dans les pays Musulmans. C’était un conflit interne et d’aucun intérêt particulier pour le monde occidentale. Par ailleurs, une Syrie divisée intérieurement était dans l’intérêt de l’occident. Diviser et gouverner n’était pas seulement une politique dirigée contre les pays qui était un legs de l’effondrement de l’empire Ottoman : Les opportunistes d’aujourd’hui ont besoin des communautés divisées et affaiblies pour l’instabilité.

Donc personne n’a posé le doigt sur la Syrie : l’OTAN, L’ONU, et même l’international socialiste se sont contentés de condamnations verbales. Tout le monde condamne Bachar Al-Assad d’une seule voix.

Tenir un seul dictateur à blâmer était une excellente stratégie pour ceux qui savaient ce qui se passait réellement dans les coulisses. De cette façon, ces forces secrètes ne seraient pas lésés et pourraient continuer avec des affaires comme d’habitude, et c’est exactement ce qui s’est passé.

Bien sur, il y a des pays qui ont soutenu Assad, La Russie, la Chine, le Venezuela, la Bolivie et la Corée du Nord. Qu’ont-ils en commun ? Simple réponse : Le communisme.

Le conflit en Syrie n’est pas essentiellement entre chiites et sunnites. Cela tire la laine sur les yeux des peuples. Il n’y a pas de division entre les chiites et sunnites quand le communisme existe- seulement entre les croyants et les athées. Il y a maintenant une insurrection contre le communisme dans le pays et le régime tente de réprimer cette insurrection avec une politique de sauvagerie : violence, terreur, meurtre, enfants abattus, hommes, femmes, rassemblés et brûlés vivants et les troupes syriennes qui commettent ces atrocités les décrivent avec une fierté impassible. C’est presque une description classique de communisme. Hafez Al Assad était un marxiste. Pendant tout son règne il a commis des crimes impitoyables. Ce qui se cachait derrière Staline, Mao et les meurtres de Pot Pol se cachait aussi derrière ceux de Hafez AlAssad. Alors quel genre de parti était le parti « Baass » représenté en Syrie. « Baass » veut dire « retour à la vie », mais son histoire est l’un des coups d’État, d’exécutions et de carnages. Le parti a été fondé par trois personnes de différentes confessions et ethnies : Michel Eflak, Salah Bitar et Zaki Arsuzi. L’élément commun qui unit ces personnes était le communisme.

La raison pour laquelle Michel Eflak a fondé le parti Baass était d’amener le communisme au moyen orient. Eflak a été un membre influent du parti communiste français jusqu’à un conflit d’idées avec Staline. Il a pensé que le moyen le plus efficace d’amener le communisme au pouvoir dans le Moyen-Orient, était de le construire sur une fondation de nationalisme. Ceci a donné naissance au concept depanarabisme et les systèmes socialistes sont venus aux pays arabes sous l’influence de « Baasiste ». Sous un concept de socialisme modéré s’étend un Marxisme violent. En effet, Bitar l’un des fondateurs du parti Baass, a déclaré : « Il était impossible de construire une révolution nationale socialiste sans principes marxistes dans la planification économique.

Une révolution nationale socialiste : « les révolutions » sont une partie indispensable du communisme et la première condition préalable pour la révolution communiste est l’inclusion des principes marxistes dans l’économie. Quand l’économie est basée sur les principes marxistes, quand la rareté, la famine, les taxes et l’exploitation entrent dans l’équation, quand le peuple est appauvri et quand toutes ces choses surviennent sous une dictature qui cherche le carnage, la terreur et la violence, alors le communisme règne dans ce pays.

Les pays arabes peuvent ne pas avoir subi un modèle communiste chinois, mais ils ont néanmoins éprouvé entièrement la dictature, la sauvagerie, la terreur, la cruauté, l’exploitation du communisme.

Certains continuent à l’éprouver.

Un pays marxiste exige un dictateur en devant et un état secret communiste derrière : la Syrie est à toutes fins utiles est un pays marxiste gouverné par un régime baassiste marxiste. Il y a un état profond communiste derrière la dictature et les pays communistes qui les soutiennent. En ces temps, il n’est pas du tout surprenant que la Bolivie communiste devrait dire : « Nos alliés les plus proches depuis la révolution ont été le Cuba, le Venezuela et la Syrie. Nous devons admettre la possibilité que Bachar Al Assad est sous le commandement de l’État en question ».

L’affaire n’est pas avec un seul individu, mais avec un système communiste énorme. La principale préoccupation est la survie d’Al Assad. C’est très important pour le président russe Poutine. Ce dernier veut être rassuré qu’Al Assad ne sera pas assassiné comme Kadhafi en Libye, ou ne sera pas condamné à mort par les tribunaux syriens : un désir compréhensible. En effet, si Al Assad est au pouvoir sur les instructions de forces secrètes et si ses mains sont liées, alors bien sur ces assurances doivent être données.

La situation de l’opposition est la deuxième cause du malaise. Le danger ici est le radicalisme. Les différents groupes radicaux soutenant l’opposition sont considérés à juste titre comme une menace par la Russie, Israël et l’occident. Pourtant ces mêmes pouvoirs sont réticents à voir que le régime Al Assad est ouvertement soutenu par Hezbollah, un mandataire iranien.

Il est important d’établir une force qui peut unir les pays de la région contre le radicalisme. C’est essentiel. Nous avons le devoir en tant que Musulmans de le provoquer. La seule solution du radicalisme est l’éducation. Nous devons être forts pour être entendus par les radicaux. Une puissance se composant de la Turquie, l’Égypte et la Jordanie doit particulièrement émerger. Une union vigoureuse prenant des décisions en concert – mais aussi énonçant son opposition à la sauvagerie marxiste et à la mentalité radicale sera une garantie par la Russie. La Russie soutiendra inévitablement une telle union.

L’idée principale est de comprendre la vraie nature de la guerre civile en Syrie. La Syrie combat deux grands fléaux historiques : le marxisme et le radicalisme. Les deux sont des mentalités profondément ancrées et seulement une toute nouvelle mentalité peut les neutraliser. Il est impossible de battre ces idées sans éducation et « plus d’armes » ne sont absolument pas la réponse. Ce que les autres pays doivent faire c’est de voir le problème comme étant une mentalité et que la solution est l’activité scientifique et l’unité.



               Partager Partager


Commentaires