Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Moulay Hicham Mouatadid - publié le Lundi 10 Octobre à 19:06

Le religieux en mouvement et nos regards croisés






Le religieux en mouvement et nos regards croisés
L'évolution du religieux contemporain à travers une lecture de regards croisés, confirme une certaine jonction concernant la complexité de ce processus en changement constant. Or, le rapport ente le religieux et la modernité  est très complexe puisque le religieux ne cesse pas de changer de statut, car tout simplement l’écart et la position qui sont entretenu à l'égard de la religion se modifient d'une génération à une autre. 

Ces regards croisés portant sur la religion à l'entrée dans la modernité s'accordent sur l'existence d'une certaine rupture. D’abord, par exemple, ce qui s'est passé se joue dans les mécanismes qui articulent désirer, croire et agir. Or, la lecture du passé, c'est avoir un rapport à un absent déjà construit, ordonné et classé. Autrement dit, comprendre l'entrée du religieux dans la modernité, c'est demander aux phénomènes religieux de l'époque autre chose que ce qu'ils ont voulu dire. Ce changement, ne concernant pas uniquement les choses qui changent sans doute, mais c'est notre regard qui les observe qui a changé aussi.

Par ailleurs, à partir d’un autre angle de vision, dont l'intérêt pour la religion est étroitement lié au politique, l'humain est à la fois, le produit et le producteur de l'histoire. En d'autres mots, la combinaison des divers éléments produits par la religion, est un processus évolutif orienté vers l'avènement historique du sujet. Cependant, cette entrée de la religion dans la modernité se présente moins comme rupture. Il s'agit des formes qui entraînent des effets de rupture mais trouvent davantage leur explication dans la nature politique même du religieux que dans l'examen des coupures qu'elles causent. Toutefois, la sortie de la religion est une sorte d'incapacité de celle-ci à structurer la politique et la société et non comme la disparition du religieux compris comme une conviction des individus.

Néanmoins, si on change de position à l’égard de ce religieux contemporain, nous pouvons proposer une vision fondée sur trois moments distincts du rapport à la religion. D'abord, la sortie de la religion de l'espace public avec son cortège de conséquences telles que la séparation de l'institution religieuse et de l'État, notamment en occident.. Ensuite, un deuxième sens qui vise un phénomène interne à l’institution religieuse, à savoir la chute de la pratique religieuse et le taux d'abandon de la croyance dans certaines sociétés. Finalement, un troisième sens qui porte sur les changements dans les conditions de l'expérience humaine qui sont aussi celles qui constituent les conditions du croire.

À travers ces trois regards croisés, nous pouvons déduire clairement, cette évolution complexe du religieux concernant son entrée dans la modernisation. Ce religieux, qui reste toujours présent mais sous des formalités diverses (sociologiques, politiques, économiques...), il fonctionne mais dissocié de ses référents traditionnels. Cette transformation est une sorte de résistance constante, qui a permis un changement abstrus du rôle social de la religion et non pas la fin de la croyance religieuse./.

Moulay Hicham Mouatadid, chercheur en études publiques et internationales, doctorant en études du religieux contemporain et lauréat de l’École Nationale d’Administration Publique du Canada. Auteur de plusieurs articles et essais scientifiques notamment sur la géopolitique et les enjeux stratégiques. M. Mouatadid est également lauréat de l’école de politique appliquée à l’Université de Sherbrooke.



Source : http://www.blog.ma/Le-religieux-en-mouvement-et-no...



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».