Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


AA - publié le Jeudi 4 Février à 17:41

Le président tunisien met en garde contre une intervention militaire en Libye



Béji Caïd-Essebsi relève "la singularité de la situation de la Tunisie, voisine de la Libye, où s’activent des cellules terroristes, et Daech



Le président tunisien met en garde contre une intervention militaire en Libye
Le président tunisien, Béji Caïd-Essebsi a mis en garde, jeudi, contre les conséquences d'une éventuelle intervention militaire en Libye, soulignant la nécessité de concertations avec son pays et les Etats voisins, sur la question.

C’est ce qu’a affirmé Caid-Essebsi, dans un discours prononcé au Palais de Carthage, lors de la cérémonie de présentation des vœux de la nouvelle année des Chefs de missions diplomatiques et des organisations internationales accrédités à Tunis, selon un communiqué publié par la présidence tunisienne.

Le communiqué, dont Anadolu a reçu une copie, a indiqué que le président tunisien a relevé «la singularité de la situation de la Tunisie, voisine de la Libye, où s’activent des cellules terroristes, et Daech».

«Le président a formulé l'espoir que les parties libyennes parviennent à un accord sur le gouvernement de consensus, et a mis en garde contre les dangers d’une éventuelle opération militaire en Libye», soulignant la nécessité de concertations sur la question, avec la Tunisie et les pays voisins, selon la même source.

Le président tunisien a, par ailleurs, réaffirmé, l’appui de son pays à la Libye, «en dépit des circonstances difficiles», soulignant que la Tunisie «ne fermera pas ses frontières aux frères libyens», selon le communiqué.

Des médias avaient fait état, ces derniers jours, de la possibilité d'une intervention militaire imminente, menée par la coalition internationale, en Libye.

Cependant, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, avait affirmé, mardi, lors d’une réunion de la coalition internationale contre Daech, dans la capitale italienne, Rome, que le président des Etats-Unis était opposé à une intervention militaire en Libye. Une position également partagée par le ministre français des Affaires étrangères, qui avait affirmé, le même jour, que «la France n’est pas disposée à intervenir militairement en Libye».

Toutefois, le porte-parole du gouvernement français Stéphane Le Foll, avait affirmé, mercredi que la France pourrait participer à une éventuelle opération militaire en Libye contre Daech.

La France ne prendra "pas d'initiative seule" comme elle l'a fait au Mali mais elle pourra participer à une initiative internationale, notamment à la "demande" d'un éventuel gouvernement d'union nationale à Tripoli, a-t-il précisé.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara