Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Kamal Znidar - publié le Samedi 12 Avril à 13:29

Les pjdistes sont-ils atteints d'Alzheimer ?!




En 2009, une guerre a été déclarée par Abdelilah Benkirane, leader du PJD, à Fouad Ali El Himma, le leader du PAM qui a remporté les élections municipales quelques mois après sa création. Le premier s'est toujours plaint des attaques et des abus de l'ami du roi et l'a accusé d'avoir utilisé les moyens de l'Etat pour déstabiliser le PJD et faire fléchir ses membres.



A travers les médias, Abdelilah Benkirane a traité Fouad Ali El Himma de tous les noms, l'a comparé à Oufkir et Basri, et a appelé à son écartement. Il s'est toujours plaint des recours de l'ami du roi aux anciennes méthodes d'intimidation et de menaces à l'égard de ceux qui s'opposent à sa tentative de mainmise sur la politique et le marché des affaires. Il a même profité du printemps arabe pour organiser une manifestation à Salé appelant le départ de Fouad Ali El Himma.

Malheureusement, l'homme qui a été perçu par des marocains comme le héros qui va purifier le système marocain en s'attaquant aux symboles de la corruption et à leur tête Fouad Ali El Himma, a fait changement 180° une fois qu'il a obtenu ce qu'il veut : remporter les élections législatives et devenir chef de gouvernement. L'homme que des marocains croyaient fort et capable de dire « non » au roi, est devenu mou.

Suite à la nomination de Fouad Ali El Himma comme conseiller du roi, les réactions des leaders du PJD ont été plus que décevantes. Hier, ils l'accusaient de tous les maux et n'arrêtaient pas de crier et appeler à son éloignement. Aujourd'hui, ils nous ont créé la surprise : ils sont les premiers à féliciter l'ami du roi et lancer des fleurs sur sa nomination.

Abdelilah Benkirane, lors de sa rencontre avec le roi, a frisé le ridicule avec son « Je ne peux pas me fâcher avec le conseiller de sa majesté » quand il a été interrogé sur sa position vis-à-vis d'un des ennemis jurés du peuple marocain, l'ami du roi. Il a montré ainsi que cette guerre qu'il avait déclaré hier à Fouad Ali El Himma n'était pas une guerre contre la corruption mais une guerre contre un leader politique qui achoppe les intérêts des islamistes et leurs plans… Dommage !

Deux ans et demi après, un scénario similaire se répète, mais cette fois-ci avec Karim Ghellab. Ce membre du Parti de l'Istiqlal qui a été soutenu hier par le PJD pour devenir président de la Chambre des représentants, est attaqué aujourd'hui de tous bords par les pjdistes. Hier, il était beau et digne d'être à la tête du parlement marocain. Aujourd'hui, il est devenu pire que le diable en personne… Bizarre !

Voter Karim Ghellab hier "à une époque dans laquelle le Parti de l'Istiqlal était membre du gouvernement présidé par le PJD", soutenir sa campagne, faire tout ce qu'il faut pour qu'il soit à la tête de la Chambre des représentants, et venir nous dire aujourd'hui "à une époque dans laquelle le Parti de l'Istiqlal est devenu membre de l'opposition" qu'il est pire que le diable en personne, ceci est inadmissible !

On ne peut pas se permettre de soutenir Karim Ghellab en décembre 2011 et cracher sur son identité en avril 2014. C'est fou de diaboliser l'image de Fouad Ali El Himma de 2009 jusqu'à 2011 et venir lancer des fleurs sur sa personne en 2012. Ne parlons même pas du cas Rachid Alami Talbi. Ces retournements de veste si ce n'étaient pas de l'hypocrisie, ça seraient donc un signe d'Alzheimer.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager