Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - Lemag - publié le Mercredi 14 Mai à 18:52

Le soufisme, un message éducatif fort pour la lutte contre l'extrémisme



Rabat - De par son aura et son influence dans de larges parties du monde arabo-musulman et de l'Afrique, le soufisme, une école de spiritualité et de sagesse par excellence, a un rôle de premier plan à jouer pour combattre l'extrémisme et le fanatisme et propager parmi les fidèles les valeurs de paix, de tolérance et de juste milieu prônées par l'islam.



En effet, la prolifération des violences confessionnelles alimentées par des courants radicaux qui cherchent à répandre leurs thèses destructrices auprès des populations, en profitant du manque d'éducation et d'encadrement religieux, rend nécessaire "la dynamisation du rôle du soufisme dans la dissémination de la sécurité spirituelle et la diffusion des valeurs d'amour et de concorde, loin du fanatisme et de la haine", comme le souligne le Roi Mohammed VI dans son message adressé, mercredi, aux participants aux troisièmes assises des adeptes de la Tarika Tijania à Fez (14-16 mai courant).

Ce conclave permettra, entre autres, de discuter de la façon dont la Tariqa Tijania, une des confréries soufies les plus influentes avec plus de 300 millions d'adeptes rien qu'en Afrique, pourra accomplir cette mission éducative et spirituelle, si importante autant pour la préservation de la stabilité des sociétés que pour le bien-être et la quiétude des individus.

A cet égard, le Roi insiste qu'"il n'y a d'autre choix que de procéder à une mobilisation collective de tous ceux qui appellent à un Islam médian dans sa démarche sunnite en terre d'Islam" afin de "barrer la route aux chantres du radicalisme, du terrorisme, de la dissension, du démembrement et des doctrines mystificatrices", "relever le défi de l'extrémisme aveugle et contrecarrer les démons du séparatisme et de la division".

Tout en partant des idées fondatrices et des enseignements de ce mouvement soufi, qui a de tout temps constitué une source de sécurité spirituelle pour ses adeptes et un rempart contre l'extrémisme et l'obscurantisme, les Tijans sont appelés, selon le message royal, à procéder à "une mise à niveau de l'éducation spirituelle à la lumière des nouvelles réalités", une question qui sera d'ailleurs abordée par les participants à ces troisièmes assises.

Il s'agit d'un chantier qui tient à cœur à Imarat Al-Mouminine, en tant qu'institution œuvrant pour l'instauration d'une pratique religieuse saine, conforme aux enseignements du Coran et de la Sunna et épurée de toutes les formes d'extrémisme et d'intolérance.

Preuve en est l'initiative du Roi Mohammed VI portant sur la formation de 500 imams maliens au Maroc, et la décision de répondre favorablement à la demande d'autres pays dont la Guinée, la Tunisie et la Libye, qui ont présenté, récemment, des demandes de coopération avec le Royaume en matière de gestion du champ religieux, ce qui illustre à merveille l'attractivité de l'expérience religieuse marocaine, basée sur un islam du juste milieu et prônant la modération et la tolérance à travers le renforcement des capacités des bénéficiaires en matière d'encadrement religieux des populations et de diffusion des valeurs d'ouverture et de coexistence pacifique.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara