Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



MAP - publié le Vendredi 22 Avril à 10:40

Les autorités des Iles Canaries interpellées sur les crimes du polisario dans les camps de Tindouf




Madrid - Le gouvernement autonome et le parlement des Iles Canaries ont été interpellés de nouveau au sujet des crimes et exactions commis par le polisario contre les populations sahraouies retenues dans les camps de Tindouf, en territoire algérien.



Le président de l’Association des portés disparus du polisario (APDP), Dahi Aguai, a transmis jeudi aux présidents du gouvernement et du parlement des Iles Canaries un dossier détaillé sur les cas de torture et de disparitions forcées commis par les tortionnaires du polisario dans les camps de Tindouf.

Dans une lettre accompagnant le dossier, Dahi Aguai, lui même victime des atrocités commises dans les geôles des séparatistes, rappelle aux deux responsables la plainte pour génocide et violations graves des droits de l'Homme à Tindouf déposée devant l’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale d’’Espagne.

Le président de l’APDP demande aux autorités des Iles Canaries d'apporter toute l’aide nécessaire pour que l’un des tortionnaires du polisario, le dénommé Mouloud Lahsen qui réside dans l’archipel, soit identifié et déféré devant la justice pour répondre de ses crimes contre les populations sahraouies.

Mouloud Lahsen avait été identifié par ses victimes et des témoins lors d’une comparution devant le juge de l’Audience nationale, Pablo Ruz, souligne le président de l’APDP dans ces deux lettres dont copie est parvenue à la MAP.

Le dossier transmis aux autorités canariennes comporte également des photos d’autres tortionnaires, celles de victimes de ces tortures et de Sahraouis portés disparus, ainsi que de détenus espagnols disparus dans les prisons du polisario.

L'Audience nationale avait accepté, en décembre 2007, une plainte contre des dirigeants du polisario et des officiers de la sécurité et de l'armée algériennes, pour "génocide, torture, disparitions forcées, détention illégale et violations graves des droits de l'Homme".

Parmi les 29 accusés objet de cette plainte, figurent l'ex-représentant du polisario en Espagne, Brahim Ghali, le soi-disant "ministre" de l’équipement de la pseudo "RASD", Sid Ahmed Batal, et le prétendument "ministre" d’Etat Bachir Mustapha Sayed. Figure également sur cette liste, l'ex-représentant du polisario aux Iles Canaries, Mohamed Luchaâ, décédé à Las Palmas

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».