Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Omar El Bouanani* - publié le Vendredi 10 Juillet à 12:02

Le psychologue au Maroc : ‘‘entre représentation sociale et métier déformé’’






Le psychologue au Maroc : ‘‘entre représentation sociale et métier déformé’’

Les apports significatifs du psychologue

Si vous pensez que le psychologue est un médecin spécialiste qui traite les personnes souffrant de troubles psychiques à l’aide de médicaments psychotropes, cet article vous donne une idée plus ou moins claire et vous offre l’opportunité de percevoir que les images relatives au métier du psychologue qui circulent dans notre société sont déformées voire biaisées. Cette piste de réflexion nous renvoie directement à la question des représentations sociales axées sur la référence médicale et psychiatrique de certains citoyens marocains à l’égard de cette profession.

Par ailleurs, nous constatons de jour en jour l’implication négative de certains mass-médias dans l’avènement et le partage de ces types d’opinion. Cela nous incite à analyser minutieusement ce processus sociocognitif plutôt qu’identifier ses structures et ses mécanismes d’émergence.

Qu’est-ce qu’on entend par le terme : « Représentation sociale » ?
Les représentations constituent une forme de pensée sociale dérivée du sens commun et de la connaissance partagée. Elles reposent sur quelque chose considéré comme étant « l’objet représenté » tels que le temps, le bonheur, la démocratie, l’éducation, le travail, et le bien-être, etc.

Autrement dit, les représentations sociales regroupent plusieurs éléments qui s’appliquent à tout objet social, à savoir l’aspect structural, l’aspect attitudinal qui repose sur la position évaluative de l’objet représenté, et finalement un aspect communicationnel basé sur le partage d’information au sein du groupe.

L’homme est un être social de nature, porteur des idées, jugements et valeurs véhiculées dans la société ou plutôt au sein de son groupe d’appartenance. Au-delà de ce postulat, le psychologue serait parfois confondu avec le médecin et parfois attribué à la folie ce qui interprète la présence d’une vision sociétale plus ou moins stéréotypée envers ce métier, sans nier la réalité amère celle de la non-reconnaissance du titre de psychologue dans notre pays, ce qui rend directement les mandats de cette fonction très complexes pour beaucoup de citoyens.
Parmi les termes courants véhiculés dans la société marocaine qui renforcent cette confusion, on note : ‘‘Médecin, schizophrénie, hôpital, coaching, trouble, psychiatrie, psychotropes, et thérapie, etc.’’ Ces jugements atteignent un niveau significatif à très significatif d’entendement biaisé du fait du manque de renseignements sur ce métier qui demeure mal connu malgré les efforts déployés par les professeurs universitaires, praticiens, chercheurs, et les étudiants de cette discipline. Pour remédier à cette situation, une intervention plus haute et à tous les niveaux est requise pour contribuer à la codification juridique de cette profession et la rendre bien reconnue comme étant un métier noble et indispensable dans la vie humaine vu ses divers apports significatifs en terme de favorisation d’une meilleure santé mentale.

Quelles sont les principales pratiques professionnelles du psychologue ?
On doit tenir compte de la multitude des domaines de psychologie et distinguer chaque pratique professionnelle, notons bien qu’il y a des psychologues sociaux qui étudient des phénomènes sociaux, tels que la dynamique du groupe, le changement psychosocial ; des psychologues du travail et des organisations qui jouent un rôle primordial dans le renforcement du bien-être des salariés et la bonne démarche des secteurs organisationnels ; des neuropsychologues qui sont aptes à diagnostiquer et déceler les déficits cérébraux et cognitifs (troubles de mémoire, de langage, d’attention, et de raisonnement), et des psychologues scolaires qui accompagnent les enfants qui présentent quelques difficultés d’apprentissage, etc.

Pour bien faire la distinction, le psychologue suit une formation universitaire de cinq années d’études spécialisées en psychologie. Ainsi, la formation pratique exige un nombre très important d’heures de stages opérationnels pour la mise en pratique des acquis en savoir-faire et compétences ce qui lui ouvre beaucoup d’opportunités pour mieux s’insérer dans le monde professionnel.

Il faut savoir que le psychologue ne prescrit jamais de médicaments, il s’appuie sur des techniques opérationnelles, communicationnelles et psychothérapeutiques pour répondre aux besoins de ses sujets dans une logique déontologique basée sur le respect de leurs intégralités physiques et mentales quelque soit leurs âges, sexes ou convictions religieuses.

Loin du sujet de la confusion constatée entre le psychologue et le psychiatre, le fait d’aller consulter un psychologue est un sujet tabou pour de nombreuses personnes. Cela est dû probablement à plusieurs facteurs souvent imbriqués tels que : leurs socialisations, leurs modes de vie, leurs cultures, etc. On prend l’exemple le plus frappant, celui de certains cas souffrant d’une crise d’épilepsie qui préfèrent visiter « un fqih » et qu’ils croient en son « pouvoir » de guérison comme ils disent « Le fqih est un homme croyant qui possède des dons bénis (el baraka) accordés par Dieu le Tout-Puissant», cette phrase reflète la forte influence de certaines croyances et convictions personnelles sur le processus de méconnaissance des pratiques professionnelles du psychologue ainsi que l’encouragement des pratiques de charlatanisme.

« Pychologiser » est-il devenu l’activité du tout venant ?
Il existe encore plusieurs signes majeurs de mauvaise pratique de certains pseudo-psychologues qui n’ont aucun rapport avec l’étique professionnelle et qui donnent une mauvaise image de la profession sur les plateaux télé. Dans l’ensemble, certains citoyens marocains sont devenus à leur tour des consommateurs de première classe en raison de leur confiance aveugle, et ce en se basant sur des recettes bien préparées en mode cocotte-minute par de vrais charlatans. En effet, cette situation est devenue alarmante vue les répercussions constatées en termes de désinformation, de non-professionnalisme et d’anarchie totale.

C’est un préalable nécessaire avant d’aller consulter un psychologue, de vous renseigner sur ses diplômes, ses références et ses qualifications, car, comme nous savons tous, on ne peut pas visiter un cardiologue et lui demander de déceler une déficience visuelle du fait que ça ne rentre pas dans son métier, ni dans ses compétences.

A vrai dire, chaque sujet a son propre univers représentationnel qu’il faut explorer d’une manière très approfondie pour comprendre les mécanismes sous-jacents de son fonctionnement ainsi qu’engager quelques actions opérationnelles pour le recadrer correctement et instaurer une culture psychologique de masse. Cela ne peut être réalisé utilement qu’à travers la collaboration de tous les acteurs sociaux, outre l’engagement de toutes les parties concernées (responsables, professeurs et praticiens).
 
  • Omar El Bouanani
  • Psychologue du Travail et des Organisations



               Partager Partager