Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Khalid Ettaj - publié le Lundi 7 Décembre à 16:12

Le terrorisme, L’occident et l’islam.. quel avenir ?!






Khalid Ettaj
Khalid Ettaj
Depuis les attentats terroristes de 11 septembre 2001 adoptés par l’organisation ALQAIDA, le monde a connu un véritable changement , non seulement au niveau de la lutte contre le phénomène de terrorisme international en tant que défit et acte de violence qui doit être dénié et rejeté par la société internationale avec toutes ses composantes, mais également au niveau de la lutte contre la structure idéologique qui alimente ce phénomène qui menace la paix et la stabilité du monde entier. Ce qui a était acceptable et légitime dans la mesure où l’acte et ses répercussions ont été très graves sur un pays comme les états unis, qui n’a jamais connu un acte semblable depuis l’attaque de Pearl Harbor par les japonais en 1941.

Par ailleurs, le coté dramatique dans cette histoire, consiste en effet dans l’exploitation abusive de cette drame toute en déclarant la « guerre contre le terrorisme » par les états unis et ses alliées, la guerre comme elle a été conçue par l’administration Américaine, a causé la destruction d’un pays comme l’Irak et le meurtre de presque d’un million et demis de ses habitants, plus des dégâts humains et matériels parmi les soldats américains et ses alliés. Cette guerre qui s’ajoute à celle de l’invasion de l’Afghanistan, sous prétexte de de la lutte contre le terrorisme et ses structures sans qu’il y ait des résultats positifs sur le terrain à ce jour.

Cette guerre a effectivement introduit le monde dans un cycle de violence vaine ou bien un tunnel sombre que personne ne connait comment s’en sortir. Comme conséquence, le monde ne devient donc pas stable comme il a été promis par l’administration républicaine de George Walker Bosch juste après les attentats de 11 septembre. Et ce phénomène ne s’est pas décliné malheureusement, au contraire les attentats sont multipliés partout dans le monde, et les attentats terroristes de paris de 13 novembre 2015 adoptés par l’organisation terroriste de l’Etat Islamique « DAECH », qui constitue en fait la copie la plus récente et la plus horrible d’ALQAIDA, ce drame est un témoignage qui prouve ça.

Il est à signaler toutefois que les répercussions et les dégâts de terrorisme ont était catastrophiques sur les pays arabes et musulmans beaucoup plus que les autres pays de l’occident, on peut citer dans ce contexte les attentats semi quotidiens qui se passent en Irak depuis 2003, la Syrie, le Liban, l’Egypte, le Yémen la Libye …etc.

Mais ce qui a était influençant beaucoup plus, c’est le jugement de valeur et l’accusation parfois intentionnelle par les medias et quelques acteurs politiques dans les pays de l’occident qui a accusé L’islam en tant que religion d’être responsable des actes terroristes, Ainsi que le prototype qui lui est synchronisé. Ce qui a reflété entre autres sur les principes de cohabitation et la tolérance entre les différents composants de tissu sociétale occidentale et surtout l’européenne qui ont caractérisés l’occident depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, et remplacés par « l’islamophobie » .

Il ne faut pas nier que l’islam est devenu comme une deuxième religion dans l’Europe, et le nombre des ressortissants européens d’origine musulmans est en accroissement permanent, ce qui impose plus que jamais à donner la priorité à l’esprit de dialogue et la cohabitation commune toute en respectant les normes et les valeurs de l’Europe, et l’adoption d’une approche multidimensionnelle et intégrale qui dépasse l’approche sécuritaire classique dans la lutte contre le terrorisme malgré son importance et son caractère urgent.

En somme, il faut noter que La lutte contre le terrorisme se doit donc d’effectuer tout en prenant en considération ses facteurs provocateurs. Ces facteurs peuvent être cités comme suit :
Le manque de la démocratie dans la plus part des pays arabes, les tensions et les guerres civiles du proche orient, la Lybie et l’Egypte à titre d’exemple ; la marginalisation, l’absence de développement, le manque des principes du droit de l’Homme, la répartition non équitable de la richesse, et le manque de la transition pacifique du pouvoir. Sans oublier bien sûr, la compréhension réelle des valeurs et les instructions de l’islam en tant que religion planétaire qui se basent spécifiquement sur la paix, l’égalité, la tolérance et le respect de la vie humaine, non seulement entre ses pratiquants, mais également vis-à-vis les autres quelques soient leurs croyances.


Tagué : Khalid Ettaj

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles