Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



MAP-Mohamed Touzani - publié le Lundi 3 Mars à 11:38

Le renouveau de l'alliance maroco-guinéenne




Conakry - La visite officielle que le Roi Mohammed VI entame lundi en Guinée Conakry marque le renouveau de la relation un peu particulière bâtie par feu Mohammed V et l'ancien président Ahmed Sékou Touré, et qui est considérée comme un modèle de la fraternité et de l'amitié qui doivent exister entre deux pays africains.



Alpha Condé
Alpha Condé
Capitalisant sur un capital de confiance à toute épreuve et sur une solidarité réciproque qui ne s'est jamais démentie, le Maroc et la Guinée sont déterminés à inscrire leur action dans la durée, en prospectant les moyens d'instaurer une coopération renouvelée, particulièrement dense et multiforme.

Les échanges économiques et commerciaux entre les deux pays ont en effet monté en puissance durant la dernière décennie et se sont diversifiés pour englober tous les domaines de la coopération: Commerce, banques, transport, tourisme, finance, affaires religieuses, formation professionnelle etc...

La Guinée, qui a amorcé avec succès le processus de reconstruction économique après avoir concentré les efforts de ces dernières années sur la consolidation des institutions démocratiques après le décès du président Lansana Conté, a besoin de la solidarité de ses amis pour doper sa croissance, améliorer les conditions de vie de sa population et renforcer les fondements de la stabilité politique.

Ce grand pays de l'Afrique de l'Ouest, qui a toujours apporté un soutien ferme, constant et sans réserve au Maroc dans le dossier du Sahara, peut évidemment compter sur le soutien précieux de Rabat dans son entreprise d'édification des institutions démocratiques, de création de richesses et d'exploitation optimale des opportunités d'investissement et de croissance.

La Guinée est pourvue en effet de richesses naturelles et minières considérables avec notamment deux tiers des réserves mondiales de bauxite, et un potentiel extraordinaire de réserves en fer, or, diamant, nickel, uranium et manganèse, mais toute cette richesse reste largement sous-exploitée puisque le secteur minier contribue seulement pour 15 à 20 pc au PIB et pour 25 pc aux recettes intérieures de l'Etat.

La Guinée a besoin d'un savoir-faire, de ressources humaines hautement qualifiées et surtout d'un secteur privé dynamique et expérimenté pour engager les investissements nécessaires et accompagner les pouvoirs publics dans la valorisation de ses ressources, leur exploitation et leur commercialisation à l'international.

Et c'est là où le Maroc peut être d'un grand soutien à la Guinée comme aux autres pays de l'Afrique subsaharienne, à travers son secteur privé dont l'expérience n'est plus à démontrer, son savoir-faire désormais bien établi dans les domaines des grands chantiers structurants, de la gestion de l'eau, de l'utilisation des énergies renouvelables, et aussi à travers ses universités, ses instituts et centres qui forment chaque année des milliers de cadres, ingénieurs, techniciens et managers, marocains et africains.

Signe de cette volonté du Maroc d'accompagner aussi bien la Guinée que le Mali, la Côte d'Ivoire ou le Gabon dans la réalisation de leur développement économique et social et de booster les échanges économiques et commerciaux avec ses partenaires africains, le Roi est accompagné durant cette tournée d'une forte délégation de dirigeants d'entreprises publiques et privées, qui sont déjà présentes en Afrique ou qui sont intéressées par ce marché prometteur et à fort potentiel de croissance.

Au-delà de la quête de contrats et de parts du marché, un objectif somme toute légitime dans une économie libérale, ces entreprises font bénéficier les pays africains de leur expérience dans plusieurs domaines vitaux et font travailler des milliers d'africains contribuant ainsi au développement et à la croissance du Continent.

La volonté de renforcer les relations entre le Maroc et la Guinée se traduit par la diversification et l'approfondissement des instruments juridiques de la coopération, à travers la signature d'accords et l'échange de visites de délégations de haut niveau.

Ainsi, les deux pays sont liés désormais par une vingtaine d'accords touchant aux domaines politique, économique, religieux, culturel, scientifique et technique, un arsenal qui a été renforcé lors de la sixième session de la Commission mixte, tenue à Conakry les 23 et 24 août 2012, et ayant été marquée par la conclusion de nouvelles conventions de partenariat dans les domaines du transport aérien, du commerce et de l'investissement, du tourisme, des pêches, de l'énergie, de l'artisanat, des affaires religieuses, de l'information, de l'enseignement supérieur, de la santé et de l'eau potable.

Déterminés, à la faveur de la visite au Maroc en 2007 du Premier ministre guinéen Lansana Kouyaté, à faire de leur partenariat "un modèle de réussite de la coopération entre pays africains" et à "œuvrer ensemble pour donner à leur coopération le dynamisme et l'efficience qu'il mérite dans tous les domaines", les deux pays se sont attelés à redynamiser leur coopération économique qui reste à la traine dans cet élan de consolidation tous azimuts des relations.

Outre la signature d'un accord pour la protection et l'encouragement réciproque des investissements, Casablanca a abrité en 2012 la 1ère journée maroco-guinéenne pour le développement économique sous le thème: "Les opportunités d'investissements en Guinée", quelques mois après l'escale à Conakry de la 5ème Caravane de l'Export en Afrique, pour prospecter les opportunités d'investissement en Guinée et inciter les hommes d'affaires marocains à nouer des partenaires d'affaires dans ce pays.

Il faut dire que le Maroc et la Guinée, qui "ont toujours conjugué le même verbe" sur les questions internationales en partageant les mêmes valeurs et en défendant les mêmes positions face aux grands sujets de l'actualité, selon les propres termes du ministre guinéen de la Coopération internationale, Moustapha Koutoubou Sanoh, ne ménageront aucun effort pour que cette visite historique de Roi à Conakry donne un coup d'accélérateur à une relation déjà singulière et qui est promise à un bel avenir .



               Partager Partager