Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



MAP - publié le Vendredi 11 Mars à 13:11

Les déclarations de Ban Ki-moon, une violation flagrante de la charte de l'ONU (FFD)




Rabat - Les déclarations du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors de sa récente visite dans la région, constituent une violation flagrante de la charte de l'ONU qui a défini les missions du secrétaire général, le plus haut fonctionnaire de l'organisation, particulièrement l'article 100, a affirmé le Front des forces démocratiques (FFD).



Dans un communiqué parvenu jeudi à la MAP, le FFD a exprimé son grand étonnement face aux dérapages verbaux, à la politique du fait accompli et à la complaisance injustifiée de Ban Ki-moon lors de sa dernière visite dans la région, estimant que ses déclarations constituent "une violation flagrante de la charte de l'ONU et des attributions du SG de l'ONU et contredisent explicitement les orientations et résolutions du Conseil de sécurité qui ont, à plusieurs reprises, accueilli favorablement la proposition marocaine d'autonomie présentée le 11 avril 2007".

Le Conseil de sécurité a qualifié de sérieux et crédibles les efforts incessamment déployés par le Maroc pour parvenir à une solution politique juste et durable et mutuellement acceptable par les parties, comme le veut l'ONU, a indiqué le communiqué.

"Si on se réfère au Droit international et aux dispositions de la charte de l'ONU, Ban Ki-moon a fait preuve d'une attitude paradoxale flagrante" quand il s'est départi de sa neutralité, outrepassant son rôle et sa mission pour parvenir à un règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain, relève le communiqué, notant que le SG de l'ONU a "commis une erreur politique et diplomatique grave, en montrant une complaisance déplacée à l'égard de la thèse des séparatistes, rejetée par la communauté internationale, plaçant ainsi les Nations unies dans l'embarras".

"Ban Ki-moon s'est écarté de la légalité internationale et des législations adoptées par l'ONU et outrepassé les prérogatives qui lui incombent en tant que secrétaire général qui se doit de ne pas accorder d'intérêt aux questions marginales", a ajouté le communiqué.

Le SG de l'ONU semble oublier que les résolutions des Nations unies et leur approche concernant la question du Sahara marocain sont déterminées par les résolutions du Conseil de sécurité qui sont contraignantes pour le secrétaire général de l'ONU et son envoyé personnel, ajoute le FFD, soulignant que Ban Ki-moon a aussi ignoré que les résolutions du Conseil de sécurité concernant le conflit artificiel autour du Sahara marocain sont claires et considèrent que la règlement du dossier ne peut se faire qu'à travers des négociations entre les parties pour parvenir à une solution consensuelle.

Le FFD affirme avoir suivi avec une grande inquiétude l'obstination de Ban Ki-moon à visiter la région avant la réunion annuelle du Conseil de sécurité prévue en avril prochain.

Cette visite, relève le communiqué, a été marquée par le silence observé par Ban Ki-moon concernant les violations des droits de l'homme dans les camps de Tindouf au vu et au su des autorités algériennes, le détournement des aides humanitaires et l'entêtement de l'Algérie à appliquer la convention de Genève relative aux réfugiés et à punir les opposants à la direction du front du polisario.

Le FFD appelle le Conseil de sécurité, plus particulièrement ses cinq membres permanents, à prendre en considération le dérapage du secrétaire général de l'ONU qui porte atteinte à son rôle et celui du secrétariat général de l'ONU en tant que médiateur neutre pour le règlement de la question du Sahara, et qui ne respecte pas les règles souveraines des Etats et expose la paix et la stabilité dans la région à de grands risques.

Ban Ki-moon a oublié ou feint ignorer qu'il avait répété, maintes fois, que les camps de Tindouf constituent "une bombe à retardement" et qu'il avait mis en garde contre les risques d'extrémisme, affirme le parti, ajoutant que le secrétaire général a été induit en erreur faute de vision pour changer cette situation qu'il avait reconnue lui-même.

Tous ces dépassements sont loin de permettre de réaliser l'objectif annoncé par le SG de l'ONU lors de cette visite et qui consiste à relancer les négociations politiques, mais menacent plutôt de le compromettre à quelques mois de la fin de son mandat, a conclu le communiqué.

               Partager Partager