Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Mohamed El Bouchhati - publié le Mercredi 8 Octobre à 12:25

Les Pays Bas et l’émigration marocaine




Amsterdam- Marrakech : “Nederland” en Néerlandais signifie Pays Bas (au sing). Terre appelée aussi en Français « la Hollande » bien que ce terme ne désigne que deux provinces sur les douze qui constituent le pays.



En effet, à part le Sud- Est où l’altitude atteint 300 m environ, la majorité des provinces sont très basses ou plus basses par rapport à la mer comme Flevoland au milieu des Pays Bas et qui n’existait pas avant 1963. L’aéroport international “Schiphol” par exemple dans la banlieue d’Amsterdam se trouve à 8 m plus bas que le niveau de la mer.

Le pays qui est de 34 000 km2 comprend 4 000 km2 de superficie d’eau. Et beaucoup de terres sont gagnées sur la mer grâce à un système très efficace de construction de barrages, de digues et de polders ainsi que sa gestion continue afin de permettre l’exploitation en différents secteurs, en l’occurrence l’agriculture et l’urbanisme. Un vieil adage néerlandais dit : “Dieu a créé la terre et nous les Pays Bas.

Les rapports diplomatiques et commerciaux entre les Pays Bas et le Maroc remontent au début du XVI ème siècle quand les Hollandais étaient de grands navigateurs avant de devenir les maitres dans le domaine avec les Anglais et les Français. L’Espagne étant détrônée à cause de la destruction de sa flotte en 1585 au cours de son attaque du Royaume Uni. Et le Portugal ayant été raillé de la carte politique par son anéantissement à la Bataille de Oued El Makhazine en 1578.au Nord du Maroc.

Beaucoup de navigateurs hollandais se sont reconvertis à l’islam et ont fait partie des marins et capitaines des villes corsaires du Maroc comme Al Maâmora et Salé. L’un des grands capitaines des corsaires de Salé fut Jan Janssen devenu après sa reconversion Morad- Raïs l’un des plus connus « laâlouj » (musulmans marocains d’origine chrétienne). Originaire de la ville de Harlem, il est devenu de 1624 à 1627 « grand amiral » de la république des corsaires à Salé. Il a été lors de l’une de ses longues « courses » jusqu’à Reykjavik en Islande. Ce qui était un exploit dans le domaine de la navigation à l’époque.

Durant la deuxième guerre mondiale, quand le Maroc était sous le protectorat français et espagnol, beaucoup de soldats marocains sont tombés, comme en France et en Italie, pour la libération des Pays Bas sous l’occupation nazie. Un monument leur est dédié dans la province de Zeeland au Sud- Ouest.

Quant à l’émigration en Hollande, elle était d’abord en rapport avec son passé coloniale en Indonésie, Surinam et la société des Indes qui employait des Moluquois et des Chinois entre autres. Mais au début des années soixante, une immigration nouvelle faite essentiellement de citoyens issus de la Turquie et du Maroc fait son apparition.

Aujourd’hui, après un demi- siècle, le nombre de Marocains résidents officiellement aux Pays Bas, dont ceux qui se sont fait naturaliser ou qui sont nés Néerlandais, s’élève à 380 000 personnes derrière les ressortissants turcs dont le nombre atteint 450 000. Ils sont donc la deuxième émigration en termes de provenance. Ils sont pour la plupart issus des provinces du Rif et du Maroc méditerranéen en général suivi des provinces de Ouarzazate - Tinghir et puis du reste du Maroc.

Les Néerlandais d’origine marocaine sont plus ou moins bien intégrés. On les trouve dans le commerce, les professions libérales, le secteur public, le sport, la vie politique et même la vie artistique et culturelle.

Nous pensons au préfet actuel de la ville de Rotterdam, la deuxième ville du pays et le premier port d’Europe : M. Ahmed Boutaleb. Au parlement, il y a des députés d’origine marocaine dont nous citons Ahmed Berkouch, Mohamed Rabbae (Groenlinks : gauche verte), Khadija Arib (PVDA : parti travailliste), Oussama CHERRIBI (VVD : parti populaire libéral et démocrate),

Des intellectuels Hollandais d’origine marocaine se sont fait un nom dans le domaine de la littérature comme les écrivains et romanciers Hafid Bouazza et Abdelkader Benali, le journaliste et écrivain Mustafa AArab, le poète et écrivain Mohamed Benzakour, le poète Mustafa Stitou… etc.

Dans le champ de la musique, le chanteur du rap Ali B est le plus connu. Il tient une place dans les premiers rangs du Hit- parade néerlandais depuis plus d’une décennie.

Le secteur du spectacle n’en est pas moins conquis par les néerlandais d’origine marocaine, l’humoriste Najib Amhali est l’un de ceux qui ont percé dans le domaine. Les salles où sont joués ses « one man show » sont toujours pleines et réservées six mois à l’avance.

Quant au domaine du sport, le Foot Ball a connu et connait beaucoup de noms illustres tels Ibrahim Afellay, Ali Khattabi, Adam Maher… etc. Et dans le kick boxing, si Badr Hari est le plus en vue, il n’en reste pas moins que beaucoup de néerlandais d’origine marocaine se sont imposés dans cette filière ; nous citerons Fikri Tijarti, Nordine Bensalah, houssine Ouzgni et les frères Benazzouz.

L’émigration marocaine en Hollande âgée à peine d’un demi- siècle entame sa sixième décennie non sans problèmes d’éducation, emploi, intégration, crise d’identité culturelle…etc.



               Partager Partager