Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Imane Lachhab - publié le Vendredi 29 Août à 11:52

Le virus Ebola continue de conquérir l’Afrique




Après avoir tué plus de 1 400 personnes en Afrique de l’Ouest, la fièvre mortelle Ebola qui, a pris un nouveau visage, paru récemment en Afrique centrale, en mettant sous sa menace la RDC. Et donc, retour sur un sujet d’actualité ayant fait couler beaucoup d’encre.



La République Démocratique du Congo (RDC) n’a pas pu éviter de s’enliser dans la boue du virus Ebola. La découverte de ce dernier a été annoncée ce dimanche par les autorités congolaises, qui ont affirmé aussi qu’il s’agit d’une épidémie différente de celle qui a fait plusieurs victimes en Afrique de l’Ouest.

Les analyses de huit échantillons prélevés, dont deux sont positifs au virus Ebola, ont été assez suffisantes pour confirmer l’existence de l’épidémie qui a déjà mis fin à la vie de 13 personnes depuis le 11 Août dans la province de l’Equateur (Nord-Ouest du pays).

Ebola n’est pas une nouvelle épidémie, cela fait la septième fois que la RDC en est tombée victime, depuis le virus « Zaïre » en 1976. Après donc les six expériences précédentes l’épidémie, il est temps de s’engager à empêcher la maladie de s’étendre, indique le ministre de santé, qui assure que l’épidémie était « circonscrite au secteur de Djera » dans le territoire de Boende, ville située à près de 800 km au Nord-est de Kinshasa et à 300 Km à l’Est de Mbandaka, la capitale de l’Equateur. Toutefois, le conseiller en charge de la communication auprès du premier ministre Augustin Matata a nié toute possibilité d’existence de virus Ebola à Kinshasa et à Mbandaka, après la tenue d’une réunion de crise au siège du gouvernement.

Afin de faire face à ce virus monstrueux Ebola, un ensemble de mesures de protection ont été mises en place. Tout d’abord, il est impératif, selon les autorités, d’isoler le foyer de l’épidémie « Djera » pendant quarante jours. Il y a également la mise en place d’un centre de traitement et l’installation d’un laboratoire mobile pour assurer le diagnostic biologique en temps réel. Pour sa part, le ministre de la santé indique qu’on fera recours aux services des responsables de la santé qui se sont déjà chargés de gérer les précédentes épidémies en RDC. Le ministre a ajouté aussi que les 11 personnes malades ont été mises en quarantaine, alors que plus de 80 personnes étant en contact avec des malades ont été suivies par une équipe spécialisée, après avoir été identifiées.

D’après les tests de l’INRB, « un échantillon est positif à la souche et d’autre, positif à une souche croisée soudan-Zaïre », a déclaré le Dr Kanbange indiquant que des tests plus poussés étaient en cours. Les recherches menées depuis la découverte du virus identifiées, dont la plus grave est la souche Zaïre qui fait encore des ravages dans l’Afrique de l’Ouest et qui a coûté la vie de 1 427 morts selon le dernier bilan de l’organisation mondiale de la santé (OMS), etc.…

Rappelons les efforts que fournit le groupe « Médecins sans Frontières » qui s’est installé au secteur de Djera depuis une semaine à côté d’ une équipe d’évaluation, « ce groupe s’est engagé à fournir le territoire par un personnel médical capable de s’occuper des patients et de lutter contre la propagation du virus », rapporte Amandine Calin, chargée de la communication de MSF e RDC.


Tagué : Ebola, Imane Lachhab

               Partager Partager