Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



Abdelkarim Chankou - publié le Lundi 28 Novembre à 09:42

Le tsunami PJD : Les carottes sont cuites mais ce n’est pas la fin des haricots




Avec 107 sièges, soit 26% de la Chambre des Représentants (CR), le Parti de la Justice et du Développement (PJD) a clairement montré sa suprématie numérique sur les autres partis. Le parti à la lampe distance le plus vieux parti à la tête de la coalition sortante, en l’occurrence le Parti de l’Istiqlal (PI), de 47 sièges. Une victoire sans appel.



Abdelkarim Chankou
Abdelkarim Chankou
Le PJD qui a certainement bénéficié d’un retournement en sa faveur d’une partie de la bourgeoisie fassie historiquement et culturellement acquise au PI, peut rien qu’en s’alliant avec les partis de la Koutla s’assurer une majorité largement confortable de  224 députés, soit  26 sièges de plus qu’il faut pour gouverner, la CR étant constituée de 395 sièges.

Maintenant que les tractations sont sérieusement  lancées pour former une éventuelle coalition, le mode de scrutin de liste proportionnel du plus fort reste, empêchant tout parti de gouverner à lui seul,  on attend de savoir quelles seront les exigences des partis de la Koutla pour rejoindre le PJD, sachant que le SG de ce parti , Abdelilah Benkirane (qui n’a jamais été encore reçu par le Roi contrairement à ses collègues  des autres partis et même son prédécesseur Saad-Eddine Othmani) a déjà écarté toute alliance avec le Parti Authenticité et Modernité (PAM) qui a obtenu 47 sièges et  la « ministrabilité » des anciennes figures… Mais n’a rien dit au sujet du Rassemblement National des Indépendants (RNI), 52 sièges, et des autres membres du G8 (bloc de 8 partis dits libéraux). Seul indice : une petite phrase de Benkirane, prononcée quelques jours avec le 25 Novembre, date du scrutin, et qui est passée inaperçue : ( Mezouar Premier ministre ? non, ministre ? oui ». Salah-Eddine Mezouar, le SG du RNI et ministre de l’Economie et des Finances sortant qui a été le premier avec son collègue des Sports Moncef Belkhayat à féliciter le PJD et à reconnaitre sa victoire, appréciera.

Ce dernier se solidarisera-t-il avec le PAM, son compagnon au G8 avec l’UC, le Mouvement Populaire (MP, 32 élus) et d’autres « particules » ? Difficile de répondre ni par oui ni par non. En tout cas, une participation du RNI  à une coalition dirigée par le PJD sera vue comme une acte pas chic par le GB sinon par toute la classe politique, surtout que M. Benkirane a dès l’annonce des premier résultats samedi écarté toute alliance avec le PAM dont il a dit qu’il a rejeté par la rue [le Mouvement du 20 Février : Ndlr]. Merci en tout cas pour les dizaines de milliers de Marocains qui ont voté pour 47 candidats de ce parti, né seulement en 2008…

Rappelons qu’il y a encore quelques semaines Benkirane  ne ratait  aucune occasion pour fustiger le Mouvement du 20 Février  et il est le seul chef de parti à ne pas manifester dans ses rangs. Maintenant il s’appuie sur la rue pour rejeter le PAM…

Qu’importe ! Si le Roi accepte de recevoir Benkirane et le charge de former un gouvernement de coalition, ce qui n’est pas donné, une chose semble certaine : Ce dernier trimera pour monter une équipe même s’il réduit les problèmes en limitant son gouvernement à une quinzaine de ministres. Ne serait-ce que parce qu’il tient à ce que tous ses ministres soient de nouvelles têtes.

Si le Roi refuse de nommer Benkirane, « le parti sera obligé d’élire un candidat de substitution », nous souffle une source bien informée. Après quoi, les vrais problèmes  commenceront pour le parti islamiste : Un taux de chômage endémique chez les jeunes de plus de 30 % ; une balance commerciale lourdement déficitaire, des réserves de change de moins de 5 mois et last but not least, l’Europe, le premier partenaire économique et du Maroc,  patauge dans une crise financière sans précédent.

Explication : le PJD sera obligé dans un moment ou un autre de mettre de l’eau dans son vin en cherchant chaque fois le consensus. Une telle politique consensuelle sera-t-elle du goût de la basse du PJD ? Rien n’est mois sûr. Surtout que toute coalition dirigée par le PJD sera en permanence soul menace d’une motion de censure qui si elle passe renverra tout le monde vers les électeurs. Qu’à Allah ne plaise !

Moralité : Les carottes sont cuites mais ce n’est pas la fin des haricots. C’est déjà ça …

 

Tous les résultats :

Parti de la justice et du développement : 107 sièges.

Parti de l'Istiqlal : 60 sièges.

Rassemblement national des indépendants : 52 sièges.

Parti authenticité et modernité : 47 sièges.

Union socialiste des forces populaires : 39 sièges.

Mouvement populaire : 32 sièges.

Union constitutionnelle : 23 sièges.

Parti du progrès et du socialisme : 18 sièges.

Parti travailliste : 04 sièges.

Mouvement démocratique et social : 02 sièges.

Parti du renouveau et de l'équité : 02 sièges.

Parti de l'environnement et du développement durable : 02 sièges.

Parti Al Ahd Addimocrati : 02 sièges.

Parti de la gauche verte : 01 siège.

Parti de la Liberté et de la justice sociale : 01 siège.

Front des forces démocratiques : 01 siège.

Parti de l'Action : 01 siège.

Parti unité et démocratie : 01 siège.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0