Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Moulay Hicham Mouatadid - publié le Jeudi 13 Octobre à 14:40

Le religieux identitaire et la logique du croire …






Le processus d’évolution du fait religieux à travers le temps et l’espace, poursuit une certaine progression qui n’a pas cessé de se transformer au cours de ce rapport au religieux, d’abord vis-à-vis de l’identité, de l’esprit, de la raison et la mémoire. Mais aussi, à une autre échelle par rapport à l’espace, le patrimoine en commun et le pacte social. Autrement dit, l’évolution du fait religieux se développe dans un rapport de force, à la fois au niveau individuel et collectif, mais aussi dans une interférence institutionnelle et personnelle.
Le religieux identitaire et la logique du croire …
La sécularisation des sociétés, s’est accélérée avec le changement dans l’institution religieuse ou le changement de l’institution religieuse. Ces changements n’ont pas empêché celle-ci de garder un poids relativement social important selon les pays. En revanche, ces transformations ont été accompagnées par l’apparition d’une multitude de nouveaux groupes religieux. Ces nouveaux mouvements religieux ont d’abord surgi dans les sociétés libérales avant de toucher les autres sociétés dites conservatrices.

Cette évolution du fait religieux fait naître une certaine polarisation autour de deux tendances opposées, l’opposition entre intégriste et fondamentaliste d’un côté, et relativisme et l’individualisme d’un autre côté. Cependant, au-delà de la polarisation autour des deux pôles, les nouveaux mouvements religieux ont fortement participé à une certaine décomposition du religieux en des symboles, des attitudes et des sentiments religieux. En d’autres mots, la désinstitutionnalisation du religieux dans un certain nombre de sociétés, et la lecture du texte sacré ou fondateur, elles ne sont plus intégrées dans une expérience croyante commune; elles ne sont plus soumises au contrôle d’une communauté croyante, surtout dans les sociétés loin d’une certaine institutionnalisation de consensus religieux.

Le développement des sociétés, de l’être humain, mais surtout de sa raison et son esprit, ont poussé le fait religieux vers une logique du bricolage. Ce bricolage est poussé particulièrement loin dans les religiosités parallèles, à tel point que l’on parle parfois de syncrétisme. Cependant, la religion demeure un élément plus au moins important des constructions identitaires. Aussi, l’appartenance religieuse constitue un point d’attache historique et un héritage familial à transmettre. Ici, il s’agit d’un rapport, très fort, à savoir à celui des identités mémoires. Or, si le religieux est un trait primordial au niveau identitaire, il ne façonne que partiellement ces identités à partir de ce rôle à tisser quelques liens entre les générations.

Toutefois, face à ce phénomène religieux en mouvement, nous pouvons distinguer trois pôles, celui des croyants, des incroyants et ceux qui adhèrent à des croyances diffuses, flottantes et incertaines. Ces transformations du fait religieux dans les esprits et la raison ont donné naissance à un système de religion à la carte qui refuse une institution régulatrice des pratiques et des croyances, au profit du principe de la souveraineté individuelle. Autrement dit, l’individu a développé une volonté qui a tendance pour une religion sur mesure, propre à chaque personne, puisqu’il devrait être en harmonie avec son esprit, sa raison, son identité, sa culture et son trait psychologique.

Ce besoin religieux personnifié et libre, qui a mené à l’apparition de ces religiosités parallèles, a donné existence à ce que l’on appellera « nébuleuse mystique-ésotérique » qui a bouleversé les mécanismes des rapports au sein du fait religieux, pour l’individu, les sociétés et à l’opposite des autres religions. Cette nébuleuse mystique-ésotérique donne une certaine marge de flexibilité à partir d’un mariage entre traditions instituées et bricolage individuel. D’ailleurs, c’est pourquoi, on se trouve désormais, et d’une manière macro, devant deux types de religiosité, à savoir celle du « type mystique » (des réseaux ou sectes invisibles) et celle de la « religion populaire » (donne la primauté aux expériences subjectives personnelles).

Cette trajectoire du fait religieux, démontre les limites de l’institutionnalisation d’un certain religieux fixe et traditionnel à l’égard d’une certaine émergence d’un religieux en mouvement constant, loin d’une certaine fixation de règles spirituelles. L’individu et les sociétés illustrent un certain besoin religieux libre et propre à chaque personne, puisque le religieux au sens macro-institutionnel traditionnel, ne pourrait jamais répondre et surtout gérer les différents états d’esprits et expériences de tous les groupes ou chaque individu.

Moulay Hicham Mouatadid, chercheur en études des politiques publiques et internationales, doctorant en études du religieux contemporains et lauréat de l’École Nationale d’Administration Publique du Canada. Auteur de plusieurs articles et essais scientifiques notamment sur la géopolitique et les enjeux stratégiques. M. Mouatadid est également lauréat de l’école de politique appliquée à l’Université de Sherbrooke.
 



Source : http://www.blog.ma/Le-religieux-identitaire-et-la-...



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles