Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Samedi 12 Mars à 09:58

Les déclarations de Ban Ki-Moon susceptibles de compromettre davantage les efforts de la communauté internationale et de l'ONU pour trouver une solution juste de la question du Sahara (FAES)




Douala - Les déclarations du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, sur la question du Sahara "sont susceptibles de compromettre davantage les efforts de la communauté internationale et particulièrement l'ONU pour trouver une solution juste, équitable et mutuellement acceptable de la question du Sahara", a souligné, vendredi, la Fédération africaine des études stratégiques (FAES).



Les membres de la Fédération ont appris avec préoccupation les derniers positionnements et déclarations du Secrétaire général des Nations unies lors de sa visite dans la région, a affirmé la FAES dans un communiqué parvenu à la MAP, assurant que la fédération a "suivi avec inquiétude et appréhension" les derniers développements de la question du Sahara. 

"Il est clair que le timing de cette visite et déclarations n'étaient pas des plus propices pour donner un nouveau souffle au processus de négociations entre les parties", ajoute la FAES, faisant observer que "le discours de Monsieur le Secrétaire général a pêché par une partialité qui ne sied pas à son rôle supposé et attendu dans ce dossier".

Et de relever que "le caractère hâtif et incomplet de cette visite ne pourrait que fragiliser la crédibilité des institutions onusiennes dans cette région en proie à des menaces sécuritaires notables", estimant que "le processus de règlement du conflit se trouve à l'heure actuelle plus que jamais compromis voire menacé".

La FAES a soutenu, dans ce contexte, que "l'arc sahélo-saharien a besoin à l'heure actuelle d'un esprit d'entente et de coopération entre les Etats et non pas d'une ambiance de tension et de méfiance et qui ne ferait que servir les intérêts des groupes terroristes et criminels", ajoutant que "cette situation requiert de la part de tous les acteurs de faire preuve de bonne foi et d'esprit constructif afin d'éviter tout enlisement de la situation qui ne ferait qu'aggraver une situation politique et sécuritaire d'ores et déjà fragile sur le continent et la sous-région".

A ce titre, la FAES fait remarquer que "le Maroc constitue à cet égard un maillon essentiel de la lutte contre le terrorisme et l'insécurité de manière générale". 

"A différentes occasions, le Maroc a contribué de manière sincère et déterminante à la paix et la sécurité dans le continent", souligne la Fédération qui salue les "efforts du Royaume du Maroc dans le développement des provinces sahariennes et appelle à un plus large soutien du projet marocain d'autonomie".

Par ailleurs, la Fédération africaine des études stratégiques, qui exprime son "inquiétude" de la situation des droits de l'homme à Tindouf, "condamne le détournement de l'aide humanitaire par la direction du polisario et souligne la nécessité du recensement des populations dans les camps de Tindouf".

               Partager Partager