Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Vendredi 11 Mars à 10:56

Les déclarations du SG de l'ONU reflètent une image erronée de la réalité qui ne tient pas compte de l'orientation vers une solution pacifique (universitaire)




Oujda - Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a tenté, à travers ses dernières déclarations au sujet du Sahara marocain, de refléter une image erronée de la réalité qui ne prend pas en compte les éléments conditionnant l'établissement d'une orientation vers une solution pacifique, a relevé Khalid Chiat, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed 1er d'Oujda.



Ces déclarations démontrent que Ban Ki-moon "a essuyé un échec des plus cuisants car il a donné l'impression que ses propos ont été téléguidés, d'autant qu'ils étaient prononcés depuis l'Algérie", a considéré M. Chiat dans une déclaration à la MAP. 

"Le Maroc n'a pas été en position de faiblesse lorsqu'il a présenté la proposition d'autonomie" pour le règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain, a souligné M. Chiat, ajoutant qu'"aucun Marocain ne cédera un iota de ses terres" et que "tous les Marocains vont consentir les sacrifices nécessaires, vu qu'il s'agit d'une question de principe et d'existence". 

L'Algérie et sa marionnette le "polisario" sont conscients que le Maroc a réalisé une grande avancée à travers l'élaboration d'un plan économique de développement de ses provinces du sud, ce qui les poussent à se précipiter de faire recours aux tentatives visant à "contrarier le Royaume économiquement et mettre en place une stratégie basée sur la provocation".

Le gouvernement marocain avait exprimé, dans un communiqué, ses plus vives protestations contre les propos du SG de l'ONU sur la question du Sahara marocain, relevant avec "une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés de M. Ban Ki-Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, durant sa récente visite dans la région".

               Partager Partager