Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Cherif Chebihi Hassani - publié le Mardi 22 Octobre à 20:28

Les migrations de l'homme ont débuté il y a près d'un million d'années : A la recherche du bonheur






Les migrations de l'homme ont débuté il y a près d'un million d'années : A la recherche du bonheur
La recherche du bonheur a occupé l'homme depuis l'aube de l'histoire. Souvent cela veut dire se déplacer d'un endroit à un autre à la recherche d'un approvisionnement en denrées alimentaires, d'un climat plus agréable, et/ou un abri plus sûr. La sensibilisation de l'homme moderne à la migration a probablement commencé avec la découverte du nouveau monde. Historiquement, la migration de l'homme a débuté avec le mouvement de l'Homo erectus de l'Afrique, à travers l'Asie et à travers Eurasie, il y a environ un million d'années.

Pourquoi émigrons-nous ? Pourquoi certains d'entre nous plient bagages et quittent toit, entourage et pays à la recherche d'une terre inconnue et un avenir incertain ? Les spécialistes de la migration affirment que les gens décident de quitter leur patrie quand les conditions ne sont plus tolérables.

La promesse d'avantages économiques ou le niveau de vie sont plus attractifs. Certains migrants échappent à l'agitation politique, à la guerre, à la persécution religieuse et/ou à la discrimination sociale. Certains quittent d'autres restent. Les psychologues expliquent que les migrants sont traditionnellement moins attachés à leur culture natale, sont plus agités et nourrissent des aspirations. Les migrants font des rêves qui ne peuvent être réalisés que dans la terre promise.

Une fois là, les rêves semblent s'évaporer dans leur lutte pour faire face à ce nouvel et exotique environnement.

Il a été laissé au savant Thomas Jefferson d'inclure (1743-1826) dans la déclaration d'indépendance : « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Pour n'importe quelle raison tous les migrants partagent un but commun – la recherche du bonheur, que ce soit la santé, la richesse, la liberté, l'éducation, l'égalité, la religion, ou la justice sont autant de facteurs qui contribuent à élever nos âmes à un état de bonheur. Parmi ses nombreux écrits, Jefferson croyait l'expatriation comme un droit naturel et a agi en tant que tel que toutes les nations dans tous les âges. Il s'est interrogé : «Est-ce que l'humanité opprimée ne doit pas trouver un asile sur cette terre ? Nos ancêtres possédaient le droit de donner à tous les hommes de quitter le pays où le hasard les a placés. Cette inclusion inhabituelle du bonheur par les pères fondateurs de la constitution américaine a choisi les Etats-Unis comme la nation la plus attrayante pour les immigrants de tous les coins du globe. Les nations immigrantes incluent l'Australie, le Canada, l'Amérique et l'Afrique du Sud. Certaines puissances coloniales européennes avaient renforcé l'immigration sur eux telles que le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas.

L'Allemagne a invité les ouvriers turcs à les aider à reconstruire leur pays après la Seconde Guerre mondiale et se sont trouvés face à un nombre d'immigrants superflus. Etait-il sur un lit de roses où ils accomplissaient chaque rêve ? Les citoyens indigènes les avaient reçus à bras ouverts ?
Est-ce facile pour eux de les assimiler socialement et culturellement dans la terre choisie. Des études ont montré que les immigrants ont tendance à se rassembler dans certains quartiers, villes et régions. Ils établissent leurs propres marchés, leurs propres nourritures et leurs propres lieux de cultes.

Préserver l'identité culturelle est essentiel, surtout dans les premières années. Les migrants se sentent attachés à leur besoin de maintenir leurs idées et croyances, en dépit de leur désir d'adopter les pratiques et les coutumes de leur nouvelle société. Préserver le sentiment de soi est un droit indéniable pour lequel ils sont critiqués. Ce n'est pas un échec de l'intégration mais un besoin de maintenir l'esprit de leurs origines. La plupart des migrants s'intègrent dans leurs nouvelles sociétés, mais demeurent proches de leurs origines. Exemple d'un juif se promenant. Car depuis des milliers d'années, les juifs ont été dispersés dans chaque pays, mais ont maintenu leur tradition religieuse. Il est connu que les Grecs sont les plus grands commerçants, les Indiens tiennent à leur sari et curry là où ils sont, bien, qu'ils se soient distingués dans leurs différentes maisons, en atteignant des sommets économiques, non entendu dans leur pays natal.

Selon une étude de l'Université Duke, les Chinois et les Indiens semblent être plus rapides à s'assimiler dans le tissu économique des Etats-Unis, ou dans n'importe quel pays où ils se trouvent. Ils conservent leur culture, les coutumes religieuses et sociales. Ils se déplacent pour améliorer leur vie et assurer leur bonheur. Le maintien de leur croyance fondamentale complète le bonheur qu'ils cherchent.

La plupart des Africains qui ont émigré se rebellent contre les restrictions, la loi française, les contrôles des cartes d'identité par la police. Retournent-ils à leur patrie plutôt que d'accepter une discrimination flagrante. Un petit nombre seulement le fait. Les Turcs en Allemagne partagent le même destin que les Africains en France. Plus que la moitié des Turcs se sentent mal accueillis et ont du mal à assimiler ou même apprendre la langue. Pendant que les juifs assimilent et pratiquent librement leur culte, les musulmans restent isolés en portant des vêtements particuliers inacceptables par les sociétés occidentales.

Comme la population musulmane se développe à l'extérieur du monde arabe, elle impose certains aspects de sa culture aux sociétés occidentales dans lesquelles elle a voulu vivre.

Les dessins migrateurs portent une certaine ironie comme les savants l'ont observé. Les migrants ont tendance à choisir dans la région une maison et un climat pareil à ceux qu'ils ont laissés derrière eux. Les Suédois échappent à la rigueur des hivers sans fin de leur patrie et ont choisi d'immigrer au Minnesota avec ses hivers rigoureux. Les Mexicains restent près des climats les plus chauds en choisissant les cinq Etats bordant le Mexique.
Le nombre d'immigrants illégaux est estimé à 12-18 millions. Ce qui réduit la contribution américaine qui paye les écoles, les soins et les abris. Cinq présidents américains ont été incapables de résoudre ce problème. Les Latins forment le plus grand groupe minoritaire aux Etats-Unis, ce qui rend la coalition latine politiquement importante. Le Président Obama est réticent à toucher la question et s'oppose à des lois des nations afin d'apaiser la coalition latino. Les migrants illégaux possèdent-ils le droit inaliénable de chercher le bonheur ? Certains nés aux Etats-Unis ne peuvent que parler anglais. Dieu seul sait comment cela va finir.

Ce qui nous échappe souvent, si c'est un droit humain ou pas, le bonheur est par définition une condition temporaire, comme George Bernard Shaw s'est ainsi bien exprimé : «Une vie de bonheur, aucun homme vivant ne pourrait la supporter, ce serait l'enfer sur la terre».

«J'ai cru que ce succès a orthographié le bonheur. Je me suis trompé. Le bonheur ressemble à un papillon qui apparaît et nous ravit pendant un bref moment mais bientôt part discrètement». (Anna Pavlova, Danseur de Ballet russe (1881-1931).



               Partager Partager