Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Samedi 19 Septembre à 11:25

Le projet du service sanitaire national permet aux médecins concernés le même salaire que leurs homologues du secteur public



Rabat - Le secrétaire général du ministère de la Santé a assuré que le projet du service sanitaire national donne aux médecins concernés le droit au même salaire que leurs homologues du secteur public ainsi que le droit à l'assurance médicale, au logement et à la participation aux concours de recrutement, outre le calcul de l'ancienneté dans le service en vue de l'avancement et de la retraite.



Le responsable a tenu à réfuter les allégations qui circulent sur ce projet, dans un communiqué conjoint du ministère de la Santé et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, rendu public vendredi suite à la réunion tenue le 11 septembre dernier pour l'examen du dossier revendicatif de la Coordination nationale des étudiants en médecine au Maroc et de la Commission nationale des médecins internes et résidents.

Au cours de cette réunion qui a été présidée par le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, le responsable a appelé les représentants des étudiants des facultés de médecine et ceux des médecins internes et résidents à étudier soigneusement et de manière sérieuse et approfondie ce projet disponible sur le portail électronique du ministère, et à soumettre leurs remarques et propositions au ministère.

Le secrétaire général du ministère de la Santé a, à cet égard, souligné que ce département se tient prêt à tenir des réunions avec les représentants des étudiants, chaque fois que le besoin se fait sentir, sur tout sujet nécessitant le rapprochement des points de vue et l'adoption d'une approche participative, laquelle représente l'un des piliers de la stratégie de la santé pour la période 2012-2016.

Pour ce qui est des accords précédents conclus avec les médecins internes et résidents, il a souligné la volonté du ministère de la santé de tenir des réunions techniques pour le règlement des questions en suspens, notamment le versement des indemnités de garde.

Lors de cette réunion, le secrétaire général du ministère de la Santé a détaillé les raisons objectives ayant présidé au projet du service sanitaire national, en affirmant que l'accès des citoyens aux services de santé figure désormais parmi les droits constitutionnels que le ministère doit garantir, à un moment où le Royaume se classe parmi 57 pays souffrant d'un manque aigu de ressources humaines dans le secteur de la santé, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé.

Il a, dans ce sens, expliqué que le système de santé connaît une mauvaise répartition des ressources humaines, d'où la proposition de ce projet parmi d'autres mesures parallèles en vue de combler le manque, assurer une répartition équitable des ressources humaines et doter les personnes concernées d'une expérience professionnelle, tout en procédant à la réouverture de tous les centres de santé fermés et en veillant à faire réussir le système d'assistance médicale (RAMED).

Pour sa part, le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres a indiqué que la plupart des questions soulevées par les intervenants au cours de cette réunion seront résolues de manière appropriée dans le cadre de la réforme des études médicales et pharmaceutiques et celles de la médecine dentaire et ce, à partir de l'année universitaire 2015-2016.

Le ministre a fait part de l'entière disposition du ministère à recevoir et examiner les propositions des représentants des étudiants en médecine et des médecins internes et résidents concernant toutes les questions ayant trait à leur formation.

Il a souligné les efforts consentis en vue d'améliorer les conditions de la formation à travers de nombreuses mesures telles la fourniture des équipements nécessaires, la construction de nouveaux amphithéâtres pour surmonter la surpopulation et l'augmentation du nombre des bénéficiaires des bourses après leur relèvement, tout en veillant à motiver les enseignants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire afin de mettre un terme aux démissions de cette catégorie.

Le ministre a salué, enfin, l'esprit de patriotisme dont ont fait preuve les étudiants en médecine qui ont affirmé ne pas refuser de travailler dans les régions éloignées, ainsi que l'ambiance générale de la réunion qui a été marquée par la franchise et l'esprit de responsabilité, en s'en tenant au principe du dialogue comme moyen de surmonter les obstacles et de résoudre les problèmes.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara