Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



MAP - Fouad ARIF - publié le Mardi 5 Août à 11:38

Le régime algérien souffle sur les braises du terrorisme et du séparatisme




Washington - Au moment où les peuples du Maghreb et au-delà aspirent à construire un avenir commun faisant la part belle à la libre circulation des biens et des personnes, dans un cadre favorisant l'épanouissement du citoyen au sein de la cohérence et la cohésion nationale légitime et historique, le régime algérien oppose une indifférence psychorigide à ces revendications populaires, aux conséquences incalculables sur la sécurité et la stabilité régionales.



Au lieu de faire la promotion de manifestations séparatistes ubuesques, avec la participation d'une audience confidentielle et instrumentalisée, il est temps pour l'élite politique algérienne de se départir de ses réflexes hégémonistes datant des temps de la guerre froide, et d'engager une réflexion profonde sur l'avenir de la région.
 
Une telle démarche passe impérativement par le triste constat que trop de temps a été perdu au détriment des aspirations légitimes des peuples de cette partie du monde à l'intégration, dans un cadre permettant de partager les dividendes du bon voisinage en embrassant ses vertus.
 
Pour atteindre cet objectif salutaire, quoi de mieux que de s'inspirer des enseignements de l'histoire qui nous apprend que le séparatisme a toujours fait le lit des idées radicales et engagé les peuples dans les abîmes insondables de la sédition et de la violence. La collusion dangereuse entre le polisario et les groupes terroristes qui sévissent dans la région sahélo-saharienne est là pour nous le rappeler.
 
La conjoncture régionale actuelle appelle le régime algérien à s'affranchir des carcans idéologiques de la guerre froide et à renoncer à un hégémonisme obsolète en faveur de la fédération des synergies régionales et des richesses des pays du Maghreb. Aucun impératif politique ne dicte de rester indifférent au sort des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, devenus un mouroir à ciel ouvert. L'impasse dans laquelle se trouve la question du Sahara n'est plus tolérable.
 
Peter Van Walsum, ancien envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, n'avait-il pas conclu que "la principale raison pour laquelle je trouve intolérable le statu quo est qu'il est trop aisément accepté, non pas seulement par des spectateurs non engagés des pays lointains, mais aussi par les partisans inconditionnels du Front polisario, qui n'ont pas vécu eux-mêmes dans les camps, mais qui sont convaincus que ceux qui y vivent préfèreraient y rester indéfiniment au lieu d'opter pour une solution négociée en deçà de l'indépendance totale".
 
Pour Van Walsum "l'indépendance du Sahara n'est pas une option réaliste", en ce sens qu'elle s'inscrit à rebours de considérations géostratégiques impérieuses, en premier lieu une intégration économique capable à elle seule de majorer de 2 pc les taux de croissance des pays l'Union du Maghreb Arabe (UMA). La prise en compte de la réalité politique et des droits historiques irréfragables du Maroc sur son Sahara ne constitue pas une concession ou encore une capitulation. Au contraire c'est une vertu.
 
Les retraits en série de par le monde de la reconnaissance de la "rasd" constitue "un autre témoignage de la justesse politique du plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, en tant que solution de compromis garantissant la sécurité de la région, en droite ligne des aspirations des peuples de cette partie du monde à l'intégration et au progrès", s'accordent à souligner les experts américains.
 
"Le monde réalise de plus en plus la justesse et la viabilité du plan marocain d'autonomie au Sahara, une solution à laquelle avait appelé le Conseil de sécurité des Nations Unis", notent-ils.
 
Et de souligner que "le monde est en train de reconnaitre que le plan marocain d'autonomie est bien l'unique règlement permettant d'aller de l'avant et de trouver une issue à ce problème en mettant fin au calvaire qu'endurent les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, au sud-ouest de l'Algérie", dont les dirigeants restent prisonniers d'une vision déformée de la réalité.
 
S'obstiner à souffler sur les braises du terrorisme et du séparatisme en refusant de reconnaître la réalité sur le terrain, la logique de l'histoire et les droits inaliénables du Maroc sur son Sahara, repousseraient aux calendes grecques la réalisation des aspirations des peuples de la région à une intégration à laquelle ils appellent de tous leurs vœux.



               Partager Partager