Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


Khalid Ibrahim Khaled - Polisario Confidentiel - publié le Jeudi 5 Novembre à 19:55

Les défenseurs des victimes des actes terroristes du Polisario reçus ce vendredi par Diaz





Jorge Fernandez Diaz
Jorge Fernandez Diaz
Les membres de l’association représentant les victimes des actes terroristes du Polisario, seront reçus demain vendredi 6 novembre, à Las Palmas, par le ministre espagnol de l’Intérieur, Jorge Fernandez Diaz.

Cette rencontre coïncide, par pur hasard ou sciemment planifiée, avec la célébration du 40ème anniversaire de la Marche verte, un événement hautement symbolique, puisque le 6 novembre 1975, le dernier soldat espagnol avait quitté la zone sud occupée et le Maroc a ainsi pu recouvrer sa souveraineté sur ses provinces du sud.

L’audience avec le ministre espagnol de l’Intérieur se tient à la demande de l’Association canarienne des victimes du terrorisme (ACAVITE) qui continue à militer pour que justice soit rendue aux victimes espagnoles d’actes terroristes commis par les miliciens armés du front Polisario.

Pendant longtemps, les autorités de Madrid ont refusé d’inclure ces personnes parmi les victimes du terrorisme, empêchant leurs proches d’être indemnisés comme le prévoit la loi dans le Royaume ibérique.

Fondée en 2006 par Lucia Jimenez, fille du défunt Francisco Jimenez, lui aussi assassiné par le Polisario au Sahara, l’ACAVITE a fini par obtenir gain de cause, puisque le 17 novembre de la même année, le gouvernement de Madrid a débloqué une première indemnisation de plus de 96 mille euros, au profit des familles des victimes des attentats terroristes du Polisario.

Les auteurs de ces crimes commis entre 1976 et 1985 avaient pris pour cibles plusieurs bateaux de pêches canariens et espagnols qui opéraient entre les Canaries et les côtes marocaines du Sud, et des ouvriers qui travaillaient à l’époque, dans les mines des phosphates de Boucraâ.

Quarante après ces tragiques attentats, les parents et proches des victimes espagnols demandent toujours reconnaissance et réparation.

Source : http://polisario-confidentiel.com/1350-les-defense...

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus