Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



DR IDRISSI MY AHMED - publié le Lundi 16 Mai à 10:25

Les prêches du gouvernement . Critiques et antithèse






DR IDRISSI MY AHMED
DR IDRISSI MY AHMED
Avertissement.

Je n’ai aucune animosité envers les athées, les laïcs et les agnostiques ni de rancœur envers les anciens colons ou les pays de l’occident. Chacun doit croire en ce qu’il veut, sans être pour cela moqué ou importuné. On ne doit critiquer personne sur son credo. Cette réserve éthique doit être universelle. C’est ce qui s’appelle liberté de conscience et liberté de penser.

L’occident donneur de leçon, si fier d’être évolué et en avance sur les autres contrées, parangon et chef des cohortes libérales et démocratiques, se doit d’être le premier à faire respecter ces normes civilisées. A commencer par sa presse et par pudeur. On ne corrige pas le monde en se moquant afin de l’aliéner, de le dominer et de l’assujettir. C’est une forme d’humiliation qui révolte, qui nuit aux échanges et à la compréhension des pays et des hommes, les uns des autres.

La dérision et la caricature soulèvent la haine et multiplient les rancœurs. Les nationalismes ont emprunté parfois la religion, comme starter et ciment, au service de la patrie. De nos jours, le fanatisme quant à lui, instrumentalisé en politique, n’aura pas rendu service ni à l’Islam ni à la démocratie par les urnes.

Je répète qu’au nom des libertés, chacun doit être respecté pour son credo et de ses pensées. Dieu, la religion pour ainsi dire, doit être servi et non asservi. Il n’est ni le kif ni l’opium de personne. Instrumentaliser la religion et l’arraisonner ou l’asservir, aura causé bien des guerres. A commencer par l’Europe elle-même au Moyen-âge. Si celle-ci, a évolué malgré ses tragédies mondiales, ce n’est pas pour autant fini partout. Tel un chancre, le bellicisme intolérant et dogmatique, essaime partout ailleurs.

Essai d’analyse : les invocations

Je reste perplexe devant les mots rapportés du Zaïm, les reproches de Narjis Rerhaye, sont grossis par les élancements critiques de nos amis du forum. Cela me déstabilise, un peu !

Je relis d’abord le texte du dessus, pour m’apercevoir que Benkirane attribue à Dieu ce qu’exactement Narjisse lui ôte. Le fait de s’intéresser au climat qui régit les hommes. Voyons voir le sermon et les stigmates. Dieu a-t-il à voir avec le climat et les pluies. Ou qu’il les délègue à la Nature. Nous écoute-t-il pour régler la météo à notre convenance. Dieu nous écoute-il ou que c’et hermétique, sur ce sujet-là ? J’ignore ce qu’en pensent les savants de l’islam et les scientifiques. L’homme de cœur, l’homme de la rue, sur son tapis de prière, s’ouvre à Dieu avec tellement d’espérances qu’on se doit de respecter son conscience et sa foi.

Faut-il donc invoquer Dieu à chaque chose que l’on fait, devant les faits qu’on comprend et les méfaits qu’on explique mal et qu’on aime très peu ?

Est-il permis d’invoquer Dieu, çà et là, et qu’il soit disponible à écouter nos ires, nos balivernes et nos délires ? Nous les 7 milliards encore vivants de parmi les hommes. Et qu’a-t-Il entendu de nos angéliques primates et primitifs prédécesseurs ? Et puis, ne faut-il pas l’implorer devant les tristes affaires. D’abord celles des guerres ! Et si Benky le fait indirectement à travers l’arc-en-ciel des pluies, lorsqu’il arrose son jardin ou le reste du pays, ne peut-il pas en faire allusion, devant la chose publique, le Gouvernement de SM, qu’il dirige, sans offusquer les ouailles et alarmer ces sirènes que nous sommes ?

Alors on l’interpelle, hic et nunc. Ce pour ne pas impliquer Dieu dans les échecs ambigus des dirigeants ! Ce afin d’innocenter ce Dieu et le destin que nous suivons ! Et qui plus est, on ne veut laisser ces notions servir d’échappatoire ou d’excuses à la responsabilité des élus dans leurs éventuels échecs.

Est-il permis et licite de L’invoquer, Dieu, pour les choses intimes ? Est-il normal de le faire pour les choses les plus infimes ? Est-il légitime à l’infirme comme aux pontes de l’implorer, à plus écouter les uns et à mieux donner aux autres ? Est-il enfin légal, aux yeux des incroyants du Nord, des sceptiques locaux et des incrédules qui nous entourent, de solliciter, ainsi le bon Dieu, sans réserves ni pudeur, pour les affaires les plus graves de l’Etat ? Lesquelles à juste titre sont dramatiques dans cet espace oriental et maghrébin. Des déchirements aux déflagrations les plus cruelles et les plus infâmes ?

Est-il légitime et valable de Le supplier pour les affaires existentielles qui se rapportent à soi et à sa personne ? Oui, c’est une question de libre credo ! Et puis, pourquoi pas, pour les fidèles, de l’invoquer devant les affres des misères et des guerres. Et cela, nous y venons, devant les autres membres du gouvernement d’un pays qui pour la majorité sont des croyants ! Ce sermon, cet exorde dans la bouche du Chef, aura surpris sur ces instances bien des gens. Et nous crions avec les orfraies, alors que nous sommes, il est vrai, dans un pays de musulmans. Est-ce que je me trompe ou qu’ils ne sont plus chez eux, ces ministres du PJD et ces autres de la garniture gouvernementale, qui sont supposés être de véritables croyants ? Quoique là encore, les nuances regardent chacun dans son intimité propre. Du climat aux pluies, 22 les flics la Cop est déjà pleine ! On en veut au Raïs !

Autres interpellation de Dieu dans les prières

Si des guerres nous cernent, appelons Dieu pour nous en protéger ! Quel mal y a-t-il qu’un ministre ou un chef de parti, le fasse ? Pour notre sécurité et par gouvernance, nous vendons ce qui nous est cher et nous interpellons nos amis à la rescousse. Il y a quelque chose comme la religion ou le régime qui nous en approchent. La santé des nôtres laisse à désirer. Elle aussi on la vend ! Si les pluies reviennent au point de mouiller le chef, c’est de bon augure ! Et on sait au Maroc que ‘’ gouverner, c’est pleuvoir’’. C’est le cœur content, l’esprit apaisé, que le verbe de Benky aura sorti une prière ! Une sorte de satisfaction et de remerciements à Celui qui a fait ce monde !

Est-ce que les miracles quotidiens, ces réponses de Dieu à nos prières, nous catapultent hors du destin premier ? Ou est-ce que, c’est sur celles-ci justement que l’on tombe, de par nos actes et nos propres volontés ?

Ce n’est pas méprisable dans la bouche d’un croyant ni dégradant d’espérer et d’attendre mieux de Dieu. Et puis, est-ce honteux de L’appeler ainsi que de Le supplier pour les choses banales et celles que l’on ne domine pas, eu égards à nos sens limités ? Ici, c’est à partir de la pluie et de la météo que le Chef du gouvernement s’élance vers Dieu et Le remercie ! Parler du temps qu’il fait, au sein du gouvernement, est-ce un paramètre à négliger ou une infamie pour celui-là ? Comme si c’était une affaire administrative pourrie et que l’on ait besoin d’une personne à supplier, voire de corrompre pour la déterminer en notre faveur le temps ! Et si le Péjidien en profite pour émettre un mot de remerciement au Seigneur, est-ce là donc un crime de fanatique ?

Nous sommes chez nous

Je parle à partir de ce pays, ouvert aux multiples courants et où les affaires des humains sont encore sensibles aux volontés des puissances supérieures, ces grands pays, qui nous dictent ce qu’il faut faire et qui nous lâchent souvent, pour une question d’humeur. Ils ne nous sentent pas toujours et on n’a que l’odeur du poisson pour attirer leur parasol ou leur parapluie, faute de pétrole !

Entre autres efficients dominateurs ou donateurs, les mots du cœur et les louanges, telles des prières peut-être, attirent la miséricorde de Dieu. Faut-il dénigrer ou suivre les anciens, leurs crédos ou devenir carrément dubitatif et laïc, par dépit à ce qui est fondamental en religion, pour ne pas dire fanatique ou rigoriste ? A force de fanatisme et d’extrémismes, on pousse les gens à mécroire, à devenir des apostats et des incrédules. Ce qui semble représenter un refuge logique et philosophique à la fois. Et une perte de sympathie pour les religieux !

Ainsi pour être rationnel et moderne, faut-il snober les appels à Dieu et se moquer des prières rogatoires, quand les pluies viennent à tarder et qu’on craint les terribles sécheresses pour les gens et les bêtes. Sont-ce des exercices inutiles, une fatuité, un folklore usuel usé pour les moins crédules. Au point que croire, devient pour certains un actes péjoratif ! Une erreur de logique, une preuve et un état d’arriération. Tel un péché, une connerie, ou un mythe doublé d’injure.

Logique cartésienne et déité

Se détacher de toute invocation au Seigneur pour se dire cartésien, est-ce le summum de la connaissance et la preuve des certitudes ? Détacher de Dieu ce qui est terre à terre, le faut-il ! Et de ce fait éloigner Ses compétences divines, ses prérogatives méconnues de nous, de ce qui est bassement terrestre ou céleste. La pluie, par exemple, qui du provient du ciel arrose les champs des fellahs et les grands fermages. La banale pluie qui emplit les rivières ou barrages et nous permet de boire et de manger. Quand on peut l’acquérir, certes ! Là, sur cette petite Terre, ce petit point perdu qui dans son ivresse, tournoie accroché à cette immense Voie Lacté, ce petit bout de l’Univers, qui se répand encore…Est-ce affaire de Dieu ? Celui qui a du déclencher le Big-bang, un jour. Alors, ce Benky qui fait un panégyrique, risible ou illisible, est-ce choquant d’en parler et de dire qu’il fait de la politique pour attirer des voix sur ses urnes…dans 4 mois !

Faut-t-il dessaisir Dieu de nos affaires ? Faut-t-il confisquer Allah, au régisseur nous guide et des mains de ceux qui nous représentent devant les hommes ? Ôter le bon Dieu du langage de ceux qui nous gouvernent et du verbe de Benky ? Afin de plaire à la raison pure et à une sorte d’éthique, élevée et moderniste, qui nous provient de la culture du Nord !
Ôter ainsi, le nom de Dieu, Ses interventions et Ses compétences, des événements qui intéressent l’espace et tant d’hommes ?! Par amour pour la raison pure, disais-je, ces maths-physique et ces sciences, que nous admirons, puis ne plus l’impliquer, ce Dieu de l’Univers, dans nos affaires…humides. Celles des pluies de Benky, du fauteuil de Boutef, de la Michèle Obama ou de la connerie de Ban-Ki-moon ou de tout autre gros pion ou morpion, qui s’agite sur l’échiquier où nous sommes confinés, pour agir ou nous faire subir ! La Raison, une intelligence, toute restreinte et limite, que nos cervelles et nos sens nous permettent, est-ce si antinomique du Bon Dieu ?

Oter Dieu du discours politique ?

Ainsi dessaisir Dieu de nos affaires est devenu une affaire politique, une affaire de déterminisme politique. Dessaisir Dieu de nos affaires est une logique et un des droits de l’homme, les plus licites, afin de responsabiliser l’homme et ses actes, totalement, librement et uniquement. Impliquer l’homme et uniquement l’homme devant toutes les responsabilités, devient un devoir logique et une obligation. C’est la dicté des gens civilisés du Nord. Il sera comptable de l’écologie, l’homme, des vents, des eaux, du climat, des pluies et de la rotation des sphères les unes autour des autres dans ces galaxies. La Cop22, ça promet.
Face à ceux que les prières, les sermons et les prêches, les discours et les exordes religieux, offusquent, le tribut de l’homme est d’être responsable de tout donc, pour relever le défi laïc. A ce titre et si l’homme est doté de libertés réelles et vraies, si l’homme détient une responsabilité totale, il est comptable de tout. Même de l’agriculture et des pluies. Et qu’on ne vienne plus nous barber avec ces faits du hasard, ces déterminismes (génétiques) et autres interventionnismes divins ! Et encore moins d’intermédiations des anges, des saints ou des dieux. Ces réponses qu’attendent les prieurs à force de tenaces suppliques et persévérantes dévotions !

Entre autres prières de paix, celles publiques de la Ouma. La nation où des entités entre-tuent au nom du même dieu ! Celui que tu invoques pour ta santé et que Benky appelle pour le calme social et les pluies, Allah ! Oui, c’est vrai, il est de ses ministres qui censurent à tort et à travers et règlent mal s’ils ne les aggravent les affaires et les requêtes des médecins et des instituteurs. La patrie en danger se ronge les ongles et se range dans la quiétude sociale pour imprimer les paix envers ses troublions et ses voisins.

Encore faut-il y croire, quand la notion même de patrie, pour beaucoup, laisse à désirer !

La pluie vient des nuages ou du Ciel

Il est aisé de se foutre de la pluie, des nuages, des vents et autres invisibles ressorts qui les poussent dans notre direction ! Quand on sait que le prix de la paix et du pain, celui du blé, de sa culture et de son, importation, c’est aussi de la politique.
Faut-il exiger que les politiques ne parlent plus, en public, de Dieu ? Et c’est bon pour l’Eglise et les seuls oulémas ! Eux qui sont sensés à leur tour de ne point parler de politique locale ou universelle, à leurs fidèles pratiquants ! Car, ils n’ont pas le loisir ’’ physique ‘’ de le connaître, le bon Dieu ! Alors, ils en doutent. Et que ce discours de piété, ça fait amalgame avec les programmes de la cohorte des Partis en lice !

Faut-il dès lors, empêcher quiconque d’en appeler à Dieu et leur intimer l’ordre et la pudeur aux ministres, afin que dans leurs sacerdoces techniques, ils n’y fassent point allusion ! Interdire de faire interférer la déité dans la chose publique et en milieu politique, éviter cet amalgame, ce avant les que les urnes ne tournent en rond et que les élections nous parachutent des opportunistes, ceux qu’on n’aime pas !

Et par la même, faut-il se détacher, le temps des prochaines urnes, se séparer de nos valeurs nationalistes identitaires ? Tel que ce référentiel d'Allah-Alwatane-Al Malik ?

Faut-il prier en cachette. Et ne pas dire merci à Dieu en séance gouvernementale, ou parlementaire ? Ne pas ouvrir de cession avec le Coran ni faire la prière des absents…Je parle des parlementaires. ? Se vanter alors, en cachette ou en particulier, d’avoir ôte des mœurs la religion ! Parce que les usurpateurs des religions, les noirs amîrs, ont mauvaise presse au Moyen-Orient ou ailleurs en Afrique et qu’il faut tanner ça !

L’intimité religieuse

La religion, ça regarde tout un chacun dans sa sphère intimes et ses libertés propres, c’est un fait inaliénable ! Et en faire état, par ci par là, devient un abus et une usurpation…C’est vrai, on doit assumer et pouvoir régler ça !
A contrario. Interpeller les auteurs des agacements, s'en vanter publiquement, en jouir pour offusquer et pour jouir encore plus, en blessant...Quitte à faire jaser les personnes susceptibles et les froisser dans leur crédos tenaces ou tangents. Ceux-là mêmes, qui malgré tout, et avec espoir, y croient toutefois ! Irriter les plus fondamentalistes en leur disant, ça ne regarde pas Dieu, que le travail du Gouvernement.

Cessez de l’instrumentaliser, l’Islam ? Oui ! Au point de cesser de l'Interpeller, le bon Dieu pour nos affaires sociales et politiques ? Non ! Ce serait rompre avec l’usage des sermons du vendredi et des conclusions des conférences du Ramadan, et les prières des gens, qui s’achèvent tous avec des prières pour le Prophète et des vœux pour le Chef de l’Etat et les Musulmans. S’Il ne nous écoute pas ou s’Il n'existe pas, les prières des agnostiques seraient peut-être inutiles, là ! Est ces respectables personnes, nous poussent à plus croire encore, pour notre défense, pour nos libertés et pour notre existence. On veut stériliser Dieu sans donner la preuve, que ce « X » n'existe pas ! On veut qu'Il ne s'occupe de rien et ni n'écoute personne dans Sa monarchie ! Et par convictions et certitude de leur inutilité, de ne parler ni de dieu, ni de destins ou de hasards afin de croire et se dire que nous sommes totalement libres.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».