Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Vendredi 18 Mars à 20:34

Les "agissements" de Ban Ki-moon, une tentative de "saborder" tout effort visant à résoudre le conflit du Sahara (Robert Holley)






Les propos et les actes tenus par le Secrétaire général des Nations Unies au sujet de la question du Sahara visent à "saborder" les efforts consentis, des années durant, par le Maroc et d'autres intervenants pour aboutir à un "compromis politique" en vue de la résolution du conflit, a souligné, vendredi, Robert Holley, ancien diplomate américain.

"Il s'agit clairement d'un effort prémédité visant à saper le travail ardu et de long haleine déployé, depuis des années, par le Maroc et d'autres intervenants dans le but d'établir un consensus autour de la nécessité de parvenir à un compromis politique" sur la question du Sahara, a estimé M. Holley dans une contribution publiée sur le site +moroccoonthemove.com+.

L'ancien diplomate US a, en outre, fait observer qu'à travers ses déclarations et actions, Ban Ki-moon nuit au consensus international établi autour de ce problème, relevant qu'en agissant ainsi le secrétaire général de l'Onu "aurait enterré toute perspective d'une solution à ce conflit durant le restant de son mandat".

En faisant allusion au ''référendum'', un concept devenu caduque et dépassé et que le Conseil de sécurité a abandonné depuis 2004, le responsable onusien "défie ouvertement l'intention claire du Conseil de sécurité de soutenir une solution politique dans chaque renouvellement du mandat de la Minurso depuis 2003", a encore indiqué M. Holley.

Il a fait remarquer que les positions de Ban Ki-moon, qui sont dépourvues de toute diplomatie, équidistance et objectivité, remettent en question son rôle en tant que chef de l'Onu, notant que la quintessence de la mission d'un Secrétaire général onusien est de chercher le consensus et non pas de verser dans la partialité et le parti-pris.

L'ancien diplomate américain s'est, par ailleurs, élevé contre les tentatives incessantes de l'Algérie et du polisario qui visent à brouiller les cartes et à provoquer une crise à l'approche du renouvellement du mandat de la Minuso.

Le Gouvernement du Maroc avait exprimé, la semaine dernière, les plus vives protestations contre les propos du Secrétaire général des Nations unies sur la question du Sahara marocain, relevant avec "une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés de M. Ban Ki-moon, durant sa récente visite dans la région", rappelle-t-on.

               Partager Partager