Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



CGNews - Emarrakech - publié le Samedi 14 Mars à 10:30

Les pays musulmans, clé du redressement économique ?




Jakarta – Lors du cinquième Forum économique islamique qui s’est déroulé du 2 au 4 mars à Jakarta, les délégués et les orateurs étaient en effervescence; les idées nouvelles pour résoudre la crise financière et économique mondiale fusaient de toutes parts.



Etant donné le contexte économique mondial actuel, les orateurs ont abordé presque tous la question de la crise devant une audience composée de représentants de trente-huit pays.

Dans son discours d’ouverture, le président Susilo Bambang Yudhoyono a donné le ton des débats en disant que le monde doit se préparer à traverser encore des temps durs.

Le président indonésien a discrédité la théorie selon laquelle l’Asie, en se dissociant des pays occidentaux échapperait aux pires ravages de cette crise, qui a commencé par la chute du marché immobilier aux Etats-Unis pour se répandre rapidement par la suite pratiquement partout ailleurs dans le monde. Pour reprendre les propos du président : « la débâcle économique n’est qu’un des problèmes auxquels le monde actuel est confronté », il faut y ajouter « le changement climatique, la sécurité énergétique et alimentaire, qui sont également de véritables défis ».

Susilo Bambang Yudhoyono a ajouté que les solutions viendraient des innovations, de la solidarité entre nations musulmanes et du développement de nouvelles sources d’énergie. Le maintien du libre -échange et la souplesse du flux des investissements figurent tout en haut de sa liste des priorités. « La pire chose qu’on puisse faire aujourd’hui serait de recourir au protectionnisme.» a-t-il dit dans son discours.

Maintenant, la question pour les pays musulmans reste de savoir ce qu’ils auraient à offrir au reste du monde.

Le monde est prêt à tout pour résoudre la crise économique endémique. Les idées nouvelles se font rares et on a besoin de nouvelles orientations. Le monde est très intéressé à entendre une voix claire émanant du monde musulman.

Et les pays musulmans, ceux du Moyen-Orient en particulier, ont beaucoup à offrir.

Ils détiennent d’immenses réserves de devises, amassées grâce aux cours du pétrole qui sont restés élevés sur plusieurs décennies. Potentiellement, ces immenses sommes d’argent pourraient servir à revigorer le système financier mondial. Les pays musulmans ont par ailleurs des pratiques - comme le système bancaire islamique - qui peuvent certainement contribuer au redressement de l’économie mondiale. Plus important encore, le monde musulman a un engouement pour les affaires qui n’est pas entièrement fondé sur l’appât du gain ; il aspire à des idéaux plus nobles qui consistent à se servir du commerce pour contribuer au développement social.

Cependant le plus grand défi pour les pays musulmans est d’acquérir le courage de prendre des décisions fermes et dures. Les opportunités surgissant souvent dans des moments difficiles, les pays moyen-orientaux doivent se doter de la volonté de prendre des risques calculés et d’être visionnaires. Ils doivent avoir la volonté de parier sur des chevaux gagnants ; l’Indonésie en est certainement un - avec ses immenses ressources naturelles et son grand marché intérieur.

Les pays musulmans dotés de grandes réserves de devises et d’une balance commerciale équilibrée devraient également avoir des intérêts stratégiques au sein d’institutions financières internationales afin de pouvoir influencer et façonner la nouvelle architecture financière.

Le temps considérable que le président Susilo Bambang Yudhoyono a consacré à s’assurer que les investisseurs moyen-orientaux s’intéressent à l’Indonésie est très appréciable. Dans les deux à trois ans à venir, une nouvelle alliance pourrait surgir entre le premier pays à majorité musulmane en nombre de fidèles et le riche Moyen-Orient en termes de devises. Ensemble, Extrême-Orient et Moyen-Orient peuvent aider l’économie mondiale à se redresser.



               Partager Partager