Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
PNUE : MASEN lauréate du prestigieux prix "Champions de la Terre", la... | via @lemagMaroc https://t.co/rwL3yyD0AA https://t.co/PFWit4edpM


Lemag - MAP - publié le Samedi 15 Mars à 12:08

Le zoologiste allemand Philipp Henschel, témoin de l'extinction des lions ouest-africains



Libreville - Spécialiste des grands fauves, le zoologiste allemand Philipp Henschel, 38 ans, suit les lions à la trace à travers tout le grand Ouest africain, où leur survie est aujourd'hui en péril.



Dr Philipp Henschel (d) - PH panthera.org
Dr Philipp Henschel (d) - PH panthera.org
Installé au Gabon depuis 15 ans, ce chercheur de l'ONG américaine Panthera passe le plus clair de son temps à barouder entre savane et forêt pour compter les lions dans des zones "pratiquement abandonnées" des autres spécialistes.

Sa dernière enquête, sur six ans, l'a mené du Sénégal au Nigeria. Les résultats, publiés en janvier dans la revue scientifique Plos One, ont été "un vrai choc", confie ce passionné, qui rêvait d'avoir un puma à la maison dès l'âge de 11 ans.

Contre toute attente, à peine 400 lions, dont 250 adultes en âge de se reproduire, vivent encore en Afrique de l'Ouest, où on les comptait par milliers il y a 20 ou 30 ans.

Le Dr Henschel et son équipe ont parcouru des milliers de kilomètres en brousse, le plus souvent à pied, confrontés en chemin aux mêmes menaces que les lions.

En 2010 dans le nord de la Côte d'Ivoire, le chercheur a dû négocier avec les rebelles hostiles au pouvoir du président Laurent Gbagbo pour entrer dans le parc national de la Comoé, le plus grand d'Afrique de l'Ouest. "Aucun garde forestier n'avait pu y pénétrer depuis le début de la crise. C'était trop dangereux. Les rebelles ont fini par nous escorter", raconte le chercheur amusé.

Mais le "gros problème", assure-t-il, "c'est surtout les braconniers. Ils nous ont menacé avec leurs fusils à plusieurs reprises, en nous visant".

L'équipe piste les proies dont les lions se nourrissent habituellement et à l'aide de cartes satellitaires, repère les points d'eau susceptibles de les abreuver.

Au bout du compte, la déception est cruelle. Dans cet immense parc de 10.000 kilomètres carrés, pas une seule trace de lion n'est finalement détectée.

Quelque 90% des bêtes comptabilisées par Henschel et ses collègues vivent dans la réserve de W-Arly-Pendjari, à la frontière du Bénin, du Burkina Faso et du Niger.

Sur les 35.000 lions d'Afrique, très peu, 1%, vivent dans l'ouest du continent.

"Les lions d'Afrique de l'Ouest ont des séquences génétiques uniques qu'on ne trouve nulle part ailleurs, y compris dans les zoos ou en captivité", explique Christine Breitenmoser, de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), estimant qu'il y a "urgence".

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara