Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Abdelkarim Chankou - publié le Jeudi 8 Mars à 13:57

Les autres rentiers du Royaume des mille contrastes




Bientôt on ne dira plus « l’argent qui dort » mais du « rentier qui dort ». Il roupille peinard au chaud puisque qu’à la fin de chaque mois des sommes d’argent conséquentes, tirées du Trésor public, vont s’engouffrer dans son portefeuille sans que l’intéressé ne fournisse la moindre calorie musculaire ou intellectuelle !



Abdelkarim Chankou
Abdelkarim Chankou
Je ne parle pas de tous ces bénéficiaires d’agréments de transport, de taxis, de carrières de granulats ou de pêche dont plusieurs ne vivaient pas dans le besoin avant qu’ils eussent été touchés par la grâce de l’. Ceux-là, la presse s’en est bien chargée depuis une semaine avec la publication de leurs noms et ceux des sociétés derrière lesquelles ils  se camouflent, si bien que certains d’entre eux, indignés, se sentent plutôt touchés par la « crasse » et non plus la grâce de l’Etat ! L’adage populaire  ne parlent-t-il  pas de wsakh  d’nia, « la crasse de ce bas monde » pour désigner l'argent sale ou indûment gagné ?

Je parle des autres rentiers dont personne ne parle jamais,  du moins sur le même ton. A savoir tous ces artistes dont certains sont toujours en « service actif » malgré leur âge avancé et qui perçoivent des pensions-rentes mensuelles et à vie, atteignant les 30.000 DH ; ainsi que tous ces anciens ministres et secrétaires d’Etat qui après leurs passage au gouvernement, même pour une très courte durée, rejoignent la vie civile avec une « petite » rente allant de 20.000 pour le secrétaire d’Etat à plus de 32.000 pour le premier ministre. Quand on sait que certains agréments de transport ne rapportent pas même à leurs détenteurs  le 10e de ces rentes ministérielles, l’on se demande si le gouvernement actuel, dans son élan de réforme de la gouvernance publique, envisagera de réviser ce curieux dahir (N° 1.74.331 du 23 avril 1975, modifié en janvier 1996) et qui de surcroit n’a jamais été publié au Bulletin Officiel ?

Notons que profitent encore de cette pension-rente, qui équivaut à 12 fois le Smig,  plus de 400  ex-membres gouvernements et ce depuis 1955.

Enfin, et sur le même élan de transparence, le public friand des journaux, souhaiterait que le gouvernement publie chaque année la liste des médias, partisans et privés, qui se partagent la cagnotte des 5 milliards de centimes d’argent public à titre de subventions. Cela permettra au moins de clarifier certaines choses

A bon entendeur…



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».