Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Centre d’Etudes Internationales - publié le Mardi 24 Juillet à 14:13

Les axes d’intervention de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain




Véritable chantier national pour le développement humain au Maroc, l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) constitue un référentiel stratégique pour le progrès social et l’amélioration des conditions socioéconomiques des classes sociales les plus défavorisées. Fruit d’une volonté royale, l’INDH a joué un rôle moteur dans la réalisation de nombreux projets socioéconomiques dans les différentes régions du royaume. Force est de constater que cette Initiative, lancée par le roi Mohammed VI le 18 mai 2005, n’est pas venue remplacer les programmes sectoriels existants ou les plans de développement, économique et social, locaux. Elle s’inscrit dans le cadre d’une dynamique globale de réforme visant à renforcer l’action de l’Etat et celle des collectivités territoriales en faveur du développement humain. Cette Initiative repose sur un mode de gouvernance moderne, souple, participatif et décentralisé. L’INDH repose sur quatre axes d’intervention dont il convient de présenter les grands traits.



Les axes d’intervention de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain
Renforcement de l’accès aux infrastructures et services sociaux de base

Faciliter et renforcer l’accès aux infrastructures et aux services sociaux de base constitue un enjeu majeur pour l’INDH. En effet, cet axe bénéficie d’un financement important qui reflète l’engagement de l’Etat et des divers opérateurs socioéconomiques pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Ainsi, lors du coup d’envoi de la deuxième phase de l’INDH, donné par le Roi Mohammed VI le 4 juin 2011 dans la ville de Jerrada, et qui s’étale sur une période de 4 ans, allant de 2011 à 2015, un budget de 3,1 milliards de dirhams a été consacré au renforcement de l’accès aux infrastructures et aux services sociaux de base. L’objectif étant d’améliorer la qualité de vie des populations rurales. Il convient de préciser que le champ d’action de ce programme s’est élargi à 701 communes rurales, sélectionnées sur la base d’un seuil de pauvreté de 14%. Rappelons que, dans la première phase de l’INDH, allant de 2005 à 2010, ce programme bénéficiait uniquement à 403 communes rurales.

Appui et renforcement des activités génératrices de revenus

En raison de leur impact réel et direct sur la population, les activités génératrices de revenus occupent une place importante dans les programmes de l’INDH. En effet, au cours de la première phase de la mise en œuvre de cette Initiative, les activités génératrices de revenus comptaient plus de 2000 actions, c’est-à-dire 17% de toutes les opérations de l’INDH, et ce avec un budget global qui avoisinait 760 millions de dirhams. 30.000 personnes ont pu bénéficier de ce programme. Les activités génératrices de revenus jouent un rôle moteur dans la réduction de la pauvreté et la création d’emploi. Elles permettent aux citoyens d’assurer leur autonomie et de réaliser leurs projets. Il faut souligner que la portée sociale de ce programme se traduit par la création de projets au profit des citoyens les plus démunis, notamment les femmes, les hommes, les jeunes et les handicapés qui sont sans revenus stables ni emploi fixe. Cette portée positive se traduit aussi par la mise en place de moyens de financement adéquats, par l’encadrement, le renforcement des capacités techniques et managériales ainsi que le suivi et l’évaluation de ces projets.

Renforcement de la gouvernance et des capacités locales

L’INDH vise à renforcer les mécanismes de gouvernance locale à travers le développement des formes de coordination et de concertation qui incluent une pluralité d’intervenants. Ainsi, cette Initiative a pour objectif d’organiser des rencontres d’informations et de sensibilisation pour les jeunes et en faveur des associations locales sur les modalités de gestion et de bonne gouvernance, sur l’optimisation des ressources ainsi que sur le renforcement des moyens et méthodes d’actions des acteurs et des associations locales actives dans le développement humain.

Appui aux personnes en situation précaire
L’INDH accorde un intérêt particulier aux personnes en situation de vulnérabilité ou à besoin spécifique. En ce sens, un programme de lutte contre la précarité fut adopté dans le cadre de l’INDH qui détermine la population cible, les objectifs, la typologie de l’action, le processus de mise en œuvre et les modalités de financement. Ainsi, par précarité il faut entendre une situation de vulnérabilité, source d’isolement et d’exclusion en raison de l’absence de l’emploi ou de revenu fixe. L’objectif tracé par ce programme est de favoriser, autant que faire se peut, la réinsertion familiale, sociale et professionnelle des personnes concernées, d’améliorer la qualité des services et prestations qui leurs sont allouées par les associations et les organismes publics en vue de leur permettre de préserver leur dignité humaine et de créer des plateformes d’accueil supplémentaires. Huit catégories de populations bénéficient de ce programme. Il s’agit des jeunes sans abri et des enfants des rues, des ex-détenus sans ressources, des enfants abandonnés, des malades mentaux sans-abri, des femmes en situation de grande précarité sans ressources, des personnes handicapées, des mendiants et vagabonds et des personnes âgées démunies.

A cette liste s’ajoutent les personnes vivant dans la rue, les personnes vivant dans les centres d’accueil et les personnes à risque d’exclusion sociale car vivant dans une instabilité économique ou familiale. A titre illustratif, l’on pourrait citer l’établissement  de protection sociale pour enfants en situation précaire, inauguré par le roi Mohammed VI, le 2 septembre 2010, à Casablanca, dans le cadre du programme de l’INDH de lutte contre la précarité. Cet établissement, qui a été réalisé pour un coût global de 7,6 millions de dirhams, a une capacité d’accueil de 120 enfants. Il a pour objectif la prise en charge et l’appui à la scolarisation au profit des enfants en situation précaire en vue de leur réinsertion dans la société.



               Partager Partager