Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Ahmed Hamdaoui - publié le Samedi 14 Mars à 12:43

Les causes psychosociologiques du déclin scientifique de l’Ecole Marocaine




Ceux qui s’acharnent maladivement contre l’usage même partiel de la langue française ont ruiné l’enseignement scientifique au Maroc et risque de ruiner l’avenir économique de notre pays ! …



 Les causes psychosociologiques du déclin scientifique de l’Ecole Marocaine
Très souvent, quand on traite les problèmes de l’enseignement, on pense plus à la pédagogie, aux programmes, aux enseignants et aux valeurs socioculturelles. Or malheureusement beaucoup de causes de l’échec de notre système éducatif sont liées à des pathologies sociales et psychosociologiques de la société marocaine. Ces causes sont retrouvées également dans d’autres pays maghrébins et dans presque toutes les sociétés arabo-musulmanes. Face à des problèmes graves nécessitant des solutions pragmatiques et urgentes, on passe beaucoup de temps à parler d’idéaux virtuels et à nous battre avec des complexes chroniques : L’arabité, la religion, le colonisateur et le colonialisme (on a l’impression qu’il n’y a que les pays arabes qui ont été colonisés dans le monde ! …).
La crise de l’enseignement dans les pays du Maghreb et particulièrement en Algérie et au Maroc est étroitement liée à ces problèmes psychosociologiques.

Notre comportement avec la langue française est très parlant à ce sujet.

Alors que d’autres pays Asiatiques ou Africains (Inde, Sénégal, …) qui ont aussi subi le traumatisme colonial, ont su adopter la langue du colonisateur, pourquoi les pays Maghrébins n’ont pas su le faire ? L’usage partiel de la langue française aurait pu aider ces pays à assurer un enseignement scientifique et technologique de qualité et compétitif à l’échelle internationale. En dehors du traumatisme colonial, l’Algérie et le Maroc ont vécu de longues années de relations intimes avec la langue française, la rejeter simplement parce qu’elle est un outil ou un produit colonial est une grave erreur. Si on détruit la langue pourquoi alors ne pas détruire les bâtiments, les routes et toutes les autres infrastructures installées par le colonisateur ?! …

Notre comportement injustifié et hypocrite avec la langue française nous a conduit à nous jeter dans les bras du système éducatif du colonisateur en inscrivant massivement nos enfants dans les écoles de la mission française. Une grande majorité de ces enfants vont poursuivre leurs études en France. Voilà donc comment, sous couvert d’une politique nationaliste et anti coloniale, on se jette dans les bras du colonialisme.

Actuellement, l’Algérie et le Maroc ont tout intérêt à se réconcilier avec la langue française comme outil d’enseignement indépendamment de ce qu’ils peuvent penser des mouvements de la Francophonie et de l’état de leurs relations avec la France sans renier la langue arabe et les autres langues nationales.

La France et les mouvements de la francophonie sont pour beaucoup responsables de cette situation. En effet, quand on compare le mouvement du « Commonwealth » avec celui de la francophonie il y a déjà une grande différence qui saute aux yeux, le premier est basé sur les collaborations économiques et ne fait nullement référence à la langue et le second est basé sur l’usage de la langue française. C’est une grave erreur à mon avis qui fait beaucoup de tord à la langue française. Le mouvement politique doit changer de nom et laisser la promotion de la langue française aux linguistes, aux écrivains et aux littéraires. Cet amalgame a beaucoup joué dans le rejet de la langue française par d’anciennes colonies françaises particulièrement au Maghreb.

L’utilisation partielle de la langue française peut sauver beaucoup de secteurs vitaux comme l’enseignement des sciences et technologies. Une précision très importante est nécessaire à ce sujet. Toutes les langues vivantes y compris la langue arabe peuvent être utilisées dans l’enseignement scientifique. Des exemples existent partout dans le monde. Cependant, pour réussir ces enseignements il faut commencer par bien former les enseignants des sciences dans la langue utilisée.

Le processus d’arabisation dans les pays du Maghreb a été fait brutalement et sans préparation préalable. Dans ces pays l’enseignement de la langue arabe est lui-même défaillant. La pratique de la langue arabe est complètement biaisée à cause de l’usage abusif des dialectes.

L’enseignement scientifique au Maroc était déjà défaillant même à l’époque où il était dispensé en langue française parce que trop théorique. Actuellement, après l’arabisation, même le savoir théorique scientifique est très mal dispensé à cause des problèmes linguistiques. Ces problèmes se répercutent aussi sur la qualité de l’enseignement scientifique universitaire.

S’il n’est pas déjà trop tard, à mon humble avis, suite à ces constats, la seule langue pouvant nous permettre d’effectuer rapidement le saut technologique absolument nécessaire, c’est la langue française. Chercher à le faire avec une autre langue n’est qu’une grosse perte de temps et peut être très périlleux.

Ahmed Hamdaoui
Université Cadi Ayyad


Tagué : Ahmed Hamdaoui

               Partager Partager