Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Lundi 15 Février à 09:45

Les Français ont consommé moins de tranquillisants en 2015



Paris - Même si les ambiances de 2015 ont été anxiogènes en France, le recours aux tranquillisants et somnifères a été en baisse dans le pays par rapport à 2014, selon le site "Le Point", qui cite la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS).



La publication relève que le nombre de boîtes de tranquillisants a baissé en 2015, par rapport à 2014. Ainsi, il s'est vendu 48.974.172 boîtes de benzodiazépines anxiolytiques l'année dernière, contre 49.677.171 en 2014. Soit 702.999 boîtes en moins.

Pour les somnifères, 6.511.693 boîtes de benzodiazépines hypnotiques ont été vendues en 2015, contre 6 731.628 en 2014, soit 219.935 boîtes en moins.

Seuls les antidépresseurs inhibiteurs de recapture de la sérotonine, ainsi que la Venlafaxine, ont été légèrement consommés : le nombre de boîtes remboursées a progressé de 222.718 unités (33.660.173 en 2015, contre 33.437.455 en 2014.

Le professeur Antoine Pelissolo, chef de service de psychiatrie à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil et président de l'Association française des troubles anxieux et de la dépression, cité par la publication, estime que "ce n'est pas parce qu'une population encaisse des traumatismes répétés que ses membres deviennent automatiquement et maladivement anxieux. Il existe heureusement des phénomènes de compensation : l'adaptation de l'humain à son environnement, la solidarité de groupe, la résilience, la résistance individuelle et collective, et bien d'autres mécanismes encore".

Le Pr. Pelissolo a relevé d'autre part une diminution de la consommation des benzodiazépines anxiolytiques "entre 2014 et 2015, et surtout par rapport aux années passées", soulignant qu'il y a encore "beaucoup d'utilisateurs de ces molécules, environ dix millions de personnes, mais, grâce à l'information sur les risques et à quelques alternatives nouvelles, cette population est en baisse".

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara